liberation-dividendes

Hausse de la rémunération des actionnaires du CAC 40: 4 raisons

dividendesLa France est championne du monde des richesses reversées aux actionnaires. Plus 30% de dividendes selon une étude du cabinet Henderson. Pas pour toutes, mais pour ceux du CAC 40, des plus grandes entreprises de l’économie française. C’est arrivé ces derniers mois alors que la croissance de cette même économie française est de 0%.

Plus 30% de richesses des sociétés pour les détenteurs d’actions alors qu’il est affiché un peu partout que c’est la crise, qu’il faut licencier, qu’il n’y a plus d’argent c’est tout de même un peu difficile à comprendre. Plus de 30% quand le pacte de compétitivité vient de reverser de précieux milliards aux entreprises pour leur donner un peu d’air, restaurer leur marge et embaucher.

Alors, comme d’autres, je me suis posé la question du pourquoi., les explications de Lienemann et du PCF me semblant comme toujours des plus approximatives. En la posant, notamment sur Facebook, je me suis rendu compte que rien que questionner provoquait des passions et une virulence incroyable chez certains. Confondant parfois d’ailleurs le patron et l’actionnaire. Et, plus respectueusement, j’ai même reçu des mails du service de com du gouvernement.

Que le citoyen questionne, on dirait que c’est mal. De même lorsque François Hollande a osé rappeler qu’il espérait que le patronat utilise le pacte pour, in fine, embaucher, il s’est aussitôt attiré un article du Point aussi virulent qu’approximatif, aussi non signé qu’abondamment partagé.

Il lui était notamment reproché d’utiliser le mot patronat parce que cela aurait rappelé les heures les plus sombres de Georges Marchais…On ne sache pas que le MEDEF Lyon-Rhône, qui se considère officiellement, il l’écrit comme un syndicat patronal, soit proche des maoistes de Servir le Peuple ou même du parti communiste français.

Plus exact est par contre l’article quand il parle du carnet de commande des entreprises, qui est bien évidemment le pilier de toute embauche notamment dans les PME…mais on ne sache pas que le Point se soit jusqu’alors beaucoup intéressé à la demande en économie.

Mais revenons au sujet: les dividendes.Voici quelques raisons:

CAC 40: 4 raisons qui font de la France le record mondial de rémunération des actionnaires de ses plus grandes entreprises

Raison 1: Mon ami Quentin Lemarié-Bourseau, qui est au cœur de la finance mondiale dans ses quartiers londoniens, a entièrement raison quand il pointe: comment éviter que les investisseurs se désengagent d’une économie stagnante?…En payant des dividendes…

Raison 2: l’économie française, on nous le ressasse souvent à juste titre, est bien plus dépendante de capitaux extérieurs que d’autres économies.C’est assez paradoxal quand, à l’inverse d’autres points du globe, notre agroalimentaire, notre téléphonie, notre grande distribution etc…sont nationaux. Mais reste une réalité: les actionnaires étrangers seront bientôt majoritaires dans le CAC 40. Et ils forment déjà une imposante cohorte avec 600 milliards de capitalisation. Cela veut dire que nos entreprises, qu’une certaine droite se plait à décrire comme mauvaises et inadaptées, attirent pourtant les capitaux étrangers. Mais cela veut dire donc que quelque soit la situation de l’économie, il faut donc que ces actionnaires trouvent leur compte.

Raison 3: Il y a une tendance réelle à mieux rémunérer l’actionnaire en France qu’en Allemagne. Il est curieux que les ultras-libéraux d’ailleurs n’hurlent pas à la complicité objective de Merkel avec la Fraction Armée Rouge. Sans doute attendent-t-ils qu’un gouvernement dominé par le SPD lui succède…le mode de gouvernance d’entreprise, où les salariés ont leur mot à dire, explique sans doute que l’appareil de production est privilégié à la rente, explique sans doute en partie cela. Et puis une culture de la rente, présente à tous les niveaux dans notre mentalité et que nous avions d’ailleurs analysé à quelques uns au dernier congrès du PS . Quand est-ce que les grandes sociétés s’inspireront des start-ups, où l’on investi d’abord dans l’activité avant, une fois les choses établies, de se rémunérer?

Raison 4: Les grandes entreprises françaises, n’en déplaise encore une fois aux fans de french bashing, sont très présentes à l’international, dans les services; la téléphonie, le luxe, la grande distribution, l’énergie etc… Leurs résultats sont donc loin d’être indexés sur la seule France. On roule en Renault bien après la ligne bleue des Vosges. On dort dans des hôtels Accor à Pékin et à Rio. Et Gemalto équipe des cartes bancaires sur tout le globe.

Alors faut-il remettre en cause les baisses de contributions sociales décidées pour les entreprises? On a pu le voir, la corrélation n’est pas si simple. Nous ne sommes qu’au tout début de ce pacte. Et que toutes les entreprises concernées par le pacte, très loin de là, sont des sociétés du CAC 40. Pour les PME, les TPE, les ETI et même beaucoup de grands groupes en difficulté, la situation n’est pas facile. Je pense moi aussi qu’il est fort difficile de penser embauche et avenir quand le carnet de commande est vide. C’est d’ailleurs là-dessus qu’il faut travailler.

Reste qu’on dirait que chez un certain nombre de grandes sociétés, la question de l’économie casino reste.Et que les crispations sur les gouvernances d’entreprise n’aident pas toujours.

3 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. David

    Les institutions financières ont reconstitué leurs marges et se mettent à reverser des dividendes. Cela explique une grande partie de la hausse. Le retour du « business as usual » pour ceux qui ont joué à l’économie casino. Nous, on a les milliards injectés pour sauver les banques à payer. J’entends tes explications, mais pour l’électeur socialiste de base que je suis, c’est un peu court, il y a aussi une dimension morale. Pourquoi seul les Etats-Unis sanctionnent-ils les banques françaises ayant créé la crise ? (au passage, l’argent va dans leur trésor, non le notre)

  2. estelle92

    Sauf erreur de ma part les banques ont remboursé ce que l’Etat leur avait prêté en 2008, y compris les intérêts.
    Par ailleurs je vois une 5ème raison : les grosses boîtes ont des excédents de cash à placer. Elles auraient tout aussi bien pu racheter une partie de leurs actions.
    Ce qui peut signifier qu’elles ne trouvent pas d’investissements possibles qui soient suffisamment rentables. Frilosité ? Manque d’imagination ? Je ne sais pas…

  3. Un partageux

    Tu emploies à deux reprises la locution « carnet de commande ». Je viens, pour ma part, de relever sur des maisons la présence de panneaux « À vendre ». Suivi de la mention « prix : faire offre ». Un signe que la demande (ou commande) est bien atone dans le secteur géographique concerné…

    La rémunération des actionnaires ? Bah, l’obscénité et la rapacité… Depuis Ponzi, Enron, l’affaire de Panama, Madoff, la Garantie Foncière et quarante-douze mille autres, la rapacité est le moteur de beaucoup. Actionnaires ou autres.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers