la-fabrique

Primaires, pouvoir d’achat, remettre le PS au travail : la Fabrique au conseil national

Le conseil national du PS, c’est un peu le parlement du parti. S’y trouvent les responsables socialistes pour discuter des grandes orientations du Parti Socialiste.

J’y siège depuis l’année dernière.

Supposé se réunir régulièrement, le conseil national n’avait pas été tenu depuis le 19 septembre. Depuis de l’eau a coulé sous les ponts. Et de grands sujets comme les attentats du 13 novembre, la crise en Europe et de nombreux sujets sociaux n’ont pas été débattus. Le PS s’est trop souvent montré aux abonnés absents.

Le groupe dont je suis des représentants, la Fabrique, avec notamment Yann Galut et Karine Berger, a donc posé plusieurs demandes sous forme d’amendements. Des demandes qui ont été acceptées par la majorité du parti. Et qui vont, nous l’espérons, être appliquées au plus vite et sans faute.

La première est celle d’un fonctionnement du parti plus sérieux. En réunissant notamment notre conseil plus régulièrement pour travailler. Au moins une fois tous les deux mois.

La seconde est de travailler sur l’hypothèse d’une primaire à gauche pour désigner un candidat commun désignés par les sympathisants et militants des différents partis, de façon large.

La troisième est d’étudier et de travailler sur la question du pouvoir d’achat des français, de leur reste à vivre après impôts et dépenses incompressibles.

Nous semblons avoir été entendus sur ces points, qui ont été intégrés au texte proposé par la majorité du PS et Jean-Christophe Cambadélis. Au travail.

18 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Rémy PETIOT

    Si la primaire est une hypothèse aujourd’hui (donc aucune programmation à ce jour) c’est qu’il n’y en aura pas.
    En l’absence d’instance de réflexion d’un projet politique (et de « fonctionnement sérieux » comme écrit dans le blog), les primaires sont au moins un temps de réflexions diverses et intéressantes.
    Sujet qui peut paraître un détail mais qui n’en est pas un en ces temps de démagogie épidermique, les très nombreux messages sur les pantouflages, les indemnités et avantages des élus et responsables administratifs courent constamment sur le net et discréditent fortement l’action politique. Il conviendrait de revenir rapidement à une éthique (sans aller à 1789) propre à rassurer les citoyens.

    • Les primaires ne sont pas forcément un gage de fonctionnement sérieux du parti. Le président a été choisi en 2012, d’abord par son parti puis par les Français. Depuis, il travaille.et il a autre chose à faire que de faire le guignol pour gagner la primaire à gauche. S’il le veut, il se représente ou il ne se représente pas. Et là, une primaire sera sans doute la bienvenue. Mais je doute fort que les courants du PS se mettent d’accord ..?

  2. Marie Paule Dimet

    Des primaires pourquoi pas si c’est pris comme un temps de réflexion mais je n’aurais pas personnellement d’autres candidats de gauche pour lesquels j’aurais envie de voter.
    Je trouve ça malsain.

    • Rémy PETIOT

      Je ne fais pas partie des « haro sur Hollande ». Je préfère nettement sa présidence à celle qu’aurait pu être celle d’un sarko. Il fait ce qu’il peut dans le contexte mondial et il peut peu… Malgré quelques tangages délicats ou concessions peu honorables, je ne vois pas de dommages irréparables.
      Comme Marie-Paule, je n’attends pas de messie mais des idées.

      P.S. (post scriptum!) Marie-Paule sait que je ne suis le disciple d’aucun messie (le doute en toutes choses) et j’en profite pour lui envoyer de gros bisous

  3. Dommage que Jean-Christophe n’a pas entendu le texte très juste de La Fabrique, Frédérick …

    • les articles relatant le CN parle du fait que Cambadélis a balayé les primaires et aussi le fait que le PS aura un programme précis pour 2017 (ce sera juste un programme du président sortant uniquement).

  4. Moi quand je lis Romain ce n’est pas ce que je comprends: « La #seconde est de travailler sur l’hypothèse d’une #primaireàgauche pour désigner un candidat commun désignés par les sympathisants et militants des différents partis, de façon large. (…) Nous semblons avoir été entendus sur ces points, qui ont été intégrés au texte proposé par la majorité du PS et Jean-Christophe Cambadélis. Au travail. »
    Et une commission aurait été créée, cf TL de Guillaume Crépin ou il RT Nicolas Chapuis de Le Monde.fr twitter.com/nicolaschapuis/status/696006307736907777

    • si Jean-Christophe entend enfin La Fabrique c’est qu’il y a de l’espoir et que les choses peuvent avancer.

    • C’est un début, mais continuons d’être vigilants, car comme on dit en France: quand on veut enterrer un sujet, on crée une commission.

  5. ben y a un probleme avec le texte qui dit que le PS ne travaillera pas un programme pour son futur candidat alors

  6. J’ai pas tout suivi mais il va y avoir des thèmes travaillés non ? « Les cahiers …  » machins trucs ou qq chose comme ça. Enfin d’un autre côté, si on commence à peine à étudier la question des primaires, très loin des éventuelles candidatures, on ne peut pas travailler dès à présent sur le programme d’UN (ou d’une Caroline, qui sait 😉 je ne pense à personne mais toi tu emploies déjà un masculin) candidat. Et je paries que les cahiers serviront de bas au programme …

  7. S’il s’agit de faire des primaires à gauche, comme précédemment, pour faire ensuite du « sortant bashing  » dès les premiers mois de mandature, en croyant que redresser un pays dont l’industrialisation a été négligée depuis des décennies et a chuté fortement à partir de 2008 (travaux récents d’historiens : « La France depuis 1870 ») : très peu pour moi !
    J’indique que je n’avais pas voté F. Hollande au 1er tour des primaires mais seulement lors du 2ème tour. Pourtant, il m’avait déçu lorsque je lui avais demandé (lors d’une venue à Angoulême) s’il était prêt à réaliser la « révolution fiscale » sans tarder s’il était élu afin que l’ impôt direct soit juste, compris des français tout en rapportant à l’état ce qu’il ne fait pas actuellement. Sa réponse avait été :  » oui, je ferai une « réforme fiscale ».
    Il a tenu sa promesse, on ne peut le nier (comme le font ceux qui n’ont de cesse de dénigrer) mais qui est malheureusement loin d’avoir réconcilier les français de gauche ( de droite n’en parlons pas …) avec l’impôt. On n’en donc pas encore au stade avancé ( dans ce domaine) des danois dont l’importance de l’impôt juste est enseigné dès l’école primaire.
    Donc, la logique serait qu’il se représente, en tant que président qui a fait avancer la France ( pays très difficile à réformer progressivement mais uniquement par intermittence et malheureusement trop lentement). Évidemment cette proposition ne vaut que si une erreur grave de stratégie n’a pas eu lieu d’ici là, ou bien, si aucun « signe encourageant » de la politique novatrice mise en œuvre ( même si rien n’est jamais idéal en fonction des convictions de chacun) ne se manifeste…Et dans ce cas là, j’espère qu’il saurait sortir en personnage laissant une trace dans l’histoire « positive »de la France.

    Un éco-socialiste qui avait soutenu la Motion D car la Motion A ne lui semblait pas en danger par rapport à la Motion B.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers