metropole-lyon

Elections directes au Grand Lyon: ça change

grand-lyon-hemycycle-seance

Un sujet agite les forces politiques du Grand Lyon et la presse depuis quelques jours: aux prochaines municipales en 2020, il y aura des élections directes pour la métropole lyonnaise.

La Métropole de Lyon sera découpée en circonscriptions (une petite quinzaine pour l’instant) chacune élisant un nombre donné de conseillers. Les circonscriptions sont faites pour représenter un nombre assez équivalent d’habitants (en gros un conseiller pour 7200 à 8300 habitants) même si des inégalités légères existent (dans le projet du préfet, le 7e arrondissement, ma circonscription donc, et une partie du 3e seraient un peu moins bien représentés que les autres territoires si le projet en reste là…).

Dans chaque circonscription, les candidats seront menés par une tête de liste. Un peu comme le scrutin régional actuel. Un peu comme les scrutins de Paris, Lyon, Marseille.

Les semaines qui viennent vont être au Grand Lyon un débat sur pas mal de choses dans ce sujet et suite aux propositions du Préfet :le nombre de conseillers, de circonscriptions, la représentation des villes etc…

Reste qu’en regroupant plusieurs communes dans nombre de ces circonscriptions crées pour élire directement les conseillers communautaires, c’est une nouvelle vie politique qui s’ouvre: les Maires ne pourront plus être membres de l’exécutif du Grand Lyon, des municipalités vont devoir travailler ensemble pour établir les listes. De quoi faire sauter quelques vieilles habitudes. De quoi renouveler fortement les pratiques, les femmes et les hommes.A moins qu’en cas de retour de la droite aux affaires nationales, tout soit remis en cause…

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. moi

    Fascinant…

    Ce devrait être LA question essentielle. La plus grande collectivité de France va voir le jour et la question démocratique est… oubliée

    le mode de scrutin n’est pas « un peu comme le scrutin régional actuel ». Il est tout à fait comme les « scrutins de Paris, Lyon, Marseille ».

    Et ce mode de scrutin, inventé il y a presque un demi siècle pour éviter à Jacques Chirac de prendre la mairie de Paris est TOUT SAUF DEMOCRATIQUE (désolé pour le caplock, mais bon, ça énerve)

    Au delà du fait qu’il est illisible pour l’électeur, qu’il ne permet pas un débats sur un projet d’agglo, il est tout simplement MONSTRUEUX (désolé bis)

    Dans ce système, il est possible pour un mouvement politique d’avoir la majorité en sièges tout en étant minoritaire en voix

    Tu perds, tu gagnes quand même, cool, non ?

    Que penser d’une classe politique qui met en oeuvre un tel dispositif ?
    Que penser des commentateurs et autres blogeurs avisés (hum ? ) qui n’en pipent mot ?

    il y a des mots qui me viennent mais je ne souhaite pas abuser de mon caplock

  2. moi

    « des municipalités vont devoir travailler ensemble pour établir les listes »

    non mais tu te relis parfois ?

  3. romain blachier

    Cher anonyme,

    le billet en question que vous commentez (si on se connait vous êtes caché donc on ne se connait pas si on ne se connait pas on se vouvoie donc) parle justement du mode d’élection direct par les citoyens…qui n’existait pas avant et qui était nécessaire pour pallier les soucis évoqués d’absence de démocratie.
    il peut être intéressant de lire réellement les billets qu’on commente. Cela permettrait aussi de comprendre la phrase « des municipalités vont devoir travailler ensemble pour établir les listes »….

  4. moi

    3 choses

    1/ On peut faire dans la précision. L’élection au suffrage universel direct des conseillers communautaires existe depuis 2014, même si ces satanés “bulletins fléchés” sont incompréhensibles. Tout comme la loi qui les a imaginés, mais c’est une autre histoire.

    2/ Je maintiens, signe et contresigne. Un système électoral qui rend possible la victoire du camp qui recueille une minorité de voix ne sert pas la démocratie (et j’euphémise un max là). On le regrette quand cela concerne l’élection du président des USA ou les maires de Paris Lyon ou Marseille, considérant sans doute ces systèmes comme un héritage peu glorieux du passé.

    Mais qu’on retienne un tel mode de scrutin pour la première collectivité de France, c’est tout simplement incroyable. Ou alors il y a quelque chose que je n’ai pas compris et je veux bien qu’on m’explique.

    3/ Je lis réellement les billets que je commente. je relis même.
    « Des municipalités vont devoir travailler ensemble pour établir les listes »
    De quelles listes parle-t-on ? Des listes de candidats qui seront présentées dans les circonscriptions de la métropole ? Depuis quand les municipalités – l’exécutif d’un conseil municipal – se sont elles en charge de la constitution de listes pour des élections ? Ou alors il y a quelque chose que je n’ai pas compris et je veux bien qu’on m’explique (bis)

  5. moi

    et aussi, je veux bien être éclairé sur cette phrase :

    « les Maires ne pourront plus être membres de l’exécutif du Grand Lyon »

    J’ai lu la loi, j’ai lu la décision du 23 janvier 2014 du conseil constitutionnel, je n’ai rien vu de tel.
    Il est question de l’incompatibilité des fonctions de président de la métropole et de maire, mais je n’ai pas souvenir d’un tel dispositif pour les VP.

