Il est nuisible pour la famille de reculer sur la PMA

maman-bebeC’est formidable les nations européennes: bientôt on va intensifier les échanges franco-espagnols: les ibériques iront se faire avorter en France. Et puis,  si on en croit Manuel Valls, qui acte une reculade face à des gens qui ne reculeront jamais et qui vont être encouragés à tenter de reculer la société au niveau de la période de la Guerre de Cent Ans, les françaises vont être amenées à aller en Espagne pour la PMA (Procréation médicalement assistée). Enfin si elles en ont les moyens. Enfin si la droite au pouvoir de l’autre côté des Pyrénées ne supprime pas non plus cette possibilité instaurée par les socialistes locaux (eux au moins) pour les femmes qui veulent un enfant. Et quand est-ce que les Irlandaises auront le droit de choisir? Tant que les égotismes nationaux perdureront visiblement.

Cette position, autoriser la PMA, a toujours été refusée par la droite française. La gauche, elle, est toujours plus favorable à laisser les familles et les femmes décider plus librement de leur sort. Pourquoi reculer sur la PMA alors que des milliers de destins attendent d’en être changés et de fonder une famille?

Pourquoi faire? Pour faire plaisir à ces manifestants qui ne leur en tiendront jamais gré, qui les haïssent? Quitte quand ils n’ont pas d’arguments à en inventer de nouveaux?

L’autre jour dans mon quartier, des familles (et, il parait, certains de leurs enfants mais je n’ai pu vérifier)  ont reçu des images sur leur portable. Certains grands défenseurs de la famille, vous savez ceux qui refusent que d’autres en constituent, leur ont transmis des photos de peluches avec des pénis, un genre de jouet qu’on trouve plus volontiers dans un film de Katsuni qu’à l’école de Jules Ferry. Cet envoi était motivé par un truc: faire croire à leurs parents qu’on allait, sous prétexte des études de genre, leur donner ces peluches à l’école. Ou comment transformer un programme de lutte contre le sexisme en complot quasi pédophile. C’est cela, aussi, certains de ces défenseurs des valeurs morales: des gens qui ne reculeront devant rien quoi qu’il se passe. Même devant le fait d’envoyer des images pornos à des familles (et des petites filles?).

26 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Le seul problème, et il est de taille c’est que le projet présidentiel (60 engagements) ne mentionne pas du tout la PMA parmi les engagements.

    L’engagement 31 : « J’ouvrirai le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels »

    Alors même qu’il s’agissait d’un engagement du PS, Hollande n’en n’a cure.

    Encore un coup de raté

  2. On peut tout à fait être contre la PMA et ne pas envoyer de photos de pénis à des petites filles. Vos raccourcis sont peu honnêtes.

  3. Gwynfrid

    @ Patrick : +1.

    Romain, sans rire… « reculer la société au niveau de la guerre de Cent Ans »… Vous n’avez vraiment pas peur de l’exagération. En face, on parle de « dictature socialiste ». À caricature, caricature et demi. Agiter ainsi des épouvantails, voilà qui ne risque pas de faire avancer le débat.

    Pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement tente de calmer le jeu, plutôt que d’exacerber les divisions. Évidemment il ne le fait pas de manière très adroite, et naturellenent, il y a un aveu de faiblesse, mais au moins, il essaie d’apaiser les tensions. Il est temps pour tous les camps d’accepter qu’au delà d’une certain point, l’esprit partisan doit trouver ses limites.

    • Romain Blachier

      Apaiser les tensions c’est empêcher certains d’avoir des enfants? Là on est plus dans la caricature et demie de votre part non?

      • Gwynfrid

        Et vous, vous êtes dans la mauvaise foi. Jamais personne n’a prétendu empêcher qui que ce soit d’avoir des enfants. Ce serait d’ailleurs bien difficile.

        La question est, faut-il changer la loi pour autoriser les gens à faire (et non avoir) des enfants par des moyens nouveaux qui posent des problèmes éthiques. Les gens peuvent continuer à faire des enfants par les moyens classiques sans que personne ne s’y oppose.

        Le fait de renvoyer à plus tard la résolution de ces questions qui divisent les Français, est un geste d’apaisement, en effet. Surtout dans un contexte où les deux camps se traitent qui de fachos, qui de dictateurs.

      • en théorie, le PS devrait demander au gouvernement de déclarer la guerre à la Russie et à l’Inde, qui n’ont pas la meme conception que nous des droits des couples gays ?

        • Glorfindel

          « en théorie, le PS devrait demander au gouvernement de déclarer la guerre à la Russie et à l’Inde, qui n’ont pas la meme conception que nous des droits des couples gays ? »

          => Alors la pour le coup c’est la remarque bien stupide qui ne sert à rien à part échauffer les esprits.

          • Romain Blachier

            tiens on est d’accord sur ce point.

      • Glorfindel

        « Apaiser les tensions c’est empêcher certains d’avoir des enfants? »

        Personne n’empêche personne d’avoir des enfants, vous utilisez encore un stéréotype culpabilisant.
        Ce qui est empêché par la loi actuellement c’est l’utilisation abusive de la médecine dans la conception de l’être humain.

         » La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l’art) étudiant l’organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à restaurer la santé par le traitement (thérapie) et la prévention (prophylaxie) des pathologies. »

        • Romain Blachier

          Sommes nous vraiment dans quelque chose d’abusif quand des couples ont besoin de l’aide de la médecine, comme chacun d’entre nous a besoin d’aide de la médecine à un moment de sa vie? Je ne le crois pas. Pour ma part.

          • Gwynfrid

            C’est abusif si cela cause un mal à autrui. Dans le cas de la PMA, ça se discute: pour ma part, je pense que c’est un mal causé à l’enfant ainsi engendré; on peut ne pas être d’accord. Dans le cas de la GPA, c’est, à mon avis, incontestable: la mère porteuse devient un objet que l’on loue ou achète.

          • Glorfindel

            @Romain Blachier

             » Sommes nous vraiment dans quelque chose d’abusif quand des couples ont besoin de l’aide de la médecine, comme chacun d’entre nous a besoin d’aide de la médecine à un moment de sa vie? Je ne le crois pas. Pour ma part.  »

            Pour le coup c’est un avis, exprimé sans propos culpabilisants : merci !

            @Gwynfrid

             » C’est abusif si cela cause un mal à autrui.  »
            => Non, c’est abusif c’est c’est utilisé de manière excessif, c’est à dire que ça sort du périmètre prévu.

            « pour ma part, je pense que c’est un mal causé à l’enfant ainsi engendré; on peut ne pas être d’accord. »
            => Pourquoi est-ce un mal ?

  4. Glorfindel

    Bonsoir,

    « Certains grands défenseurs de la famille, vous savez ceux qui refusent que d’autres en constituent, leur ont transmis des photos de peluches avec des pénis, un genre de jouet qu’on trouve plus volontiers dans un film de Katsuni qu’à l’école de Jules Ferry. »

    => Je suis preneur des sources d’une telle affirmation.
    Au vue du sujet, ce que vous n’avez pu vérifier fait clairement objet d’un délit.

    Encore une fois, au lieu de débattre vous jouez sur la culpabilité, et les « m’a t’ont dit » … comme vous le dites
     » Quitte quand ils n’ont pas d’arguments à en inventer de nouveaux? »

    A titre personnel (pour essayer de débattre sans point godwin ou affiliés) :
     » […] toujours plus favorable à laisser les familles et les femmes décider plus librement de leur sort  »
    En soit ici ce n’est pas une question de famille ou même de femme qui m’importe, mais plutôt de l’enfant. Je suis sur que la proportion de citoyens qui ne ‘intéressent pas à leur origine (naturelle, ou médicalement assisté) est loin d’être nulle, tout autant que celle qui s’y intéresse. L’idée de venir d’un tube à essai, personnellement me rebute.

    • Romain Blachier

      Au vue du sujet, ce que vous n’avez pu vérifier fait clairement objet d’un délit. ben si j’ai vérifier, il y a bien eu texto de peluches pornos à des familles et intox sur les gender studies. Après non je ne vais pas fouiller les portables de mineurs à la sortie des écoles pour vous faire plaisir. Par contre j’ai tendance à croire (même si j’y met un conditionnel) les parents qui j’espère porteront plainte si c’est le cas.

      Encore une fois, au lieu de débattre

      en fait cela sert à rien que je vous réponde si je comprend bien? puisque vous avez décidé alors que je vous ai quasiment toujours répondu, que je ne voulais pas débattre.

      L’idée de venir d’un tube à essai, personnellement me rebute.
      c’est votre droit. Mais il ne s’agit pas de venir d’un tube à essai, ce sont des humains pas des créations chimiques que les bébés.

      • Glorfindel

         » Mais il ne s’agit pas de venir d’un tube à essai, ce sont des humains pas des créations chimiques que les bébés.  »

        Un homme va dans un hôpital, se met dans une salle ou figure une pile de magazines pornos, allume la TV ou passent des films pornos, se lave bien les mains et le pénis, se le secoue au dessus un flacon pour y déposer sa semence,le repose en sortant ou l’infirmière lui dit « merci ».

        Le flacon est testé pour les MST, pour les maladies génétiques, mit au froid, dopé au moment du dépôt dans un espace vaginal à l’aide de produits facilitant la réaction de fécondation …

        Ben oui, ce bébé (si fécondation il y a) est factuellement un produit de laboratoire, et cette perspective n’est absolument pas un due à qui que ce soit.

        Ce qui est due, et que la loi ne permet pas, c’est pour un individu d’avoir accès à son histoire, au delà de sa conscience et ses souvenirs. Bizarrement c’est ce droit qui est enlevé, c’est personnellement inconcevable.

        • tant pis pour cet individu, il n’aura qu’à demander des comptes à ses parents sociaux, si jamais il souffre de la situation

  5. Marie

    « La famille ». Quel beau concept, martyrisé, repris, édulcoré, respecté ou menacé.
    Mais la famille, tout comme le mariage, et comme la plupart des institutions vieillissantes de notre société, doit évoluer librement.

    De tous temps, les gens se sont battus contre les paradigmes, contre la disparition de ce qu’ils considéraient comme des traditions. Pour ma part, j’ai vraiment hâte que l’actuel paradigme meure définitivement, pour laisser à l’humain l’occasion d’évoluer, et de faire évoluer « la famille » avec lui. Peut-être que le mariage ne nous correspond plus, peut-être que la famille non plus.

    Laissons-nous l’occasion d’évoluer, de faire des enfants autrement, de mener une vie différente, plus adaptée à nos aspirations et à nos découvertes.

    • Glorfindel

       » Laissons-nous l’occasion d’évoluer, de faire des enfants autrement, de mener une vie différente, plus adaptée à nos aspirations et à nos découvertes.  »

      => Vous ne parlez pas d’évolution mais de changement. l’évolution se caractérise par un différentiel entre un état présent, et un état passé.
      Notez que j’apporterai potentiellement la même remarque à quelqu’un qui parle de « régression »

      • tiresias

        Je souhaiterais avoir une vue plus précise de ce qui différencie dans l’ordre temporel l’évolution du changement. je crains que la définition de l’une par rapport à l’autre ressortisse de l’ordre du subjectif. Quel est la grandeur ou la qualité du saut qui différencie l’un de l’autre. P.e, A partir de quel moment l’utilisation du moteur à explosion sort de l’évolution pour devenir un changement ? Si toutefois ce saut conceptuel est admis en ce cas ?

        • Glorfindel

          @tiresias

           » A partir de quel moment l’utilisation du moteur à explosion sort de l’évolution pour devenir un changement ? Si toutefois ce saut conceptuel est admis en ce cas ?  »

          Plus précisement :
           » sort de l’évolution pour devenir un changement  »

          Non c’est à mon sens l’inverse.
          Le moteur à explosion en son temps fut un changement, que les générations suivantes caractérisèrent ensuite d’évolution.

          C’est ce que j’ai voulu répondre à Marie, qui disait
          « Laissons-nous l’occasion d’évoluer, de faire des enfants autrement, de mener une vie différente, plus adaptée à nos aspirations et à nos découvertes. »

          Bien que en soit, littéralement sa phrase est juste, puisqu’elle parle « d’occasion d’évoluer ».

          Je suis d’accords avec vous, l’évolution est un concept très subjectif. Le changement à son inverse n’en est pas un.

          Je parles évidement de définitions conceptuelles, non littérales ou pour le coup je suis incompétent.

  6. Gwynfrid

    @ Glorfindel « Non, c’est abusif c’est c’est utilisé de manière excessif, c’est à dire que ça sort du périmètre prévu. »

    Ici, il est question de changer le périmètre prévu. Donc, si je suis votre argument, le législateur ne peut jamais rien faire d’excessif: il n’a qu’à changer le périmètre pour que l’abus devienne normal. On voit bien ce que l’approche recèle de dangers.

    « Pourquoi est-ce un mal ? »

    J’estime que créer un enfant en excluant spécifiquement la possibilité qu’il ait un père ou une mère n’est pas bon pour lui. Bien entendu, on ne peut pas et on ne doit pas empêcher ceux qui le souhaitent de le faire; mais transformer cela en droit, et y apporter le soutien de la médecine et de l’État, est tout autre chose.

    NB C’est là une démarche qui est différente, dans sa nature, de l’adoption par un couple de même sexe, à laquelle je ne vois pas d’inconvénients insurmontables, en tout cas pas au-delà de ceux que peuvent rencontrer les familles recomposées.

  7. Bonjour, Romain

    Merci d’être venu commenter mon article sur la question; je te reposte ici ma réponse, au cas où tu ne retournerais pas sur mon blog:

    « Je t’invite à relire ce passage, qui n’est peut-être pas clair, et à comprendre la différence entre:

    -la PMA pour traitement de la stérilité, qui est une maladie, à laquelle répond la médecine et que la Sécu (la collectivité) rembourse

    -et la PMA répondant à une demande « sociétale », pour des femmes qui ne sont pas « malades »: ni l’homosexualité ni la ménopause ne sont des maladies.

    La question se pose de savoir si la collectivité doit financer ce « droit à l’enfant » – alors qu’il y a bien d’autres droits qu’elle ne finance pas; et si le « droit à l’enfant » existe.

    Il ne suffit pas de traiter de réacs ceux qui posent la question pour l’évacuer.

    D’après ce que je sais, Hollande (encore un réac?) est hostile à la PMA pour les couples d’ homosexuelles; je suis un peu moins réac, y suis favorable, mais pas à sa prise en charge par la collectivité (je te signale que le coût est de plusieurs dizaines de milliers d’euros, et que ça ne marche souvent qu’à la 2 ème ou à la 3 ème fois; et je considère qu’il y a d’autres dépenses de « santé » -s’il s’agit vraiment de « santé »- qui me semblent prioritaires); mais je m’interroge, suis susceptible d’évoluer, attends le rapport du Conseil National d’ Ethique.

    Pas de manichéisme binaire , comme les manifestants du 2 février, face à ce qui n’est pas simple. »

  8. Rectificatif: le coût d’une PMA est de de l’ordre de la centaine de milliers d’euros, et ça ne marche souvent qu’à la 2ème ou à la 3 ème fois »

  9. régis

    Un peu facile de traiter ceux qui ne pensent pas comme vous d’esprits restés au Moyen-âge. Cela en dit long sur votre sens de la dialectique. Vous êtes bien un marxiste imbu d’historicisme qui croit connaître le sens de l’histoire, se gargarise du mot progrès mais, Torquemada à la sauce terra-noviste, instruit facilement des procès en hérésie. La PMA est un problème complexe: n’en faites pas une tête de gondole!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers