Pourquoi j’ai voté contre la liste proposée par le PS aux européennes

J’ai bien sûr hier apporté mon vote à la liste proposée socialistes du 7e pour les municipales  à venir des 23 et 30 mars prochain pour lesquelles les adhérents du PS de mon arrondissement votaient hier, tout comme les autres militants lyonnais le faisaient dans les leurs.

europe Mais, puisqu’on se prononçait aussi sur le sujet, j’ai par contre voté contre la liste proposée pour les européennes à venir. Les raisons en sont multiples: tout d’abord le débat européen aura été particulièrement absent.

Dans le cadre d’une expérience inspirée d’une discussion avec Europeansnow,  je m’étais, sans nullement chercher à être sur la liste, porté parmi les nombreux candidats à la candidature. Histoire de voir le fonctionnement de l’intérieur sans bruit sans tenter quoi que ce soit. Je ne me faisais aucune illusion au vu du verrouillage. Peut-être défendre une ou deux convictions fédéralistes au passage. Fol espoir. D’intérieur il n’y a rien eu.Je n’ai pas eu de nouvelles depuis ni de questions de débat. Pas grave mais cela a confirmé ce que nous voulions tester: un système en vase clos, sans idées, sans débat.

Et ce système fermé joue un peu partout sur les listes socialistes: dans l’Ouest, c’est Béatrice Patrie, qui aura été successivement élue de trois partis différents (dont outre le PS, un, le MRC, franchement souverainiste et un autre le PRG franchement fédéraliste) depuis 1999 qui est imposée pour le PRG aux socialistes, provoquant la bronca. Pendant ce temps des députés qui ont fait le job ne sont pas reconduits.

En Ile-de-France, Harlem Désir, qui aurait surement pu inciter l’ensemble des socialistes à voter contre les listes si il avait mis sa démission en balance en cas de vote négatif.

Et chez moi dans le sud-est, c’est Vincent Peillon, déjà parachuté après des accords d’appareils d’un congrès de Reims vieux d’il y a cinq ans qui se présente de nouveau, après avoir été remarquablement absent des débats européens puis démissionnaire. La fois précédente cette manœuvre m’avait déjà agacé.

Je n’ai pas fait campagne, pas même essayé de convaincre quelqu’un de faire le même choix que moi. J’ai voté pour l »Europe politique face à la technocratie. J’ai voté contre.

7 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Romain, bonjour,

    Alors, au PS ça magouille aussi!On case tous ceux qui se ramassent des gamelles !!!

    Enfin bref, cela confirme ma conviction aujourd’hui plus que jamais : les partis politiques ne sont plus des instruments de la démocratie.

    Sur le fond du problème, tout le monde s’en fout du fédéralisme, à droite comme à gauche mais comme les faux-culs sont légions dans cette affaire, la seule solution -selon moi- est de revenir à la souveraineté nationale, sans parlement européen, et surtout sans Commission de Bruxelles, sans Cour de Justice fédéraliste, c’est-à-dire construire l’Europe des Nations.

    Gaullistement
    Claude JEANDEL

    PS : alors le prochain Maire du 7ème, c’est Sècheresse???

    • Romain Blachier

      Dire que tout le monde se fout d’un truc parce que soi-même on se fout d’un truc est marque d’un excès d’égo Claude.

  2. Gwynfrid

    Surpris de vous voir avouer que vous n’avez pas fait campagne. Si vous voulez un débat d’idées, pourquoi de pas l’initier vous-même? Sans doute n’attendiez-vous aucune réponse, OK, mais si n’essayez même pas alors les chances sont vraiment nulles.

    Je conçois que le temps vous soit compté, bien sûr. Mais une campagne a minima, ne serait-ce que par une petite note de quelques lignes ici même, ça reste de l’ordre du faisable.

    En tout cas, votre billet confirme malheusement l’état de déliquescence dans lequel se trouve le PS. Sa seule chance, c’est que l’UMP est encore pire, mais si on place la barre si bas, c’est bien désespérant… En tout cas, la position de 3e parti français aux Européennes lui est promise, et pour être franc, ce sera mérité.

    @ Claude Jeandel: le seul problème c’est que jamais personne en Europe n’a pris la peine de définir ce que serait une Europe des Nations, et qu’il ne risque pas de se créer un consensus sur ce point. Ce concept est donc un simple cache-sexe. Dites plutôt que vous voulez la disparition de l’Europe communautaire, ce sera plus honnête.

    • Romain Blachier

      « Sans doute n’attendiez-vous aucune réponse, OK, mais si n’essayez même pas alors les chances sont vraiment nulles. » cela fait des années que je le fait.Et là pour le coup le problème c’est que justement cela ne change rien.

      • Gwynfrid

        Et vous êtes toujours militant. Vous avez bien de l’abnégation, et je dis cela sans ironie aucune. J’en serais bien incapable, pour ma part.

  3. El Desdichado

    Pour avoir approché le fonctionnement politique, je partage ton analyse.
    Je pense même qu’aujourd’hui 2 problèmes majeurs expliquent la méfiance vis à vis de la « chose politique » :
    – le recours systématique au promesses électorales, surenchère permanente et stérile, qui engendrent déception et court-termisme (les partis ne sont sur ce point pas plus responsables que les citoyens),
    – ET l’incapacité des partis a jouer correctement leur rôle sur l’attraction, la formation et le choix des personnes qu’ils présentent aux électeurs. Ce dysfonctionnement, il est délétère dans une démocratie qui dékègue autant de responsabilités aux partis politiques (et certains l’interprète d’ailleurs comme des « magouilles », ce qui est à mon avis un symptôme plus qu’une cause).
    J’admire d’autant plus ceux qui essaient de rester dans le jeu démocratique et d’animer le débat, ce que tu sembles faire Romain. Alors bon courage pour ne pas devenir cynique !

  4. Rob

    Bravo effectivement les designations des listes PS pour les europeennes font peines à voir comme dans le Sud Est

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers