Jean-Louis Borloo: la fin d’une expérience marketing

Eprouvette  Pour commencer ce billet qui va parler d'un Jean-Louis  (Borloo de son nom, pas Touraine), qu'il me soit permis, bien que protestant notoire, de souhaiter une bonne fête aux Gérard dont c'est aujourd'hui la fête.

Saint-Gérard

Gérard, en tous cas celui qui fut béatifié, naquit à Cologne et entra au chapitre Saint-Pierre de cette ville où il fut ordonné prêtre. Distingué pour sa science et sa piété, il fut, en 963, choisi pour succéder à l’évêque de Toul, saint Gauzelin. Il reçut la consécration épiscopale à Cologne, le 29 mars. Salutations donc à Gérard Lenorman, auteur du célébre "Voici les clés"  Gérard Larcher, parpaillot descendu du siège de la présidence du Sénat et bien sûr à Gérard Collomb, Maire des lyonnais. Et aussi à Gérard Schivardi, ex-candidat troskyste tendance lambertiste, qui comme JLB a lui aussi annoncé sa volonté de ne pas aller cette fois au scrutin suprême. Sans avoir lui par contre droit à un vingt heures de TF1 pour le dire.

Jean-Louis Borloo:élargir l'offre pour un même produit

Revenons au Jean-Louis. Au Borloo. Revenons à la politique, même si c'est celle des couloirs, loin des grandes causes comme celle de la lutte contre la peine de mort. Parlons du renoncement aux présidentielles.

Je suis persuadé depuis des mois que la question de la candidature de Jean-Louis Borloo est un simple ballon d'essai lancé par Nicolas Sarkozy pour tenter d'élargir son offre politique. Au parti du Président et de Guéant les délires pour se lâcher sur les pauvres, l'école, la justice, la police…A Borloo le soin de dire les mêmes choses mais en mettant de la pommade, en mettant le mot social au milieu des mêmes positions.

Il était quelque peu artificiel de voir un Borloo et une Rama Yade, qui avaient approuvé tout et n'importe quoi, le bouclier fiscal, la destruction du petit commerce, celle du service public, se muer d'un coup en opposant, rejetter un bilan jusqu'ici assumé. Sans dire d'ailleurs en quoi on s'oppose. Sur la santé? Les salaires? L'Europe?…pas vu passer l'ombre d'une idée alternative à celles défendues par le gouvernement et l'UMP avec laquelle Borloo et ses amis étaient soi-disant en rupture.

Pareil: Aux cantonales, à Lyon comme dans le Rhône, les candidats sortants du parti de Borloo, le parti radical valoisien, rassemblement de notables de droite tranquilles, ne s'étaient généralement pas vus opposer d'adversaires UMP…comme on le fait entre amis et alliés.

Borloo dans le même temps essayait de rassembler les innombrables chapelles du centre, ces sectes pauvres en fidéles mais riches en chefs prônant le rassemblement à condition qu'ils se fassent autour d'eux. Il avait du mal. D'autant qu'il prétendait être différent du président sans jamais dire en quoi. Même dans un milieu pauvre en idée comme celui du milieu du spectre politique, ce genre de manoeuvre se voit.

Après la défaite au Sénat et alors que les affaires sortent les unes après les autres, que le gouvernement ne bénéficie nullement dans l'opinion de la situation nouvelle en Libye, que Sarkozy est considéré de plus en plus comme un boulet y compris dans son camp, que la primaire socialiste se passe sereinement pour l'instant, le Président a décidé d'arrêter les frais. Et a dégonflé le ballon de rouge de son ancien ministre en le rappelant à la maison pour arrêter l'expérience.

7 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Bien sûr qu’il s’agit d’une expérience marketing. Mais très franchement, quelle différence avec cette autre opération de marketing que sont les primaires socialistes ?
    Tout le monde rampe dans la même mare, et le spectacle est affligeant

  2. romain blachier

    Dans les primaires Ps il y a un débat,des discussions et un vote de citoyens. Rien a voir avec une manoeuvre décidée chez Sarko.

  3. Gbat12

    un peu court jeune homme…je penche plutôt vers l’analyse de Legrand sur Slate ;par ailleurs, n’abuserais-tu pas un peu du terme « destruction » ? On est loin des services publics à l’anglaise que tu dois connaitre !

  4. romain blachier

    concrétement tu veux dire quoi ?

  5. françois

    romain: bon billet
    gbat12: vous êtes sarkozyste, pas étonnant que vous soyez pas d’accord, même si je comprend pas trop votre commentaire moi non plus. Par contre le billet de Legrand expliquesurtot qu’il y a des chosespeu compréhensibles.

  6. Villeurbannais cynique

    j’adore votre odgmatisme. un débat ? il n’y en a pas. des discussions. il y en a certes mais pas celles que vous décrivez (aubry tacle hollande qui tacle montebourg qui tacle etc etc etc). quant au vote des citoyens, le PS villeurbannais attend 4 000 votants soit à peine 22% de leurs électeurs à la municipale de 2008.
    je n’appelle pas cela une opération marketing, mais un bide marketing.

  7. romain blachier

    Justement non le débat porte sur l’école, la jeunesse, la dette.Passez donc ce soir au Goutaillon, vous verrez…et je suis d’accord avec vous, réduire cette histoire de primaires au marketing est une erreur.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers