On l’a vu, sauf si on a passé ces derniers jours à écouter des discours de Laurent Wauquiez en boucle dans un bunker isolé au fond de la Haute-Loire, la viande serait dangereuse. Une bombe. Un truc cancérigène. Pour préserver sa santé il vaudrait mieux fumer une pipe de crack ou s’injecter 5 paquets de clopes par jour que d’aller s’enfiler une bonne terrine lyonnaise faite maison au Bouillon Paradis. Notre gastronomie lyonnaise serait en danger.  Et surtout nous mettrait en danger. Nourrir quelqu’un de saucisson truffé-pistaché deviendrait l’équivalent d’une tentative de meurtre au premier degré. Avoir la tête dans le pâté amènerait à sortir les deux pieds devant.

La suite sur Lyon Mag Le saucisson de Lyon est-il une arme du crime ?