Recomposition régionale

Aujourd'hui était le jour du débat sur les groupes politiques au conseil régional.Chaque conseiller devait donner son affiliation pour l'année à venir afin de constituer les différentes sensibilité de l'hémicycle rhonalpin.Si la plupart du temps tout est calme dans ce genre d'exercice, tel n'était pas le cas en cette dernière séance de 2008.

Groupe centriste qui scissionne en deux comme annoncé, entre les élus MODEM partisans de la ligne Bayrou (9 élus) et ceux désirant continuer avec le nouveau centre et le parti radical dans un travail avec les sarkozystes (10 élus), création du groupe du parti de gauche avec Jean-Vincent Jehanno (5 élus) et explosion en deux du groupe des Verts de la région, c'était une longue journée à Charbonniéres, siège de la Région Rhône-Alpes.

L'explosion en deux du groupe s'est faite sur un clivage entre tenant d'une ligne dure et fortement marquée à gauche et les tenant d'une ligne plus réformiste, qui ont claqué la porte.Chez les élus en partance, un débat n'a pas tardé à se faire jour entre ceux souhaitant intégrer le groupe PS pour créer une force sociale-démocrate et écologiste au sein de la majorité régionale et ceux souhaitant créer un simple second groupe des Verts.Rappellons qu'au-delà des idéologies et positionnements, certes importants, la question de la proximité de plus en plus grande des élections régionales joue aussi et que certains voient aussi leurs intérèts locaux.Mais une chose est sure,si à priori les choses devraient être bouclées trés vite, le paysage du conseil régional aura de toute évolué de façon révélatrice.

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Une force sociale-démocrate manque singulièrement à notre pays, et donc par ricochet dans les collectivités territoriales d’importance.
    Bayrou en 2007 a eu l’occasion de faire du MoDem un parti démocrate-social, il a bien raté l’occasion. Trop attaché aux traditions et à sa culture politique, il n’a pas su réagir pour enclencher un réel dynamisme.
    La place est donc libre. Mais il faut tant de courage pour y aller.

  2. jerome manin

    Et bien Romain, est-ce l’approche des fêtes de fin d’années où le sujet ? Mais on ne sent pas un grand enthousiasme…
    Pour la fin d’année, laisse toi aller, fais une crèche avec un joli petit Jésus protestant 🙂
    Pour la région l’opposition que tu soulignes entre la gauche et les réformistes est le cœur du problème et l’on sera peut-être obligé un jour de reconnaitre enfin que la gestion Queyranne n’est pas à la hauteur des ambitions et de la satisfaction affichée. (Ça n’arrivera pas qu’a Boutin 🙂 )

  3. @fléche:Bonjour à vous.je pense que le ps est aujourd’hui en train de muer très fortement vers la sociale-démocratie.C’est en tout cas le lieu où se retrouvent la grande majorité des gens se reconnaissant dans cette sensibilité.C’est encore plus le cas dans notre département.
    @jerome:Non je ne souligne pas d’antagonisme entre la gauche et les réformistes.Je ne vois pas où tu lis ça.D’ailleurs la gauche sociale-démocrate est réformiste!Pour ce qui est de la gestion Queyranne, moi qui ces temps-ci prend tous les jours le Lyon-Bourg récemment rénove par ses soins, j’en suis ravi.
    Sinon les protestants sont pas trés portés sur les crèches.Mais pas opposés non plus.Bref on fait un peu comme on veut (-; A Dieu seul la gloire comme on dit.Et non ça va plutôt bien cher Jérôme (à qui je dois une bouteille de Régnié mais on reparlera)

  4. jerome manin

    @Romain
    Avec le petit Jésus et « un clivage entre tenant d’une ligne dure et fortement marquée à gauche et les tenant d’une ligne plus réformiste » j’envoie des pétard et tu mets de l’eau dessus… Est-ce à croire que ma provoc à deux bals (champêtres) ne fonctionne plus ?
    Pour la ligne des Dombes, il est un peu facile d’en attribuer le seul mérite à Jean-Jack mais puisque qu’une certaine logique veut que l’on attribue les succès aux socialistes locaux et les échecs au gouvernement… Rendons hommage à celui qui rends humain ton exil à Bourg 🙂

  5. de base

    la vertitude n’est pas l’apanage de la gauche!!! c’est bien cela le problème, confondre engagement écologique et lutte des classes..il faut revenir aux fondamentaux citoyens…la Planète ne pourra être sauvée que par une remise en question individuelle de nos habitudes de consommation et de déplacement…ne comptons pas sur nos élus…surtout pas ceux du grand Lyon d’ailleurs…qui continuent allègrement à entretenir les antennes sur le toit de nos écoles par exemple…et qui devrait montrer l’exemple avec un meilleur cadencement des transports en communs et pourquoi pas la gratuité!

  6. @Jérôme:Je ne vais pas jusqu’à Bourg mais dans la sympathique enclave du progrès social au sein des Monts-d’Or, ceci pour quelques semaines (-; Il y a même des bloggeuses de talent!
    @De base:Le parti Vert est en tout cas un parti de gauche.Pour ce qui est de la droite en matière d’écologie, tu devrais faire attention à ce que préconise le groupe de ton parti, l’UMP, à la région qui a passé les derniers jours à demander des coupes sombres dans les budgets concernant l’environnement, ceci alors que les cleantechs décollent chez nous.A ce soir pour notre banquet spirituel!

  7. Pour reprendre ce que dit l’une de mes copines bloggeuses, ce n’est pas la planète qui est en danger, mais LA VIE sur cette planète, si on ne fait pas plus attention à l’environnement.
    @de base la gratuité des transports en commun me parait digne de la démagogie. Quand on prend sa voiture on dépense, plus d’ailleurs que si on prend les TCL notamment. Pourquoi les rendre gratuits ?
    Socialement parlant, la gratuité n’est pas souvent souhaitable. Un taux d’effort doit presque toujours être demandé.
    Pour le reste je suis d’accord il faut repenser les modes de déplacements et bien d’autres comportements.

  8. Bizarre que les verts se soient scindés en deux, je comprends pas trop leur intérêt.
    Le PDG risque de vous emmerder en tout cas…
    Pourquoi le PS ne bosserait pas avec le Modem (les 9 Bayrouistes)?
    Intéressant ton poste.

  9. jerome manin

    @de Base
    la question de la gratuité doit se poser quand le coût de gestion des paiements dépasse le rapport financier.
    En d’autres termes si l’impression des tickets, les machines de distribution, de compostage, les portails … les gens qui entretiennent et contrôlent coûtent plus cher que ce qui payent rapporte alors il faut se poser la question, maintient-on des emplois peu rémunérés qui coûtent chers ou réfléchit-on ?
    Il n’y a rien de démagogique là-dedans, le seul fait démagogique est de ne pas vouloir poser la question et refuser le chiffrage.

  10. Henri

    La création d’un groupe du parti de la gauche marque un échec pour le PS, en même temps si le PS y gagne en cohérence se sera un mal pour un bien. Ceux qui prennent part au décisions collectives et qui par la suite font fréquemment le contraire de ce qui a été décidé sont déjà en dehors du collectif. La il ne font qu’officialiser. C’est dommage mais bon what next?

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers