Regrettable centralisme cycliste

Velov Non je ne vais pas vous parler du tour de France.Peut-être glisser toutefois un mot sur l’alter-tour, qui fait son étape la plus importante, ce soir à Lyon et s’installe au Parc de Gerland, suite à l’invitation des élus du 7e.Il s’agit de promouvoir les valeurs du vélo, de façon familiale, sans dopage ni compétition à tout crin.Moi de toutes façon, j’ai en horreur les courses cyclistes, ça m’ennuie.Pourtant si j’aime des sports assez classiques comme les arts martiaux, le rugby ou le foot, je m’intéresse aussi au cricket, considéré par la quasi-totalité des francophones comme chiant et dur à comprendre.Fasciné par le fait qu’un français s’intérèsse à ce sport, un lecteur de ce blog, anglais installé à Gerland, m’a d’ailleurs conseillé aujourd’hui un truc encore plus british et méconnu chez nous, le Crown Green Bowling.Grosso-modo ça ressemble à de la pétanque mais comme c’est anglais y’a pas de pastis et ça se joue sur du gazon (quelques images là)….Mais non vraiment là c’est un peu too much, je préfére la boule lyonnaise…


Pour en revenir au vélo,Velib, le Velov parisien, fête ses un an.J’avais trouvé dommage à l’époque que la presse nationale, qui avait relativement ignoré le lancement du vélo en libre-service à Lyon survenu des années avant, se mette en branle-bas de combat dés que le même systéme était installé sur Paris.Derrière l’anecdote c’est toute une conception médiatique de la France, qui veut que si la chose se  déroule sur Paris,elle existe et qu’en « province » (quel mot horrible) rien ne se passe…

Aujourd’hui nous en sommes encore là et les journaux nationaux (mais ne sont-ils pas plus des journaux régionaux d’Ile-de-France) commencent à nous sortir l’anniversaire du Velib avec des questions du type « Un an aprés quel vélibiste êtes-vous ? » On ne se souvient pas que les mêmes gazettes aient eu le même souci d’anniversaire pour les cyclistes lyonnais usagers du Velov…Encore cette éternelle impression d’inégalités territoriale dans le traitement de l’info…Mais il y aura toujours le 13h de Jean-Pierre Pernaud pour continuer à nous faire croire qu’on en parle quand même à la télévision d ‘autres endroits que la région parisienne tout en faisant passer tous ceux qui n’ont pas eu la présence d’esprit de venir à Paris ou ses environs, pour d’aimables créateurs de sandales dans le Cantal.Remarquez, on donne parfois le bâton pour se faire battre:Le numéro de Juin du magazine du Grand Lyon parlait du magnifique projet REAL comme de celui d’un « RER à la lyonnaise ».Les complexes jacobins ont la vie dure.

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. suburb

    C’est vrai qu’à Lyon il y a une petite tour eiffel et l’hiver un petit manége…Comme Paris en plus petit.

  2. caroline b

    Ah oui, je me souviens de ta vanne détournant un slogan gauchiste bien connu « Presse nationale, presse de la capitale »

  3. la province, ma définition depuis un an : partout où je ne peux me rendre avec mon vélib’
    😉

  4. A chaque fois que je discute avec des personnes qui n’habitent pas Lyon et que je dis que je me déplace à vélo, on me dit: « tu utilises le Vélib? »
    C’est un peu comme quand on discute avec des étrangers, à l’étranger (surtout s’ils ne sont pas européens) et qu’on dit qu’on est Français, on s’attire irrémédiablement la question: « Tu habites à Paris? »
    Cela dit, le système d’auto partagé lyonnais va s’appeler, si je ne me trompe pas, « autolib » (il faut croire qu' »autolov » n’était pas politiquement correct!)

  5. @Myriam Gallot:tout à fait d’accord avec toi.Par contre, petit rectificatif:Autolib-on aurait pu trouver certes un autre nom- existe déjà et se nommait Autopartage.J’en suis membre depuis un an presque jour pour jour et j’en ai parlé ici(http://romainblachier.typepad.fr/mon_weblog/2007/07/fait-tourner-la.html)
    A noter que pendant les municipales lyonnaises,certains journalistes furent surpris de voir que la droite lyonnaise, parlant des voitures en ville, ignorait visiblement l’existence de ce dispositif.Manque de travail sur les dossiers manifeste…

  6. Pastis!!? Jamais, mon cher Watson. TEA Monsieur, TEA!!!!. (C’est le boisson des dieux du Crown Green Bowling).
    (Concernant les vélovs, quelq’un peut-il me dire comment faire pour en avoir un avec une carte bleue mais SANS avoir besoin d’un diplôme en bornes informatisées?)

  7. En parlant de vélo et de centralisme, j’ai été surpris de voir Le Progrès, Lyon Mag et Lyon Cap saluer ce matin la victoire du « Lyonnais » Samuel Dumoulin qui se trouve être… Vénissian. Comme quoi chacun reproduit ces petits travers à sa petite échelle.
    Je me souviens par exemple du Progrès mettant la victoire de Collomb en une au deuxième tour des municipales, alors que celle-ci était acquise dès le premier, contrairement à d’autres scrutins de l’agglo… Et je ne parle même pas de l’incapacité permanente des journalistes lyonnais à venir jusqu’à Villeurbanne pour les conférences de presse de la députée (pourtant, il y a des Velo’v dans notre contrée reculée).
    PS. un système comparable au velo’v existe depuis 1988 à Copenhague. Le Cyclocity made in Decaux a été lancé en 2002 à Courdoue, Giron et Vienne. Côté français, le premier service de velopartage (si l’on exclut La Rochelle qui offre un service un peu différent depuis 1976) est né à Rennes en 1998. Bref, c’est bien de cogner sur le parisianisme, mais le remplacer par un autre chauvinisme, j’adhère moyen.

  8. @fred:Tu n’as pas du avoir l’occasion de suivre le dossier Velov:Personne ne nie que le premier systéme vienne d’ailleurs en Europe, notamment du Danemark mais aussi et surtout de Vienne en Autriche.Gilles Vesco vice-président du Grand Lyon à ces questions le dit clairement.Simplement ce systéme sous sa forme actuelle (Rennes est un peu différent) en France vient de Lyon.Il ne s’agit pas de faire du chauvinisme (où as-tu lu ça??) ni d’en accuser les autres, mais de déplorer la trop forte centralisation médiatique de notre pays à travers cet exemple.

  9. mathias

    Romain, je peux comprendre ton énervement face à cette situation mais ne tombe pas dans la facilité qu’ont un peu trop les lyonnais de se comparer aux parisiens et de reprocher une large médiatisation de leurs exploits.
    Lyon a cette chance aujourd’hui de pouvoir vivre par elle même, d’être un vrai pôle économique.
    Laissons les parisiens se regarder le nombril et faisons en sorte de continuer à faire de Lyon la ville dynamique, porteuse d’exemple qu’elle est devenue ces dernières années.
    Et crois moi, nous faisons des jaloux

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers