Extrait de ma chronique parue ce matin dans Lyon Mag


logo-lyon-magVers 17h j’avais un premier quinté.

Je l’ai confié aux militants UMP qui tenaient le bureau de vote du 7e arrondissement que je suis passé saluer en républicain.

Mon quinté?  un duo Havard/Fenech devant Hamelin, Berra puis Pleynard. Je ne savais lequel des deux allait être en tête mais le résultat me confirme que je devrais peut-être, comme d’autres qui avaient aussi trouvé la bonne combinaison, me convertir aux paris sur les courses de lévriers et autres jeux du même acabit. Ça tombe bien: l’euromillion annonce un lot record vendredi prochain.

Mais analysons un peu ce premier tour de la primaire UMP à Lyon :

Premier point : si les psychodrames d’autres primaires à droite ont été évités, ce qui est à saluer, la participation à ces primaires a été une catastrophe quoi que tente d’afficher la fédération du parti conservateur.

Le nombre de votants correspond en gros au nombre d’adhérents de l’UMP de Lyon. Au-delà des quelques milliers d’individus des cercles les plus militants à droite de la ville, personne ne s’est mobilisé ou intéressé à cette élection.

Un vrai échec pour une primaire qui était ouverte à tous les Lyonnais, avec des bureaux de vote dans chaque arrondissement.

Certes l’élection du candidat de droite ne bénéficiait pas de la même exposition médiatique que celle de Paris. Cet impérialisme centralisé sur les ondes a de quoi exaspérer plus d’un citoyen français résidant dans ce qu’on nomme avec le plus crétin des mépris “la province”.

Mais tout de même : ces dernières semaines les gazettes locales, certaines prenant d’ailleurs très clairement parti pour l’un ou l’autre des candidats, ont largement couvert ces primaires et on aurait pu supposer tout de même que la campagne ai pu mobiliser un peu… Ou voire tout simplement que les militants UMP aient quelques amis à ramener au bureau de vote.

La suite de ma chronique à lire sur le site de Lyon Mag “Oui il y avait une primaire UMP à Lyon”