Georges Sorel, prêtre de Mercure à Lyon 7e

Sorel-blachier J’aurais pu vous parler du ralliement de Pierre Moscovici dans le cadre du congrès du PS à la démarche initiée par Gérard Collomb autour d’un projet décentralisateur, européen et social-démocrate.

Cela ne bougera pas forcément chez ceux, espérons qu’ils sont le moins nombreux possible,des signataires du texte de l’élu du Doubs qui cherchent non à faire grandir le périmètre de leurs idées et à augmenter le nombre de convaincus mais à garder un créneau en se positionnant pour en tirer des avantages.Etre le moins nombreux possible dans un courant semble être pour certains la certitude d’obtenir des places de représentants dans termes de postes ou de places sur les listes pour soi sans subir de concurrence interne forte.Etre le seul de sa sensibilité  dans une grande ville de la banlieue permet de recueillir les fruits d’une stratégie de niche, comme on le dit en marketing, au détriment du rassemblement.

Mais plutôt que de commettre un billet sur les couloirs du PS, je vais vous parler de mon rendez-vous avec Georges Sorel (rien à voir avec le philosophe et sociologue du même nom), actuel président de l’Association de développement du commerce Lyon 7e et nouveau dirigeant national de la Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC).Georges fut également adjoint au commerce sous le précédent mandat.C’est vous dire comme j’ai la pression pour prendre la succession après un spécialiste pareil du monde des pratiquants de l’art de Mercure, dieu romain du commerce.On s’est retrouvé chez Carmela, à la Faluche,  rue de Marseille autour de quelques verres d’une boisson anisée qui aime le soleil.

Alors c’est quoi ton parcours professionnel Georges?

En fait j’étais au départ dans la métallurgie, j’étais commercial à l’usine qui était située dans l’actuel AKGB, vers la rue des bons enfants au nord de Gerland.>.J’ai eu envie d’indépendance et j’ai ouvert un premier magasin de papeterie.Puis j’ai trouvé mon local actuel à Saxe-Gambetta et j’ai ouvert la papeterie Jean Jaurés située au 14,avenue Jean Jaurés, affaire que je tiens toujours.Je suis un vrai amoureux du 7e, tout comme toi.

Pourquoi t’être lancé dans le commerce, qui est visiblement une vraie passion chez toi?

Parce que j’aime le contact avec les gens.Je dis souvent que dans nos métiers il y a l’inné et l’acquis.On peut devenir un bon commerçant mais avoir ça dans les tripes c’est vraiment un plus.Moi le côté social et sociable, l’esprit d’indépendance me plaisent énormément dans cet univers-là.C’est pourquoi je me suis lancé dedans mais aussi c’est pourquoi j’ai participé à la création de la fédération des commerçants du 7e puis à celle de l’ADC7 et que je suis depuis le 24 juin dernier président de la FFAC.

Et comment te situe-tu, en tant que personne qui se doit de penser un certain nombre de sujets impliquant la collectivité ?

En fait je n’ai jamais eu de carte dans un parti.On m’a longtemps classé au centre-droit parce que Raymond Barre m’avait confié la partie commerce de le Coupe du Monde de Football 98 mais je n’était pas forcément de ce camp, ni d’un autre d’ailleurs.Pendant longtemps j’ai été en attente d’un vrai libéralisme, économique et sociétal.La droite me semblait incapable d’être réellement libérale, la gauche ne l’était pas encore…

Oui là-dessus onest vraiment d’accord.Le libéralisme de la droite n’est trop souvent qu’un moyen de faire gagner les gros sur les petits, de conserver les inégalités et la gauche peut être source du libéralisme dans le bon sens, y compris économique, en permettant à chacun de jouer son rôle de façon égale.Ce serait une véritable liberté, loin d’être ce qui est trop souvent actuellement une fragilisation des plus faibles et une aide aux plus puissants.Je pense que le libéralisme véritable est de gauche.

Je le pense aussi.En fait le gouvernement actuel se réclame du libéralisme mais ne l’est pas vraiment.Dans la loi actuelle sur la modernisation de l’économie, il y a quelques trucs bien et une écoute intéressante du ministre mais surtout un renforcement du pouvoir des grosses boites au détriment des petites.Ainsi la libéralisation de l’implantation de grande surfaces (Jusqu’à 1000 mètres carrés sans autorisation spécifique) ira bien plus loin que dans les normes allemandes par exemple (700 m2).Moi politiquement je pense qu’un vrai libéralisme est nécessaire en France.La gauche peut être plus que compatible avec ce sens de la liberté qui permet aux faibles d’exister face aux gros, à chacun d’avoir sa chance dans cette société.

Que penses-tu sur la réforme de la TVA sur la restauration qui vient?

Je considère que le toujours moins de taxes n’est pas viable, avec la dette actuelle qui ne fait que se creuser.Ainsi il aurait peut-être mieux valu que les fasts-foods soient taxés à 19,6% pour ne pas les favoriser injustement face aux restaurateurs plutôt que de priver le service public de recettes en diminuant les ressources de l’Etat via la baisse généralisée de la TVA à 5,5% dans les restaurants.Ni les consommateurs ni les salariés de la restauration n’y gagneront rien.D’ailleurs les responsables de syndicats de la restauration reconnaissent en privé que le surplus sera pour les seuls responsables d’établissement.La TVA c’est presque un impôt écolo:Plus tu consommes, plus tu payes.Il faudrait d’ailleurs une TVA uniforme dans l’ensemble de l’Europe.

Justement sur l’Europe…

Il vaut mieux trop d’Europe que pas assez d’Europe.Que les gens se mettent ça dans la tronche.L’Europe c’est pratique pour certains pour se défausser.

Je pense en effet qu’on est au milieu du gué.On a laissé quelques pouvoirs mais pas assez à l’UE,résultat il y a la symbolique du pouvoir de Bruxelles mais sans vraiment exister autrement que par une bureaucratie impuissante

Oui et on ne décide pas assez uniformément, ça ne donne pas aux gens un vrai sentiment d’unité, il y a toujours des exceptions nationales dues à des égoïsmes.Tu as toujours des gens pour des raisons démagogiques qui vous disent des choses pour faire plaisir.Si on veut payer aussi peu pour la santé qu’en Angleterre par exemple, on ne peut demander un service aussi efficace qu’en Finlande.En fait il nous faut une seul façon de fonctionner en Europe.Nous les français on est mal placés pour donner des leçons.

Aujourd’hui il n’y a plus d’optimisme européen, regarde ce que l’Europe a permis de faire faire comme progrés à l’Irlande, au Portugal…

Tu vois ça me fait penser au premier FISAC dans le 7e qu’on a monté avec l’association.On a bossé avec des commerçants, la chambre de commerce, d’artisanat, on a fait des réunions, il s’agissait d’un projet de développement global pour le quartier et c’était difficile de sortir du simple « ça rapporte combien pour mon magasin ».

Alors ton engagement pour la cité est arrivé comment?

Une rencontre avec Collomb, mais je connaissait déjà bien  Flaconnèche, des personnes et des idées qui sont les miennes, l’envie de faire bouger la ville.Un coup de foudre politique.Mais je ne veux pas être un militant de parti.Et Lyon c’est ma ville, j’avais envie de la servir et plus particulièrement le 7e où je me sens vraiment bien depuis toutes ces années.En politique je n’aime pas la poudre aux yeux.Il faut se méfier des effets d’annonce type montez votre entreprise à un euro et vous serez millionnaire.Il faut avoir une vision à long terme.Ford ne savait pas qu’il serait Ford quand il tripatouillait des boulons dans son garage, Renault ne savait pas qu’il deviendrait la Régie Renault…

Euh oui surtout la régie, à mon avis là, il aurait pas fait certains choix, rires…

Rires…Oui c’est sur.Tient d’ailleurs ça me fait penser à la question de la propriété privée.La question de La Poste et de son ouverture va poser un choix important.Je ne pense pas qu’il soit important que la distribution soit public ou privé.Par contre il ne faut pas se faire d’illusion:A terme ça voudra dire des choix dans la manière de gérer le courrier au niveau des zones rurales.C’est l’opportunité de faire faire aux usagers un grand bon en avant et qu’au lieu que Madame Michu qui habite à 15 km du premier bureau de Poste reçoive son courrier postal, il faut l’aider pour qu’elle se mette aux moyens moderne.Ca demande des moyens pour être accessible à tous, effort hélas que le gouvernement ne semble pas prés à faire.Mais peut-être qu’un privé ou une autre orientation gouvernementale le fera…

Et sur le rapport Attali, qui préconise notamment cette mesure, alors il parait que tu t’es un peu disputé avec l’auteur?

On a un peu discuté quand il est venu dédicacer son bouquin à Lyon, il y a de bonnes mesures, d’autres carrément inacceptables dans son rapport.Mais non on s’est pas engueulés même si je lui ai dit les choses franchement.En matière de grandes surfaces y’a un souci par exemple évident pour nos métiers.Il ne pense pas assez la ville.

La ville a terriblement changé

Oui il faut repenser la ville constamment.Imagine sinon la place Bellecour serait encore un lieu d’armes où l’on se batterait en duel…

5 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. lapiz

    quel bordel cette histoire de tva!

  2. Interview sans doute plus interressantes qu’une énieme analyse nombriliste sur le PS et ses tribulations…
    Merci

  3. caroline b

    Au début j’avais cru à une histoire de chaine d’hotels bien connus (-; mais là Mercure est le Dieu du commerce j’imagine!

  4. Christophe

    Salut Romain,
    Bon, évidemment, je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est dit, mais je trouve que c’est une bonne idée de faire des interviews, notamment avec des gens qui savent de quoi ils parlent. C’est vivant.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers