Lettre à Madame La Ministre de la Santé

Madame la Ministre je suis en colère.

J'ai en effet hier, suite à la lecture du quotidien gratuit Métro appris que les stocks de plaquettes sanguines détenus par les hôpitaux et les Établissements  Français du Sang étaient en forte diminution.J'ai immédiatement fait suivre l'information à mon entourage pour les encourager à effectuer un don, en mentionnant l'adresse de l'EFS de Gerland situé dans le 7e arrondissement de Lyon, où je vis, où je suis né et où j'y exerce un modeste mandat d'élu local.

Justement nous avions un conseil d'arrondissement hier et l'un de mes collègues siégeant au conseil , homosexuel et qui faisait partie de ceux à qui j'avais fourni l'information, est venu me signaler qu'il serait bien volontaire pour donner de sa substance vitale mais que la chose était interdite aux gays et lesbiennes. Ceux-ci sont considérés, quelle que soit la nature de leur vie personnelle, d'emblée comme personnes à risques.La chose m'a surpris puis m'a été confirmée par divers retours.Etant hétéro je n'avait pas été confronté à cette problématique particulière que je croyais caduque.

La situation est encore plus surprenante lorsque l'on sait que les hommes de préférence homosexuelle ne sont pas empêchés, fort heureusement, de faire le don d'une autre substance pouvant être affectée par les maladies sexuelles, à savoir le sperme…

Vous aviez promis précédemment de traiter les français désireux, par générosité, par souci d'autrui, par sens du devoir, de donner leur sang sur un pied d'égalité, quelque puisse être leur préférence en matière d'attirances.Vous aviez jugé une telle exclusion de nombre de nos concitoyens discriminatoire et inacceptable.Vous aviez ravivé chez moi le souvenir de vos larmes à l'Assemblée nationale lors du vote du PACS, seule à droite à voter pour alors que Sarkozy et Bayrou s'y opposaient fortement.Vous aviez été d'ailleurs, pour en rester à ce souvenir, la bonne surprise, la gorgée d'eau pure qui montrait qu'on pouvait parfois sortir de la bêtise partisane, de l'homophobie primaire, pour défendre l'égalité de nos concitoyens.

Hélas, Madame Bachelot, dans un entretien accordé à Libération de ce jour, vous êtes revenue sur votre promesse et avez décidé de maintenir la discrimination officielle au sujet du don de sang.Le prétexte officiel serait un plus grand risque de la communauté homosexuelle.Je trouve qu'il il a ici une dangereuse confusion entre préférences sexuelles et pratiques dangereuses.Si il est normal de s'inquiéter de l'état médical du sang que l'on reçoit lorsque le donneur a des partenaires multiples, il me semble plutôt curieux en soi de considérer automatiquement tout gay et toute lesbienne, comme personne pouvant poser un danger, même lorsqu'il n'a pas de pratique sexuelle, même lorsqu'il est engagé dans une relation stable depuis bien longtemps.

Les chiffres montrent par ailleurs que la progression de la contamination est largement supérieure aujourd'hui chez les hétérosexuels qu'ailleurs.De même, le taux de contamination entre partenaires homosexuelles féminines est bien plus faible que dans les rapports entre un homme et une femme.

Dans une France qui manque de donneurs, dans un monde de plus en plus égoïste, il me semble que le monde marche sur la tête si on refuse à un homme ou une femme, dans le 7e comme ailleurs, ayant un partenaire stable depuis 15 ans par exemple de donner son sang pour aider nos concitoyens dans le besoin.

Madame la Ministre, veuillez je vous prie, tout en tenant bien évidemment compte du principe de précaution, revenir sur votre décision.

Veuillez agréer Madame la Ministre, mes respectueuses salutations.

Romain Blachier

Adjoint au Maire de Lyon 7e

Ps:vous pouvez, si vous le voulez, signer cette lettre avec moi, il suffit de me contacter dans les commentaires ou par mail avant le 17 janvier à minuit.

