entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Garder une sexualité et une vie familiale en prison

  Logo-genepi En tant Secrétaire Féderal aux questions de société du PS du Rhône, je recevais avec quelques camarades, dont notre responsable fédéral Jacky Darne, en  ce début de soirée Sarah Riot, représentante du GENEPI.

Le Groupement Etudiant National d'Enseignement aux Personnes Incarcérées est une association nationale existant depuis les années 70. Son objectif est l'éducation et l'aide aux détenus. La chose se manifeste par une présence de deux heures par semaine de chaque adhérent dans les prisons. Les membres du Genepi dispensent notamment des cours, créent des événements et organisent des activités pour les personnes incarcérées. Cela rend la prison humaine et contribue surtout à un premier pas vers la réinsertion.

Si dans les délits et crimes, je suis bien entendu, d'abord du côté des victimes, il me semble important dans un Etat de Droit, de ne pas céder à la barbarie dans la punition. Les auteurs de fautes doivent payer mais être emprisonné ne veut pas dire être frappé, privé d'éducation, de sexualité ou de soins ou encore violé par les co-détenus.

C'est pourquoi, tout comme le GENEPI, et depuis les années où j'avais fait la connaissance de cette structure via Marie-Georges, je partage la nécéssité d'installer des lieux de rencontres entre les prisonniers ou prisonnières et leurs conjoints et familles.

A Saint-Quentin-Fallavier dans le Nord-Isére, il est prévu d'installer un "lieu de confort". Tant mieux. Il faudrait que cela se déroule partout. Outre la diminution des agressions sexuelles en prison, être condamné à être enfermé 5 ans n'est pas être condamné à ne plus avoir de famille à vie…

Ps je tiens à saluer les membres de l'échiquier, groupement de blogueurs politiques informel de toutes tendances chez qui je viens donner une touche sociale-démocrate.100 000 V Adrien DEBEVER ataraxosphere Aurélien Véron Criticus dans la besace de Nelly MargottonDes mots grattent Double-entendre Démocratie Durable Détours à Tours Exigence démocratique Georges Fernandes Graine de Centriste Humeurs de vaches J'ai rarement tort … La France de toutes nos forces  La Maison du Faucon La troisième voie… Le Blog de Bob  Le blog de Geneviève – B le blog de polluxe Le blog de SOS Éducation Les pages politiques de Mirabelle L'Hérétique – Démocratie et hérésie économique L'Échiquier Médiastique réflexions sur la politique,  les…Quindi… Une marguerite en Provence Unhuman Unique et commun à la fois Éloge de la liberté de parler

6 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Une fois n’est pas coutume, je suis d’accord avec toi 😉 Et je te félicite de parler de ce sujet là qui est très très peu souvent aborder dans les médias : les prisonniers, malgré les horreurs qu’ils ont pu commettre sont des êtres humains avant tout !
    En plus je connaissais pas du tout cette association dans laquelle je songe à m’engager (je veux être psy en prison + tard, autant prendre les devants 😉 )

  2. Sylvain

    « Cela rend la prison humaine et contribue surtout à un premier pas vers la réinsertion. »
    Ou plutôt cela cautionne l’inadmissible: l’enfermement d’êtres humains par d’autres qui pensent détenir la vérité.
    Le Génépi est peut-être, dans les faits, utile là, concrètement. Mais que retiendront les générations futures? Ceux qui luttaient pour rembourrer un système dégueulasse et archaïque, ou ceux qui œuvraient pour la transformation totale de la société?
    Fermons les prisons.

  3. Sympa d’être dans sur le même échiquier.

  4. Natacha

    Bravo pour cet article. J’ai moi-même donné des cours en prison via le Genepi, qui est une association vraiment chouette. La privation de liberté est une peine qui se suffit à elle-même, elle ne doit pas être « aggravée » par des conditions de vie inhumaines et dégradantes.

  5. Fred

    ‘Fermons les prisons’
    et ? rétablissons la peine de mort ? généralisation du bracelet électronique ?
    sinon, vous semblez avoir plus d’empathie envers les prisonniers, fussent-ils temporaires, que les victimes de leurs larcins, trafics, crimes, viols, etc … chacun son truc, hein !

  6. Sylvain

    @Fred: Non, je n’ai pas plus d’empathie envers les prisonniers qu’envers les victimes.
    Les prisons sont là pour que le patronat, l’État et la police répriment les classes populaires, qui remplissent les prisons.
    Finalement, l’État, le patronat et la police se comportent exactement comme les criminels.
    Et puis, il est aberrant, le paradoxe qui consiste à réinsérer une personne en la retirant de la société!
    Peine de mort, bracelet électronique, prison, rien de tout cela ne marche, puisque l’on ne s’attaque pas aux causes, mais aux conséquences!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers