Tcl

Cher agent des Transports en Commun Lyonnais en grève demain, je me réjouit par avance de me lever plus tôt pour aller à pied à la gare pour prendre mon train pour un déplacement pro. Je fais partie de ces lyonnais qui n'ont pas de voiture et circulent en vélov ou en transports en commun. Tu vas vraiment me gâcher la vie. Pas seulement à moi mais à des centaines de milliers de gens de l'agglomération. Souvent pas les plus aisés.

Pourtant, en temps normal, qu'on fasse grève pour défendre ses droits, imposer un rapport de force,
je comprend tout fait
. Je suis comme ça moi, complètement open-minded. Solidaire des syndicalistes qui luttent. C'est mon côté de gauche. Force est de constater que dans le conflit à venir dans les transports en commun lyonnais, il serait difficile de défendre ton truc. Pourtant j'ai déjà, quand j'étais syndicaliste étudiant, filé un ou deux coups de mains à tes collègues pour des blocages quand c'était justifié. Mais là tu déconnes. Grave.

C'est vrai, à partir de demain, les Transports en Commun Lyonnais sont partis pour un grand mouvement de grève...Un préavis a été posé sur les 99 prochaines journées,  avec reconductiblité chaque jour. La chose a été décidée ainsi par les syndicats de Keolis, société privée appartenant à la SNCF et l'exploitation du trafic des TCL. C'est marrant d'ailleurs, tu m'excusera ce petit aparté qui n'a rien à voir avec l'andouillette, beaucoup de gens te croient fonctionnaire, toi et tes collègues, et les maudissent  en général quand tu fait grève. Eh non, ta boite a un contrat et gère une concession de service public, les TCL. Bizarrement d'ailleurs, quand tu as un problème, tu accuses, c'est ton côté politicien, les pouvoirs publics, qui te passent commande des transports  en commun mais ne sont pour rien dans tes conflits.

Concrètement avec ta méthode, cela veut dire que chaque jour, les lyonnais se lèveront pour aller bosser sans réellement savoir jusqu'à presque le dernier moment si ils auront accès à des transports en commun. Pendant au moins une centaine de jours il sera impossible pour les écoliers, pour les personnes à mobilité réduite, les soucieux de l'environnement, les salariés les plus modestes, pour les plus isolés, les enclavés, les exclus de savoir de quoi sera composée leur journée, si ils pourront se déplacer ou non dans Lyon, bosser, sortir, rencontrer, se cultiver…sympa! Tu me diras que c'est pour défendre tes droits, lutter contre la direction, que tout se passe pour que l'usager ne soit pas trop pénalisé. En gros tu te fous de ma gueule! Tu me diras que c'est aussi un peu la loi sur le service minimum de Sarkozy qui t'amène à procéder ainsi… là sur ce point, t'as pas non plus complètement tort.

Ceci dit ne soyons pas injuste: des fois les syndicalistes de Keolis préviennent à l'avance les lyonnais. Par exemple chaque année pour le 8 Décembre, notre fête nationale à nous; on sait qu'on aura aucun transports en commun. Chaque année ou presque. Qu'importe que cette manifestation amène des dizaines de milliers de personnes, parfois venues de loin, dans nos rues. C'est con,non? parce que le 8 décembre t'emmerde pas ta direction, t'obtiendra rien avec ça et puis tu passe pour le sale type. A juste titre.

Alors tu me diras que t'as un objectif dans ta grêve, obtenir des trucs.T'es pas content parce qu'il y a un projet dénommé Edifis pour toiletter un peu les conditions de travail des salariés et les rendre identiques pour tous. Par exemple on te propose que tout le monde aie droit aux 35 heures dans les mêmes conditions ou que l'assurance prévoyance santé bénéficie à tous, de te rajouter un jour de congés, de garantir ton salaire, ton 13e mois, tes primes. Toi tu part en surenchére, tu veux maintenir des inégalités entre les salariés de ta boite…pas ma tasse de thé tout ça. Il est vrai que demander un quatorziéme mois en plein moment où ta boite doit monter un dossier pour continuer à s'occuper des transports en commun de Lyon où elle est en compétition pour garder ton outil de travail, en pleine crise, c'est bof. Mais c'est surement lié à la course à l'échalotte des syndicats de chez toi. C'est en Novembre les élections professionnelles chez toi et tout le monde monte au créneau pour séduire l'électeur. Du coup c'est les gens comme moi qui trinquent. Dis, une fois que vous aurez fini de voter, tu pourra nous laisser circuler ?