72 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Romain,
    Je m’associe à ton initiative.
    Amitiés
    Annie

  2. Laurent Abitbal

    ok pour moi Romain

  3. pareil je signe aussi

  4. G pa tou lu mé ch’suis d’akor !
    Jeu signe ! ;O)

  5. Allez, rajoute un +1 de ma part.

  6. tous en coeur avec romain !
    (donc j’en suis)

  7. Je ne signerais pas, même si je suis d’accord dans le fond. Mais je pense que c’est une question qui doit d’abord être tranchée par les épidémiologistes, que c’est une question plus technique que politique.

  8. Alexis

    Je signe bien évidement cette lettre.
    Je vois que tu as pris la précaution de ne pas me citer nommément dans ton article même si cela ne m’aurait pas du tout gêné. Être attiré par quelqu’un du même sexe n’étant absolument pas un fait honteux.

  9. Claudeene

    @Etienneb:tous les épidémiologistes font le même constat: Les lesbiennes se contaminent moins que les hétérosexuels. En tant que fille qui aime aussi parfois les filles je me sent concernée.
    @Romain: Je signe

  10. Alexis

    « c’est une question plus technique que politique », c’est votre opinion mais je ne la partage pas. Vous n’êtes ou n’avez jamais été homosexuel donc vous pensez peut être que nous sommes différents dans nos pratiques.
    Pour moi, c’est éminemment politique de revendiquer que tout le monde puisse donner son sang. Et par conséquent, il est presque homophobe que de se cacher derrière les épidémiologistes et ainsi discriminer certains.

  11. Simon

    C’est une question épidémiologique. Qu’on le veuille ou non. Je pense même qu’il est insultant vis à vis des médecins qui sont des professionnels, ayant pour but de protéger la santé publique, d’insinuer qu’ils servent de prétexte à une idéologie homophobe. Ces propos sont graves.
    Ces mêmes médecins rappellent qu’une personne ayant résidé plus d’un an en Angleterre ne peut pas non plus donner son sang (maladie de la vache folle oblige).
    Est-ce qu’on va pour autant vouloir défendre les français végétariens qui ne peuvent donner leur sang ? Finalement ils n’ont pas de pratiques à risques et pourraient parfaitement être donneur !
    (bon je reconnais c’est un peu capilo-tracté, mais tout de même…)
    Et oui effet poser la question en terme de pratiques à risques est intéressante voir fondamentale. On doit avoir mathématiquement plus d’hétéros ayant une sexualité à risques que d’homos dans le même cas. Maintenant reste le problème de la vérification des informations, de la détermination des critères… Encore un problème scientifique et non politique, si je puis me permettre.
    Au passage, il me semble que don du sperme et don du sang n’ont rien à voir. Les tests pratiqués sont tout autre : la notion de temps et de délais (pour l’utilisation ou la détection du virus) sont différents. Chercher à les comparer n’est pas très valable d’un point de vue argumentatif.
    Tout de même ne vous détrompez pas, je trouve qu’en effet il serait formidable de trouver une solution à ce problème (surtout si un jour cela devait me sauver la vie celle d’un proche). Mais vraiment, le débat doit rester de l’ordre purement technique.
    Et pour finir je voudrai juste souligner que dans ce même article de Libé, le président d’Aides déclare qu’il y a sans doute des combats plus important en ce qui concerne l’homophobie aujourd’hui. Sans vouloir minimiser celui-ci, je pense qu’il n’a pas tort.

  12. Simon

    Petite petite précision : utilisation DES DONS, et pas du virus ^^

  13. Simon

    (désolé je flood)
    En relisant l’article j’ai tout de même été étonné de la statistique de Mme. Bachelot. 10 à 18% d’homosexuels contaminés contre 0,2% chez les hétéros.
    A t-on des statistiques légales et fiables sur le sujet en France ? Si oui où les trouver ?

  14. Jérôme Manin

    +1 itoo
    Cette décision doit être prise sur une base scientifique etnon politique.
    Je ne peux personnellement pas donner mon sang non plus pour cause de vieux palu, mais là il y a un sens à l’interdiction.

  15. David

    Salut Romain,
    OK pour moi.
    La question n’est pas de savoir si ce positionnement est scientifique ou politique : tout donneurs de sang hétéro ou homo voit de toute façon ses plaquette vérifié après coup donc le positionnement de R. BACHELOT est bien politique!! et étonnant effectivement de la part de la seule élue de droite à avoir validé le PACS.
    David Z

  16. Valérie

    Pour ma part, je suis prête à lutter pour toute sorte de discrimination et je pense le faire tout les jours, notamment en luttant contre les petits propos anodins pour certaines personnes et pourtant tellement violent à l’écoute. Je rappele tout de même que les documents à remplir lors d’un don du sang demande aux hommes s’ils ont eu des pratiques homosexuelles et non pas aux femmes. C’est de la discrimination masculine ce qui ne veut pas dire que cela n’est pas scandaleux, mais soyons précis. Quant aux commentaires de Mme Bachelot, ils vont dans la même ligne que celles du gouvernement qui dit vouloir lutter contre les discriminations, les humiliations mais qui n’hésite pas exclure par les mots, les lois les gens parce qu’ils sont trop pauvre, trop différents.
    Alors oui, il faut lui montrer notre révolte contre son recul. Ne laissons rien passer, rien n’est anodin, n’est minime. Nous voulons une société qui respecte tout le monde.

  17. Benoit

    Très bien Romain pour cette initiative, je t’apporte ma signature et veut bien relayer ton texte auprès de mes contacts.
    Benoit Thomasson

  18. Jean-Paul SCHMITT

    OK pour moi, je signe.
    Le débat sur politique versus technique est intéressant, mais il appartient aux techniciens de trouver une solution pour répondre aux politiques. Et le politique doit vouloir et faire passer dans les faits la justice et l’égalité de traitement.
    Merci à toi Romain
    Jean-Paul Schmitt

  19. Merci Romain,
    je soutiens ton initiative.

  20. Belle initiative. Tu peux compter sur moi.

  21. Antoine

    Romain,
    je signe avec toi.
    Simon,
    Merci pour le clip Durex. Très bon !

  22. Loïc

    Bien évidemment je soutiens ton initiative Romain et ce courrier.
    Cette question relève effectivement en premier lieu du scientifique pour des raisons de santé publique. Mais nos experts, echaudés par le scandale du sang contaminé, refusent depuis plusieurs années de revoir leurs positions sur les populations à risques au profit des pratiques à risque. Comme certains l’ont dit, il y a sans doute autant de pratiques à risques chez les hétéros que ches les homos. Et que dire du questionnaire préalable au don où chacun est libre de répondre ce qu’il veut…
    Donner son sang, c’est un acte responsable. Quand on est homo, comme hétéro, en couple stable depuis plusieurs années, que l’on est séro négatif et pas atteint d’autres maladies graves, alors on devrait avoir le droit de donner son sang. La sélection des donneurs par « pratiques à risque » suppose une analyse au cas par cas, ce qui va à l’encontre de la politique de santé publique actuelle, mais c’est un débat complémentaire…
    Et pour donner tort à Simon, des décisions symboliques comme celle-ci permettraient de lutter aussi contre l’homophobie.

  23. Loïc

    Je viens de trouver cet article scientifique qui tend à montrer que la Ministre à en partie tort :
    « En doublant potentiellement le risque transfusionnel VIH, la modification de la mesure d’exclusion actuelle pourrait avoir pour conséquence d’annuler le bénéfice du dépistage génomique viral pour le VIH mis en place en juillet 2001 pour améliorer la sécurité transfusionnelle. Pour autant, les résultats de cette analyse ne doivent pas conduire à exclure la possibilité d’une ouverture du don aux HSH. En effet, ces estimations ne tiennent pas compte d’un éventuel changement de comportement des HSH face à une modification des critères de sélection. L’interdiction actuelle est vécue par certains HSH comme une discrimination, qui sont ainsi tentés de détourner la mesure d’exclusion systématique. Leur laisser la possibilité de donner pourrait être vécu comme une responsabilisation et entraîner une meilleure auto-exclusion des HSH ayant des comportements sexuels à risque. Mais ce changement d’attitude n’est pas modélisable et n’a donc pas pu être intégré à cette analyse de risque. »
    Homosexuels et exclusion du don de sang : impact sur le risque résiduel de transmission du VIH par transfusion par J. Pillonel, C. Semaille, A. Velter, J.-C. Desenclos InVS, Saint-Maurice

  24. Loïc

    HSH = hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes

  25. En fait je ne savais pas si tu souhaitais que je le fasse, même si je sais bien que t n’es pas du placard!

  26. Merci pour vos commentaires et signatures.Continuons.
    J’ai le même problème qu’un lecteur plus haut (Jérôme je crois) pour donner mon sang :j’ai eu le paludisme.
    Pour ce qui est de la question évoquée par Valérie, dans certains EFS la question est posée aux hommes comme aux femmes.Visiblement pas partout d’après ton témoignage.
    Sur la question des bases scientifiques évoquée ça et là, quelqu’un qui n’a pas de partenaire ou le même depuis 15 ans, qu’il soit gay ou hétéro ça change rien…pas besoin de faire l’institut Pasteur pour savoir ça.

  27. AMR

    Bienvenu au club des paludéens. Ce qui ne m’empêche pas de signer des deux mains cette lettre.

  28. Jean-Marie Fayette

    Je signe également.
    De toutes façons, le sang collecté subit bien évidemment des tests avant d’être donné aux patients.
    Alors l’excuse d’homosexualité est facile.

  29. Marjo

    Si tu acceptes les franciliens, je m’associe à ta démarche.
    J’ai toujours trouvé cette discrimination scandaleuse et justifiée par des arguments fallacieux…

  30. évidemment on accepte les franciliennes, surtout quand ce sont des lyonnaises de la diaspora!

  31. CC

    Je m’associe aussi pleinement à cette lettre pleine de bon sens…

  32. Rodolphe ROUS

    Moi aussi, je signe.
    Bonne année cher Romain
    Rodolphe Rous

  33. Frédérick Beaumont

    Oui tu as tout à fait raison, je signe avec toi

  34. Sophie

    je m’associe aussi pleinement à cette lettre de bon sens

  35. Carole

    Bonjour,
    Comme la plupart d’entre vous, je trouve scandaleuse cette discrimination injustifiée puisque comme cela a été dit de nombreuses fois, la sélection des donneurs doit se faire sur les pratiques à risque et non sur une notion de populations à risques.
    Ceci étant dit, la précision de Valérie était juste pour info Romain, il suffit d’aller voir sur le site de l’EFS où sont disponibles les deux questionnaires posés à l’heure actuelle : un pour la métropole et un pour les DOM. il faut alors taper « questionnaire » dans le champ de recherche sur le site. Le questionnaire pré don indique entre autres :
    « Le médecin explorera avec vous les points listés ci-dessous : » […] « Si vous avez eu des relations sexuelles entre hommes »
    Il n’est pas précisé dans le questionnaire que ceci exclut du don, mais c’est effectivement un fait avéré.
    Si certaines femmes se sont vues poser des questions au moment de l’entretien (personnellement ce n’est pas mon cas) il s’agirait alors d’une politique liée uniquement au médecin et pas d’une politique globale approuvée par les responsables politiques et les responsables de l’EFS. Si effectivement tu as des témoignages qui vont en ce sens, ça pose également problème mais ça n’a rien à voir avec le problème évoqué, institutionnalisé, et approuvé par tous. Ce n’est alors « qu’un » problème de personnes. Dans ce cas il faut aussi le signaler mais pas dans la même démarche.
    Dans tous les cas ça ne change rien au fait que ceci est un scandale, mais il s’agit juste d’être précis, car des personnes n’étant pas d’accord avec nous pourraient ainsi se fonder sur des imprécisions pour justifier leur choix.
    Bon courage pour cette bataille et merci à toi de médiatiser ce choix honteux et le retour sur leurs promesses de deux Ministres de la Santé (Xavier Bertrand, mai 2006 et Roselyne Bachelot, novembre 2007)

  36. Félicitations pour cette lettre.
    Ca fera plus un pour la signature et tout la petite équipe si on en parle …
    Est-ce que je peux relayer sur mon blog en publiant la lettre ?
    Merci

  37. Félicitations Romain pour cette superbe lettre, très émouvante et très argumentée.
    Ca fera plus un pour la signature et plus si on informe la petite équipe …

  38. reprenez diffusez y’ac pas de souci.Vous êtes la deuxiéme éluedu val de saone à signer ce matin!

  39. romain blachier

    bien d’accord avec ton message Carole.Le souci étant que dans la pratique, j’ai des témoignages de questions posées à des lesbiennes.D’où mon interrogation.Mais bien d’accord sinon

  40. romain blachier

    cool.Merci à toi Rodolophe.Ca élargi notre spectre politique.

  41. Farid

    Je signe bien sûr !

  42. marie laure

    Moi aussi je signe !

  43. Valérie

    Je signe cette lettre car toutes les initiatives de ce type sont nécessaire aujourd’hui pour notre liberté…

  44. sasa

    Je souscris et signe.

  45. Bien entendu, je suis tout à fait d’accord avec vous et signe.
    Membre du collectif « Les Malades Solidaires », je relaie votre courrier.

  46. joel

    je signe aussi, je trouve comme pour le reste que la ministre,n’est plus à sa place,
    homo, je n ai ,hélas, plus la chance de pouvoir donner mon sang.
    C’est en ce moment,la pire des bétises(il y en aura d’autres sur les franchises et les hôpitaux)qu’elle puisse faire alors que l on manque de donneurs.

  47. Simon

    « tout donneurs de sang hétéro ou homo voit de toute façon ses plaquette vérifié après coup donc le positionnement de R. BACHELOT est bien politique!! »
    Il faut différencier le don de plaquette et le don de globule. Ce sont deux méthodes différentes. Le don de globule est plus risqué, car il y a une période d’une dizaine de jour après contamination pendant laquelle le virus n’est pas visible dans le sang. Or une pochette à une durée de vie extrêmement courte si je ne m’abuse.
    Et Loïc la conclusion de ton article est forte intéressante :
    « Mais ce changement d’attitude n’est pas modélisable et n’a donc pas pu être intégré à cette analyse de risque. »
    On ne peut pas analyser les potentiels changement de comportement, donc afin de préserver la santé publique on ne peut prendre ce risque.
    Quant à la décision symbolique qui permettrait de lutter aussi contre l’homophobie, ça serait entièrement vrai si ça n’était pas un problème scientifique et non politique (j’ai l’impression de me répéter mais c’est pas grave)
    Le risque existe réellement, les médecins ne sont pas des cons homophobes.

  48. CC

    J’en ai profité pour relayer sur mon blog. Merci, Romain !

  49. David SOUVESTRE

    Bonjour,
    Je signe.
    David SOUVESTRE

  50. Benjamin Durand

    Salut Romain,
    Je signe avec enthousiasme ; j’ai peine à croire qu’il existe une telle discrimination…
    et bravo pour l’initiative ; peut être à faire grossir au delà du bref délai imparti 🙂

  51. Henri

    Comment ne pas souscrire à ce billet? Je signe donc des deux mains

  52. sandra.sounard@wanadoo.fr

    je signe bien sûr mais dans quel pays vit-on? Le pays des droits de l’homme vraiment ?
    Sandra

  53. Agnès

    Je signe bien évident la lettre avec vous. Je vous félicite par votre combat.

  54. oliv'

    Le 27 novembre 2007, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot déclarait vouloir « suspendre l’interdiction » faite aux homosexuels de pouvoir donner leur sang, qualifiant cette interdiction de « démarche discriminatoire qui n’est pas tolérable ». La suspension de l’interdiction devait, selon la ministre, être effective « d’ici quelques jours ». En décembre 2008, ne voyant toujours rien venir, GayClic avait alors contacté le Ministère de la Santé afin de savoir pourquoi rien n’avait été fait depuis les déclarations de la ministre. On nous avait alors répondu que suite à une directive européenne, c’est un arrêté du Ministère de la Santé qui devait définir les critères d’exclusion des donneurs, mais que pour l’instant, aucune décision n’avait été prise. Dans une interview accordée au journal Libération parue ce matin (14 janvier 2009), la ministre annonce qu’elle maintient finalement l’interdiction de don du sang pour « les hommes ayant eu des rapports avec un homme ». Voici les explications de la ministre concernant sa décision :
    « C’est vrai qu’au début, quand la question s’est posée, j’avais clairement demandé à ce que l’on étudie la possibilité de revenir sur cette contre-indication; tout le monde connaît mon engagement personnel. J’ai sollicité l’avis des experts et des agences sanitaires pour asseoir ma décision sur une évaluation médicale solide. En matière de risque liés au sida, tous ces experts m’ont fait part de deux éléments. D’abord, il y a une période muette de plusieurs jours, entre le moment où la personne a été en contact avec le virus et le moment où le virus circule dans le sang et donc devient détectable. Ce qui pose un vrai problème. Ensuite, les données épidémiologiques sont incontestables : entre 10 et 18 % des gays sont contaminés, alors que ce pourcentage est de 0,2 % pour les hétérosexuels. les situations épidémiques ne sont pas les mêmes. Il y a un risque, et ce risque est trop élevé. D’où le maintien de cette contre indication (…) ce n’est pas une option philosophique, c’est une question de sécurité transfusionnelle. Actuellement, je ne peux pas faire courir ce risque aux malades. Mais on surveille et, s’il y a des changements, on fera évoluer la réglementation. Tous les pays européens sont sur la même ligne. Mais vous savez, de même, toute personne ayant séjourné en Grande Bretagne pendant au moins un an ne peut pas donner son sang en raison des risques de transmission du prion. C’est une analyse sanitaire qui nous a fait prendre cette liste de contre-indications. »
    Cette interview intervient alors que Gayclic était en train de préparer un article sur le sujet, suite aux nombreuses réactions des GayCliqueurs concernant notre dernier article sur le don du sang. Nous avions alors contacté l’EFS (l’Etablissement Français du Sang qui, en collaboration avec l’AFSSAPS, établissait jusqu’à maintenant les critères des donneurs) pour connaître les raisons de cette exclusion. Les principaux arguments donnés étaient les mêmes que Roselyne Bachelot dans l’interview de Libération. Une raison supplémentaire, que la ministre n’a pas évoquée, et sur laquelle l’EFS avait tenu à insister, est que contrairement aux idées reçues, le sang collecté n’est pas chauffé car cela détruirait les globules rouges. L’EFS avait également tenu à nous préciser que cette interdiction n’avait rien de discriminatoire envers la communauté homosexuelle, puisque le don du sang est autorisé pour les lesbiennes.
    Dans son article, Libération rappelle les positions d’Act-Up et de Jean-Luc Roméro (Président des Élus Locaux Contre le Sida), qui avaient appelé au printemps dernier à « la levée de l’interdiction systématique et discriminatoire faite aux homosexuels de donner leur sang », estimant que c’était « les pratiques à risques » qui devaient être exclues et non les « homosexuels ».
    voila un article qui est parut sur gay clic (soit un article pro-gay) qui permet de mieux se forger une opinion car je trouve que faire signer une tel pétition sans réel indication fondé c’est un peu flou…non???
    pour ma par je suis partagé car d’un coté on peut prende sa pour quelques chose d’homophobe mais pour ma part je ne le pense pas car étant donné les indications donné ci dessou cela porte a confusion

  55. Erwan, de ErwanéBruno

    Bonjour,
    Bien évidemment, nous signons !
    comme tu le rappelle, cette interdiction est realancée aujourd’hui par la signature du nouvel arrêté, mais même si elle avait été assouplie dans les textes l’année dernière, cet assouplissement n’a jamais été pris en compte dans les faits. Et c’est vraiment pas agréable de de se faire jeter après avoir passé toutes les questions (même celle du pâlud !) avec brio.
    Par ailleurs, sur le même sujet de « limiter les risques à tout prix », même au prix de faire des amalgames douteux ou affirmer des contres-vérités, le ministère avait en septembre dernier émis un communiqué alertant sur le fait qu’un médecin porteur du VIH avait exercé dans une clinique espagnole.
    Nulle mention d’une absence de précaution basique -ce qui serait évidemment condamnable-, le simple fait d’être porteur rend le médecin d’emblée coupable de mise en danger d’autrui.
    Comment continuer à condamner l’exclusion dans ce cas ?
    « Est-ce que j’aurais le droit d’être médecin si j’étais séropositif ? »
    Je te fais suivre la copie écran et le communiqué par mail de suite.
    PS : une remarque sur ton article, quand tu écris « … les hommes de préférence homosexuelle.. « , c’est discutable.
    Laisser croire que c’est une préférence, un « choix de vie », c’est aussi laisser croire qu’on peut y changer quelquechose.
    Est-ce que tu as préféré être blanc à la naissance ? Droitier ?
    A quel moment as-tu décidé que tu serais hétérosexuel ? (puisque si moi j’ai fait le choix de l’homosexualité, c’est donc que toi tu as fait un autre choix, non ?)

  56. @oliv':si je considérais que Bachelot était défintiivement homophobe, je ne lui écrirait pas.Il y a plusieurs médecins qui ont signé cette lettre avec moi à l’exemple du Docteur Taha.Et tous considérent absurde de considérer que l’homoseuxalité EN SOI soit facteur de risque.Si il y a plsu de gays contaminés en proportion, c’est qu’il y a beaucoup de gens avec un grand nombre de partenaires.Mais il y a aussi beaucoup de couples stables.Alors en quoi ces derniers szeraient-ils plus à risque que les couples hétéros stables?
    @erwanebruno:ah mais mois je suis gaucher!lol.Plus sérieusement je met préférence homosexuelle comme j’aurais pu écrire « les garçons qui préférent les garçons ».Ce n’est nullement une prise de position sur l’inné et l’acquis.Merci de votre signature.

  57. bp chevalier

    bonjour
    je souhaite au nom de notre association ensemble pour une santé solidaire cossigner votre lettre a madame bachelot
    si possible nous pouvons la mettre égalemnt sur le site avec l’ensemble des signatures
    solidairement
    bp chevalier
    http://www.ensemblepourunesantesolidaire.fr

  58. Marjo

    Réponse à Simon :
    Un donneur qui a changé de partenaire au cours des 4 derniers mois est exclu du don. Ce qui est normal compte tenu du délai d’apparition dans le sang de certaines infections comme le VIH.
    Une discrimination supplémentaire envers les homosexuels n’est absolument pas justifiée.
    Le risque n’est pas plus grand chez un homosexuel que chez un hétéro.

  59. jean

    bonsoir
    Certainement il est possible de vous comprendre d’une part et d’autre…
    Lorsque l’on voit par exemple le procès qui vient d’avoir lieu… à l’époque pas assez de précaution… et celui qui veut prendre aujourd’hui on lui tombe dessus…
    Comment peut-ont gouverner dans des conditions comme ça !!! sincèrement
    Jean

  60. ali

    Je trouve ça vraiment incroyable. Et je me pose une question, comment connait-on les préférences sexuelles des candidat-e-s au don ?

  61. triste du manque d'humanité

    Ce site est bien a l’image du parti socialiste. Silence on massacre, et quand cette gauche institutionnelle s’exprime c’est pour revendiquer le droit a l’occupant colonisateur de se défendre.
    Beurk y’en a encore au PS qui arrive a se regarder dans un miroir???

  62. Viviane LAGARDE

    Salut Romain,
    Je signe bien sûr. D’accord avec Jean-Paul lorsqu’il dit qu’il est de la responsabilité des techniques de tout faire pour trouver, et vite, des solutions. Parce qu’en prouvant que les homosexuels (et les lesbiennes lorsqu’elles sont confrontées au même problème) peuvent donner leur sang, ils sauveront d’abord des vies supplémentaires mais permettront aussi à des hommes, trop souvent encore en souffrance, de ne pas subir une frustration dont on ne sait pas si elle est justifiée scientifiquement ou la conséquence d’une décision proprement discriminatoire. Quant aux politiques, il est impensable qu’ils puissent maintenir des interdits sans avoir des éléments fiables et démontrables pour les justifier ! Alors battons-nous pour que ces preuves soient trouvées et données, de façon à ce que les textes et les pratiques se rangent dans tous les cas à la raison, et jamais à des suspicions qui s’assimilent, on peut le craindre, à de la discrimination.
    Merci Romain de ton action. Viviane

  63. vous n’avez visblement pas lu ce blog, qui parle du cdonflit israelo palestinien dans des articles précédents.Dommage.

  64. Bonjour Romain,
    Je signe, mais peut-être trop tard (ouiiii, mais j’habite l’Inde alors…) ?
    Merci pour cette pétition, et pour la voix qui s’y exprime, quelles que soient ses préférences sexuelles, en faveur d’un traitement égalitaire des citoyens français.

  65. pour être donneur, je signe, évidemment…
    quand le médecin vous pose la question : « vous n’avez pas de relations sexuelles avec des partenaires du même sexe ? », vous comprenez vite que si vous répondez oui, votre sang ne sera pas pris.
    j’imagine que nombres d’homos le cachent lors des entretiens, comme nombre d’anciens buveurs taisent leurs cures aux assurances puisqu’il vaut mieux être alcoolisé régulièrement à leurs yeux que malade abstinent.

  66. il y a un questionnaire,
    on te demande si tu trompes ta femme , et tout et tout… c’est pas fait pour la sécurité puisqu’ils vérifient ton sang après, c’est fait pour que tu comprenne bien que t’es un mauvais citoyen si t’es pas dans la ligne hétéro régulo
    tout juste s’ils te demandent pas ta position amoureuse préférée

  67. Stéphane Sacquepée

    Je signe également
    Consterné par l’esprit rétrograde et anachronique qui irrigue l’action de ce gouvernement

  68. Alexis

    Le problème dont on parle vient du fait qu’on ne peut pas être sûr que les donneurs soient en période d’incubation de virus (y’a pas que le VIH d’ailleurs) qui est souvent de 3 mois. Si le don se fait dans cette période, on ne peut pas détecter la charge virale mais on peut bel et bien infecter les receveurs.
    Alors biensûr que les médecins (les scientifiques + largement) ne sont pas des cons homophobes mais restreindre drastiquement les dons en se privant des HSH, c’est juste hyper radical et hypocrite.
    Il fût un temps où les handicapés étaient envoyés dans les camps. C’était également radical mais au moins (attention cynisme) on était sûr qu’ils ne reproduisent pas.

  69. alex

    je signe des deux mains.

  70. Yann Le Bihan

    +1, même si c’est un peu tard…

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers