Manif Il est presque midi et mon téléphone sonne. A pas mal de reprises. Je n'ai pu me rendre en manifestation pour cause de rendez-vous professionnel fixé de longue date. D'un côté mes amis en train de défiler (quelques photos de la manifestation du 19 octobre ici prises par mon ami Renaud) , me parlent d'une affluence record et inespérée dans les manifs (le nombre de manifestants est évalué entre 18000 et 45000 personnes), de l'autre, très vite aprés les premiers appels, des commerçants angoissés autour de Gambetta, qui voient des casseurs s'affronter au service d'ordre de la manifestation (et dire que la droite essaie pas à pas d'assimiler voyous et manifestants !) puis essayer d'entrer dans les commerces, briser une vitrine… Un dur moment pour ces marchands de biens et de service qui ont eu ( globalement ) plus de peur que mal mais surtout un sacré coup de flip comme m'expliqueront plusieurs d'entre eux. Et puis la violence qui est passée tout près.

En presqu'ile, les dégats seront plus concrets hélas. Le pillage et la guérilla contre des forces de police harcelées par des bandes de jeunes. Une destruction de biens publics et privés inadmissibles comme nous l'avions dit déjà hier dans un communiqué du PS Rhône. L'événement, tragique et hautement condamnable fait oublier la reussite de la manif…bien pratique pour le gouvernement, qui faute d'avoir voulu dialoguer, fait face pour l'instant à un mouvement populaire dans l'opinion. Celui-ci ne peut qu'espérer un revirement impulsé par les actes de groupes de petits imbéciles n'ayant rien à voir avec les revendications pour une réforme des retraites. La violence pourrait être d'une aide précieuse pour briser le mouvement.

Et puis des rumeurs un peu partout: Les jeunes casseurs auraient été manipulés par l'extrême-gauche selon certains ou  auraient été, selon d'autres, comme sous le CIP, manipulés par des policiers voulant faire dégénérer le mouvement…comme toujours rien de tangible d'un côté ou de l'autre quand on parle de bruits de ce genre, complétement incontrôlés. Au milieu de cela, la droite lyonnaise, en mal de propositions et soumise à une conccurence interne, essaye de faire son beurre. Gérard Collomb, qui m'a fait penser hier au téléphone à une mére inquiéte pour son fils (son côté féminin sans doute) , rentre en urgence à Lyon d'un voyage destiné à favoriser l'essor des entreprises lyonnaises en asie.

En tous cas les policiers que je croise ont bien du mal à faire leur métier. Il a d'ailleurs fallu récemment que ces fonctionnaires de police luttent pour obtenir le maintien d'effectifs opérationnels au sein de leurs compagnies à cause de la volonté du gouvernement de réduire leur nombre. Mais, hélas ces effectifs pour compenser les pertes subies se feront seulement partir du 1er novembre ! Nous n'y sommes pas encore et il y a eu du manque d'agents cet après-midi…Dommage, que ce soit pour châtier les imbéciles qui mettent le boxon ou assurer l'exercice de manifestations qui ont connnu une grande reussite ce jour, leur rôle est indispensable. Cette après-midi, selon le chiffre du Préfet, ils n'étaient que 500 face à 1300 casseurs.

Et dire que certains pensaient que sous Sarkozy il n'y aurait plus de chienlit !

ps: ce blog sera en semi-sommeil ces prochaines semaines et les commentaires en modération à priori.