    Mais je ne demande qu’à apprendre…

    • romain blachier

      moi: nous voila déjà plus dans le débat de fond.

      l’extension de l’interdiction de cumuler maire et exécutif est réelle Je n’ai pas le texte exact, je l’ai apprise vendredi dernier mais elle est avérée notamment par le Préfet.Je n’ai pas le texte exact mais elle doit figurer dans la loi métropole

      sur les 3 autres points

      1/techniquement oui (je suis bien placé pour le savoir ayant été fléchée d’ailleurs changé de place comme c’était prévisible entre les deux tours) mais la liste était fondue dans la liste municipale.Là les deux élections seront distinctes (même si sans nul doute le même jour)

      2/quel est le souci? vous auriez préféré une circonscription unique? pourquoi pas mais à ce moment quelle garantie de la représentation des différents territoires? La position se défend mais aurait sans doute entrainé des blocages et autres soucis.

      3/Je pense par exemple aux maires des monts d’or: ils vont devoir se coordonner pour monter des listes entre eux, pareils pour les différentes sections de partis qui sont très souvent sur des bases communale (le ps par exemple) puisque dans nombre de circonscription (hors villeurbanne et Lyon) la base communale ne sera plus la référence.

      • moi

        Hé ben, il y a du boulot. Mais ç’aurait pu être pire. Vous auriez pu être élu, voire de gauche…

        reprenons :
        1 / Ne jamais croire un préfet, toujours lire la loi. ça tombe bien, elle est là.
        http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028526298&dateTexte&categorieLien=id
        Je n’ai pas vu d’incompatibilité VP et maire, mais je veux bien apprendre…

        2 / Non non et re non : les listes communautaires et municipales n’étaient pas “fondues”, elles étaient scotchées. nuance de taille. les conseillers communautaires ne doivent plus rien au communes. Le grand Lyon ne procède plus des mairies.

        3/ “Quel est le soucis?” non mais on rêve !- Pouvoir avoir une majorité au conseil métropolitain en étant minoritaire en voix sur le territoire de l’agglo, c’est pas un PUTAIN DE SOUCIS ça ? Oui une circonscription unique est la solution pour éviter ce “soucis”.
        Votre préoccupation de “la représentation des territoires” est touchante. On croirait entendre un vieux sénateur du sud ouest. Mais cette tendance à l’anthropomorphisme des territoires est tout simplement réactionnaire. Préférer le territoire aux électeurs – j’allais écrire aux humains – est un prisme de notable, ce que vous ne sauriez être, hum ?

        4 Mais relisez vous bordel ! ce ne sont pas les maires qui “montent” des listes. Ce sont des candidats, vous sentez la nuance ? Et oui, il faudra monter des listes au delà des limites communales. ça s’appelle l’agglomération. vous verrez, ça ne fait pas mal…

  6. houlà, le ton redégénére.Je vais vous répondre plus calmement pour ma part ami anonyme si vous n’y voyez pas d’inconvénient.

    1/ Je vous dis, je n’ai pas le texte (faudrait que je trouve le temps de chercher ce serait plus convaincant) mais c’est bien prévu
    2/ c’est un peu la même chose.Impossible de voter différemment l’une et l’autre.
    3/ du calme. Je ne fais pas les lois. Je vous explique ce qui a mon sens guidé l’esprit du législateur et ce qui peut préoccuper l’esprit de petites communes, dont certaines sont inquiètes de voit disparaitre leur représentation communale. Pour l’instant nous en sommes au stade de la métropole c’est à dire d’une collectivité qui représente aussi divers territoires. Comme c’est le cas pour l’Etat aux USA ou plus près de nous…à Lyon ou à Marseille. Demain serons-nous dans autre chose, dans par exemple quelque chose de plus unitaire où à ce moment la circonscription unique sera plus pertinente?A voir.Elle sera en tout cas à ce moment là plus démocratique on est d’accord.
    4/ oui c’est ce qui est dit dans mon billet. Concrètement va falloir travailler entre militants/élus/maires de différentes communes entre gens de la même sensibilités pour les listes en dépassant l’échelle communale .Y rajouter bordel ne change rien. Et c’est une bonne chose.

  7. moi

    Après j’arrête, promis…

    Mais concentrons sur un point que vous n’arrivez visiblement pas à comprendre : la question de la soi disante “représentation des territoires”.
    Non la métropole n’est pas “une collectivité qui représente aussi divers territoires”. ça, c’était avant. Avant, c’était un EPCI qui procédait des communes.
    Au 1er janvier, la métropole est une vraie collectivité locale. Comme une commune. Elle sera administrée par des élus représentant les CITOYENS ELECTEURS (je ne cris pas mais votre éditeur ne me permet pas de souligner)
    Depuis quand une collectivité représente-t-elle une partie des territoires ? il y a des élus villeurbannais qui représentent Saint-Jean ? des élus de Saint-Priest qui ont la charge de représenter le quartier de bel air ? des conseillers municipaux de Vénissieux qui incarnent le plateau des minguettes ? Que nenni. Les conseillers municipaux représentent leur mandants, les électeurs. (Ne me parlez pas de Lyon et des arrondissements, le scrutin PLM est le problème)
    Ce sera aussi le cas pour les conseillers métropolitains qui représenteront les électeurs citoyens du Grand Lyon. PAS LES COMMUNES (je ne cris pas mais…etc)
    C’est d’autant plus vrai que la loi MAPAM prévoit une autre instance pour la représentation des communes : La conférence métropolitaine (loi mapam – article 26 chapitre III section 1). Cette instance est présidée de droit par le président du conseil de la métropole et comprend tous les maires des communes.
    Il n’y a donc aucune raison pour que les conseillers métropolitains représentent autre chose que leurs électeurs.

    Donc oui, il faut que les conseillers métropolitains soient bien élus.
    Oui il ne faut pas que pèse sur leur élection le soupçon d’un découpage qui avantage tel ou tel clan.
    Oui il ne faut pas prendre le risque d’un scrutin ou les minoritaires en voix peuvent gagner.
    Oui il faut une circonscription électoral unique.

    Je vous remercie de m’avoir lu, de m’avoir répondu.
    Vous faites a priori parti de la génération qui pourrait demain administrer cette nouvelle collectivité, et ces échanges sont importants.

    Mais – in cauda venenum – je suis abasourdi de votre cruel manque d’analyse, de lucidité et de culture politique dans cette période pourtant historique pour l’avenir de notre agglomération.

    D’autres risquent de mettre ces sujets à l’agenda à leur avantage.
    Vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas au courant.

    courage quand même

    • romain+blachier

      Bonsoir

      On revient sur le fond à nouveau et rien que cela c’est une bonne nouvelle. Par contre je ne vois pas où sont ces « manque d’analyse, de lucidité et de culture politique » (on peut mettre des italiques et on peut souligner sur mon éditeur mais c’est vrai que cela demande du code).Je vous trouve par contre un peu flatteur sur mon potentiel.Etre en désaccord avec vous serait-il interdit ? La culture politique serait réservée à ceux qui vous approuve?

      Je vous répète: je ne nie pas votre argument, je n’en ignore pas le bien-fondé.simplement je comprend l’inquiétude de nombreux territoires qui ont peur, dans les premiers temps, d’être oubliés.. Et pour le coup on peut les comprendre: auparavant pour prendre Saint Germain au Mont d’Or, il y avait au moins un élu. Là il est fort possible qu’il y en ai 0. D’où les inquiétudes de certains territoires .Qui ont peur d’un truc simple: c’est que les questions de leurs territoires ne soient plus prises en compte.

      Alors sur un plan électoral oui, je vous l’ai dit, on est d’accord il est plus démocratique sans doute d’avoir une circonscription.Mais il a donc déjà cette question des territoires. Ca a l’air bête mais n’oublions pas aussi que nous sommes dans un processus transitoire, qui peut évoluer, mais sur lequel il faut convaincre le maximum de gens d’adhérer.

      Alors vous allez me répondre que les élus métropolitains représentent tout le monde. C’est en fait déjà le cas, même si nous sommes tous issus de communes. Ce qui n’empêche pas qu’en réalité chacun aie, en plus de ses centres d’intérêts, un tropisme local. On peut le nier, le regretter, c’est un peu partout pareil dans toutes les assemblées. Et de facto et de jure en effet dans les conseils municipaux de PLM (si vous voulez on peu reprendre l’exemples sur villeurbanne, ca marcherait aussi mais ce serait de facto seulement) sont des représentants et de leur ville (Lyon) et de leur arrondissement. C’est aussi pareil à l’assemblée nationale, de facto: les députés représentent certes la nation mais curieusement les députés ruraux parlent plus d’agriculture que les députés de Paris…bizarre non? On peut déplorer cela mais ce serait hypocrite ou manquer de sens politique que de le nier.

      D’autant que les conseiller métropolitains vont être amenés, tâche nouvelle et à définir, d’être des élus de proximité sur leur territoire d’élection…ce qui n’est pas du luxe puisque cet organe puissant que sera la métropole ne doit pas être trop éloigné des territoires et donc du citoyen.Là aussi une circonscription unique serait sans doute riche en effet pervers.

      Alors après ces dispositifs transitoires peut être aurons nous un jour un monde politique qui tienne, dans une circonscription unique, l’intérêt des territoires comme de la métropole, le sens de la proximité sans être rattachés à un territoire. Ce serait beau. J’y serais plus que favorable.

      Et je suis sûr que beaucoup de gens aimeraient que ce soit possible. Mais je crois que,pour les raisons que j’ai exposées, le législateur et le politique ont eu un fort doute. A voir dans l’avenir ce que va donner la métropole qui connaitra sans doute des évolutions.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers