entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Remettre en jeu

L’accession de DSK à la présidence du FMI, sil elle est utilisée à bon escient, peut être une chance pour une mondialisation plus juste, une opportunité pour amener la régulation au niveau de la mondialisation dans la démarche prônée par Habermars.

Elle laisse en tout cas un certain nombre de questionnements, à de nombreux partisans d’une social-démocratie à la française et en particuliers à certains   "strauss-kahniens" du parti socialiste.Ces interrogations sont, j’en avait déjà parlé, les miennes également.

Le départ du leader dans une sensibilité interne au PS est une opportunité et un risque.Une opportunité car quand on est comme moi plus intéressé par le fond que les embrouilles internes de personnes, cela veut dire faire primer l’idée.Un risque car dans un régime présidentialisé comme le notre, la question du candidat à la magistrature suprême se pose pour être une force d’attraction et de proposition capable de peser dans les débats.

L’aspect des idées est présent et doit être une force pour fédérer.Un travail a été fait en ce sens avec le manifeste pour un socialisme nouveau.Reste à le décliner, à le faire vivre

Autre aspect important: L’organisation interne d’une sensibilité est souvent compliquée, celle dont il est question ici est assez bordélique et mérite un peu de démocratisation.

Certes des progrès ont été fait avec notamment la prise en compte un peu plus grande de la diversité territoriale…c’était le minimum à faire mais c’est encore insuffisant dans un réseau à affirmation girondine mais dont les problématiques restent parisino-centrées chez beaucoup (les réunions nationales sont à cet égard édifiantes).

Le peu de structuration, défaut maintes fois évoqué, ne favorise pas non plus la décision ni l’élection démocratique ni la solidarité.On vote, on y décide pas assez collectivement des enjeux importants.

La solidairté, la cohésion entre les membres existe, hélas distillée à trés faible dose et la notabilité remplace souvent le suffrage militant.

Une plus grande structuration, une meilleurs information, une plus grande place, comme cela se fait dans la branche jeune de la sensibilité, notamment dans le Rhône, à la désignation par les adhérents est nécessaire pour maintenir légitimité des acteurs, cohérence  et unité  dans cette phase assez inédite que traverse l’aile sociale-démocrate du parti.

A défaut, nombre d’entre nous, moi y compris, risquent, dans peu de temps, de ne plus en être.

7 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Pierre

    Une chose est sûre, la construction d’un courant social-démocrate à vocation majoritaire a précédé et survivra aux destins personnels. Ce serait avouer une très grande faiblesse que de laisser le courant principal de cette tendance, se déliter car ce serait reconnaître que, finalement, SD n’aura été « que » l’écurie présidentielle de DSK.
    Les questions que tu poses aujourd’hui ne sont pas nouvelles, mais les poser ainsi laisse penser que finalement, la seule personne de DSK constituait un ciment suffisamment acceptable pour colmater les brêches dont tu parles.
    Dans la période actuelle, on répète à l’envi que Socialisme & démocratie n’est pas à vendre.
    Est-ce pour cacher des tensions inéluctables ? Pour faire monter les enchères ? Ta position qui consiste à vouloir un renforcement du courant notamment dans son organisation est juste. Je crois que c’est par la base, pas un militantisme original qu’on peut y parvenir, à contre courant de la tendance actuelle qui fait que des dirigeants s’additionnent pour voir ce que ça donne comme « casting »…
    Cela suppose aussi un travail dans le courant à tous les échelons pour être incontournables et tailler en pièces le « parisianisme » quand il existe…

  2. Je n’ai jamais participé aux réunions de cette sensibilité, mais tu sais que je m’en sens proche. Je suis d’accord pour dire que les idées doivent primer, mais sans naiveté. Le point le plus important de ton billet, finalement, c’est celui où tu soulignes la présidentialisation du régime. Les idées, maintenant, doivent impérativement aller de pair avec le choix un « leader », pour les porter, en vue de la présidentielle (ce que je ne trouve d’ailleurs pas formidable, si l’on regarde le déroulement plutôt décevant de cette présidentielle). Toujours est-il que, sinon, ça ne mène à rien. Moi, je regrette que nous perdions quelqu’un qui avait la capacité de porter cette orientation politique reponsable et moderne à laquelle je crois. Je m’inquiète à la fois pour les idées, et pour le leadership. Si quelqu’un est optimiste, qu’il me le dise…

  3. françois d

    il est vrai que le fonctionnement du courant n’est pas clair, le fonctionnement pas toujours des plus démocratiques et la solidairté interne laisse à désirer

  4. jps

    il faut se souvenir de cette phrase de DSK « Je considère que tout Juif dans la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël.[…] En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël ( dans un entretien à Passages en 1991)
    DSK au FMI agira donc de la sorte ? il convient d’être impartiale !!!

  5. romain

    @jps
    je viens d’aller voir ton blog, me demandant si j’allais pas tomber sur un bidule antisémite mais non tu as un blog, de gauche, proche de ségolène royal…
    Je n’ai pas suivi cette phrase mais elle ne me pose pas de soucis:exprimer le fait d’avoir une attache avec un pays ce n’est pas forcément être partial systématiquement.
    D’ailleurs je suis surpris que tu ‘naie pas souligné la phrase où DSK réaffirme qu’il reste français…A moins que tu ne voies chez lui plus le juif que le citoyen de la république ?

  6. jps

    je ne suis pas antisémite comme tu as pu le constater, ce qui me heurte c’est avoir une telle partialité (affirmée dans la constance) et briguer des mandats ou hautes fonctions. cordialement

  7. laurence

    il y le même risque de partialité en tant que français qu’en tant que juif ou si il était portugais.je ne comprend pas que tu bloques sur le seul judaisme…
    si on doit refuser de présider à tous ceux qui ont des attaches, on aurait pu dire à Ségolène de ne pas se présenter car elle risquait de trop aider le poitoux ou à sarko car il allait aider la Hongrie et Neuilly…

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers