L’Allemagne et moi

Quelques amis allemands du SPD de Stuttgart viennent nous voir à partir de ce soir dans le cadre d’un échange mis en place il y a quelques années.Ainsi, avec quelques camardes, nous sommes allés découvrir comment nos cousins d’outre-rhin faisaient de la politique, avant eu le plaisir de les accueillir à Lyon à deux reprises et sommes allés dans un camp d’été avec eux pour de fructueuses discussions et de très chaudes soirées (là et là).

Même si je suis en retrait par rapport au passé sur ce jumelage (relai passé, un peu de désengagement des structures et sensibilités internes…) le germanophile instinctif que je suis est ravi de revoir quelques vieilles connaissances issues de cet échange.

J’ai une forte admiration pour le pays de Luther, son fonctionnement, son modèle politique et social, la culture de ses habitants.La chose est assez paradoxale quand on sait que je ne parle pas allemand (espagnol deuxième langue…) et que mon caractère est fort peu germanique en général.

Une partie de mes ancêtres,toutefois, du côté de ma mère, furent allemands et alsaciens, me léguant ce physique plus typique d’un habitant de Bavière que de Bastia.

En 1871 toutefois, il n’en reste pas moins que lors de l’annexion, mes ancêtres maternels furent parmi les optants, ceux choisissant de garder leur nationalité française et de quitter l’Alsace pour aller vers l’actuel Rhône-Alpes.

Je dois à l’Allemagne mes premiers émois politiques et ma première action politique.Ma grand-mère maternelle, fervente gaulliste, au pourtant germanique nom de famille Engelhardt ,était plus que méfiante vis à vis de la nation de Luther, question de guerre et de génération et mes parents accueillaient dans notre maison de campagne des amis germaniques.J’ai  vu au fur et à mesure ma très méfiante grand-mère, que le Seigneur aie son âme, s’adoucir et s’ouvrir, chose qui m’évoquera plus tard ce  fameux  proverbe  camerounais "On ne hait point l’autre, c’est juste qu’on ne le connait pas".

Première action politique aussi, même si elle relevait du trash-ado lorsque en 6e, dans mon collège.un élève français s’amusa à faire le salut hitlérien à un correspondant allemand de passage et se retrouva, par la brutalité  juvénile de votre serviteur, la tête dans les toilettes scolaires, chasse tirée…Matiére un peu brute de défendre l’Europe certes !

Emois d’homme ensuite avec, il est vrai le charme et l’étreinte de nos cousines de germanie, de la musique de Bach, du courage et de la lucidité d’un Luther.Admiration d’un modèle fédéral, d’un peuple farouchement attaché à l’Europe, du SPD, d’Habermas…

Même si je suis toujours aussi peu roué dans la langue de Schopenhauer, la région d’Europe de nos hôts suscite ainsi chez moi un mélange de rationnel et d’admiaration.Ceci dit j’en ia marre des histoires d’amitiés-franco allemande.Ces histoires entre vieilles nations n’ont plus de sens.N’est-il pas temps de penser plutôt en termes de nation européenne qu’en minces liens transnationaux? La tâche est longue mais comme le disait le trés germanique Schopenhauer: "La volonté est l’idée".

8 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Franklin

    Romain, tu nous avais caché ce penchant pour les blondes…je suis allé sur tes liens là et là…que des gretchens…( je ne suis pas certain de l’orthographe!)Finalement je me demande si je ne vais pas prendre ma carte de supporters des jeunes socialistes teutonnes….

  2. nous les raconteras en détail tes émois d’homme un de ces jours dis 🙂 ?

  3. video lorelei

    Mêmes échanges mais de paroisses catho.
    Semaines d’été en camp dans la forêt noire, premiers echanges et permiers émois.
    Avait découvert une Eglise Catholique Allemande beaucoup plus libérale que la nôtre, notamment avec les ados. Il n’y avait pas de mixité chez les scouts de france à l’époque sauf chez les éclaireurs unionistes (protestants).
    Famille d’origine anglaise mais je suis germanophone et j’ai une cousine établie à Munich.
    Vergiss mein nicht !

  4. @ franklin:ah non pas de penchant en particulier pour les blondes ni pour les allemandes, même si quelle que soit sa couleur de cheveux, la cousine germaine est souvent jolie et même si en effet on voit de fort charmantes et aimables filles aux cheveux dorés comme une pinte de Spaten sur les photos (et dans la vraie de vraie vie).Quand tu veux pour ton adhésion!
    @trublyonne:petite curieuse!

  5. Franklin

    @Romain en tous cas pas chez Ikéa…De mauvaises langues racontent que la Suède n’exporte que les canons et garde chez elle les moches?? Est ce véridique?
    Avant de descendre à Roman rprécise nous quand même tes penchants: hétéro, bi, homo..plus jeunes, moins jeunes, blondes, brunes, rousses???? c’est juste pour la composition des chambres…

  6. Loïc

    Effectivement nos cousines du Bad Wurtemberg sont des plus accueillantes, d’autant que leur prénom invite parfois à des considérations fort peu politiques et très suggestives…;-)

  7. VINCENT Eliane

    Bonsoir, si je comprends bien tu es le fils de Sabine donc nous sommes cousins.
    Tu parles de tes cousines outre Rhin.
    De quel région et lieux sont ils en Bavière.
    As tu leur arbre généalogique? Si oui cela m’intéresserait de l’avoir sous forme informatique.
    Ma mère était la sœur de ton grand père Robert
    À plus

  8. Rétrolien: De la fierté d'être français , de trois patries et du définitif | Romain BlachierRomain Blachier

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers