Rentré dans la capitale du monde

Rentré à Lyon.Il a été beaucoup question dans le train avec Najat, Florent, Jules,Jean-Louis, Cécile, Stéphane,Christine, Jeff,Olivier, Héléne,Jean-Christophe et quelques autres du congrès local.Dés la sortie, discussions entre les uns et les autres se faisaient, d'amorces de discussions intéressantes entre Collomb et ses équipes et Christiane Demontès et Muet pour la motion A, de pourparler avec Farida Boudaoud et quelques autres de ses amis, bref les socialistes du Rhône se rabibochent plus vite que leurs divisés confréres nationaux.Tant mieux, espérons que tout cela finira mieux que ça n'a commencé et que les lyonnais sauront, comme souvent, être plus intelligents que les français.

Prochaine étape:Le débat des candidats au poste de Premier Secrétaire Fédéral.J'espére que ce sera l'occasion pour le candidat présenté par ma motion de m'inciter à voter pour lui, pour le moment je ne suis pas encore tout à fait convaincu…

Autre point d'interrogation:Combien de voix hors de la motion Collomb voteront pour Royal? Et combien au sein des amis de la démarche du Maire de Lyon risquent de manquer à l'ex-candidate à la présidence . Et que m'inspire à moi cette candidature, lancée certes dans le cadre de l'aventure collective dans laquelle je me suis engagé et dans laquelle je n'ai pas de regrets d'être allé, mais qui suis allé là derriére la démarche de Gérard Collomb ? Et quel dommage qu'aucune possibilité de synthése n'aie été trouvé avec les autres motions et qu'aussi peu de bonne volonté n'aie été manifestée pour travailler avec notre démarche.Tout ça est parfois un peu confus.On y verra, j'y verrai bientôt plus clair aprés m'être reposé un peu de ces évènements.

Et puis espérons que les discussions avec les uns et les autres aboutiront, cette division, ces retournements, ces rumeurs ont certes montré un parti qui discute et vit, certes, mais qui a besoin d'avoir un peu plus de vivre ensemble.Heureusemeent qu'il y a encore des moments sympas, comme ces repas partagés avec mes potes du PS du Rhône des différentes motions.Mais j'avoue que la soupe globale servie laisse plus qu'un peu songeur sur le sens de l'engagement.Et puis l'affrontement c'est pas que ça me fasse peur mais au bout d'un moment ça use !

25 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Repose toi bien et n’oublie pas l’AG des militants demain soir chez moi…

  2. J’a rien compris, demain, il faut tous y aller à la mairie du 8 ?

  3. jerome manin

    Romain, on sent dans ton commentaire un petit goût « méthode Coué » : « tout va bien,je vais bien, je suis gaie tout me plait » bel optimisme… Est-il partagé ?

  4. @Jeandelxrousse:oui
    @trublyonne: Merci
    @Jerome Manin:Merci de lire le contenu exact des billets avant de les commenter.

  5. jbdivry

    « …Et combien au sein des amis de la démarche du Maire de Lyon risquent de manquer à l’ex-candidate à la présidence ? … »
    Au moins un, Camarade,
    J’avais cru comprendre qu’elle ne serait pas candidate. J’ai été naïf.
    Va-t-on voter jeudi pour un 1er secrétaire qui va démissionner dans 3 mois faute de majorité ?
    Avec quelques fédérations jouant le socialisme municipal.
    Avec des groupes parlementaires jouant la fronde contre Solférino.
    Franchement, jeudi, je ne sais pas si c’est très utile d’aller donner des voix à une des deux incapables de samedi soir. A moins que dans la campagne un député fasse candidature sur une réforme profonde de nos statuts et convoque un nouveau congrès extraordinaire.

  6. olivier

    Je ne te trouve guere optimiste et tu as raison Romain!
    La motion E, comme la motion A, defendaient des
    idees interessantes et novatrices. J’ai du mal
    a comprendre pourquoi, alors que la motion E
    avait indique qu’elle comptait presenter un
    non-presidentiable, Segolene est sortie du frigo.
    Le resultat va etre desastreux. Alors que les
    motions de l’aile reformatrice etaient majoritaire
    (A+E=55%), le parti va sans doute choisir un/une
    premier(e) secretaire de l’aile gauche, ce qui
    creera une cohabitation sterile. Ou Segolene gagnera aux prix de contradictions enormes, ce qui serait encore pire.

  7. jerome manin

    @Romain
    Ne pars pas au quart de tour quand je fais du second degré à 2 balles.
    Il est intéressant de voir sur l’échiquier politique que la question des cadres des partis préoccupent ses jours-ci avec les mêmes attentes et les mêmes déceptions des militants que ce soient au FN, à l’UMP, au MoDem ou au PS…
    (sauf chez les radicaux bien évidemment)
    N’est-il pas temps se poser des questions sur les systèmes des partis à la française, à l’heure ou une grande partie des citoyens s’en foutent royalement ? Crois tu qu’il puisse se mettre en place sur le sujet une réflexion commune qui dépasse les clivages partisans ?

  8. Dommage fini de rire… Et Lyon ? Pax Collombiana ou l’odeur du sang et d’un possible dernier mandat en cours va t elle donner du courage aux opposants et critiques de l’ombre.
    Mais bien marré à suivre la cata ce week-end. PS : on ferme.

  9. David

    Après avoir entendu, Catherine Tasca ex ministre sur LCP et un député (tous deux de la motion Aubry) qui sont pour la suppression du vote des militants, la question de savoir pour qui voter le 20 novembre ne se pose même plus ….

  10. Yann Le Bihan

    Romain, je pense comme toi qu’il n’y a rien à regretter de cet épisode… si ce n’est sa conclusion qui nous aura complètement échappé. Et en tout cas, Collomb n’a pas démérité puisqu’il a tenté de soutenir le candidat le mieux à même de rassembler une majorité : Peillon.
    D’une certaine manière, je lui suis reconnaissant de nous avoir permis de donner une ultime chance à Royal : désormais, personne ne pourra nous qualifier d’anti-ségolénistes primaires. Et personne ne pourra oser prétendre sérieusement qu’elle sait tenir ses engagements, qu’elle est victime d' »injustices », etc.
    Certains inconditionnels de « Ségolène » ont répandu une espèce de slogan à dix balles selon lequel elle rendrait bêtes les personnes les plus intelligentes. Je crois que c’est profondément vrai, mais que le principe s’applique surtout aux quelques responsables socialistes de talent qui continuent de s’agglutiner autour d’elle au lieu de reprendre leur liberté avant qu’il ne soit trop tard.
    La motion E voulait ramener les militants au premier plan, hé bien chiche. Il faut justement que les militants envoient à leurs élus un message fort : nous ne voulons pas rempiler pour des années de magouilles, déguisées cette fois-ci en « rénovation ».
    La politique, comme l’ont montré en leur temps des gens comme Mendès ou Rocard, si elle est autre chose qu’une accumulation de coups bas et de mensonges, gagne grandement en efficacité réelle. Mais tant que le sens de l’honneur et du respect de la parole donnée ne seront pas promus activement comme des valeurs aussi importantes que le souci de justice sociale, nous continuerons d’élire des gens qui nous mentent et se mentent à eux-mêmes en se croyant capables de gouverner la France.
    Pour moi, le moyen le plus efficace d’envoyer ce message est de soutenir Aubry, en dépit des appels que pourra lancer Collomb – dont on imagine bien qu’il peut difficilement faire autre chose à l’heure actuelle, mais dont j’espère qu’il reprendra bientôt ses distances pour refonder quelque chose comme la Ligne Claire en vue de 2012.
    Quant à nous, militants, nous nous sommes engagés aux côtés des militants ségolénistes sur la base d’un contrat de dupes, qui ne nous lie plus en aucune manière.

  11. @ david.
    D’abord, par souci de vérité, dire que Catherine Tasca a signé la motion A.
    Ensuite sur le vote des militants (plus précisément l’élection du premier secrétaire). Nous sommes dans un drôle de systeme mixte avec un parlementarisme interne à la proportionnelle et un présidentialisme au scrutin majoritaire. Bizarre, parce que comme on peut le constater dans la presse, le recours à cette élection majoritaire (c’est à dire l’absence de synthèse d’où ne sort qu’un candidat) est vécue comme un échec.
    Je n’ai pas réellement d’avis sur la facon de régler cela. Je crains que ce vote sur le premier secrétaire ne conduise désormais systématiquement à des échecs du congrès, mais je crois aussi que c’est la seule solution pour sortir des impasses telles que Rennes, avec 4 premiers secrétaires en 4 ans. Mais ce débat est au fond révélateur des 2 conceptions du parti qui sont en réalité le vrai clivage entre la motion E et les autres.
    Ségolène Royal défend un parti présidentiel – type UMP de gauche – dont le leader incarnerait la ligne et l’image sans gérer directement le parti. Elle croit que la légitimité personnelle du leader doit s’imposer à la légitimité politique des accords majoritaires. Elle propose de diriger le parti dans un lien direct, plébiscitaire, entre son président et les militants, plutôt qu’en la capacité de rassembler sur une ligne de compromis les différentes sensibilités du parti.
    Ce n’est pas ma conception, car c’est contraire à ce que nous disons en matière institutionnelle lorsque nous critiquons le présidentialisme de Sarkozy, défendons le rôle du parlement ou appelons de nos voeux – comme elle l’a fait pendant sa campagne présidentielle – une 6e république. Le parlementarisme interne, le recours à la proportionnelle, peut créer un risque de confusion, c’est vrai. Mais il nous oblige toujours, au lendemain des votes, à dépasser les clivages et à travailler ensemble.
    Je n’oublie pas les lecons de l’histoire, la division historique des gauches et l’apport décisif qu’a constitué ce fonctionnement pour rassembler la gauche non-communiste (alors éclatée en petits partis comme le PSU de Rocard ou la FGDR de Mitterrand), et la porter collectivement au pouvoir au moment où le débat idéologique entre la 1ere et la 2eme gauche était le plus virulent. Je crois que le sens de l’histoire, c’est aujourd’hui d’inventer les moyens de rassembler la gauche au-delà du PS, d’aller vers une fédération qui puisse intégrer les verts, les radicaux, les citoyens… C’est pour moi une nécessité qui nous interdit d’opter pour un présidentialisme dont on mesure les risques d’explosion qu’elle fait peser sur le parti.
    Je déplore le départ de Mélenchon, et demain plus encore celui de Rocard s’il était avéré. Non que je sois un fan du sénateur de l’essonne, loin de là, mais que je crois que nous ne pourrons jamais être majoritaires dans une élection présidentielle si l’on est incapable de créer un outil qui rassemble la gauche au premier tour.

  12. Anais

    Je ne savais pas que les Lyonnais étaient plus intelligents que les Français, mais alors qui sont les Lyonnais s’ils ne sont pas Français ?! Quelle contradiction, tu suis la motion E mais tu n’es pas certain de voter le 1er secrétaire fédéral qui la représentera.Tu voteras aux présidentielles celui qui représentera DSK. Ou on a une ligne claire ou bien on s’abstient mais on ne peut pas manger à tous les râteliers.On a vu qu’à Reims SR était bien entourée donc je suppose bien conseillée par Gérard Collomb, Najat et les autres.Je dis que jeudi chaque militant doit se poser la réelle question du changement, ce n’est pas avec une Aubry que nous allons évoluer, changer, elle ne représente aucune dynamique. Je ne suis pas surprise que hors du champ politique tout le monde dans ce parti s’aime mais dans tous les autres partis c’est la même chose.

  13. Yann Le Bihan

    @David : la « suppression du vote des militants » ? ah bon ? où ça ? déformer les propos des autres, surtout avec Internet qui permet de vérifier les vôtres en temps réel, n’est pas une très bonne méthode pour tenter de convaincre.
    Il s’agit de lutter contre la démagogie plébiscitaire, dont l’histoire a largement démontré qu’elle n’était qu’une caricature de démocratie, et pas du tout de « supprimer le vote des militants ».
    Le référendum n’est pas en soi un mauvais outil, loin de là – et les nouveaux moyens disponibles aujourd’hui devraient permettre d’en faire un usage accru, à condition de s’entourer de toutes les précautions pour qu’il ne puisse pas être dévoyé. Le pseudo-référendum transformé en plébiscite pour une candidate, alors là : non merci.

  14. claude du 7e

    @Anais:La motion E s’est lancée en disant « non à la présidentialisation » et nombreux sont les lyonnais qui se sont engagé, non pour Ségolène mais pour Gérard, notamment dans la section de Romain où nombreux sont les strauss-kahniens a soutenir la démarche de rénovation du Maire de Lyon mais pas Ségo.Moi part exemple j’ai voté DSK aux primaires et motion E au congrés avec Romain mais sans doute pas Ségo, sauf si elle arrive à me convaincre mais c’est pas gagné. Dés lors, c’est normal qu’il aie des interrogations aprés ces jours-ci.

  15. Sur l’usage du référendum… C’est une arme à manier avec précaution, là-encore une solution de dernier recours pour trancher ce qui est inconciliable par la voie du compromis, mais dont on a pu voir comment il tend à nous diviser profondément et durablement.
    Oui, il faut que les militants s’expriment et votent davantage. Mais je préfère les voir voter point par point un projet collectif dans le cadre de conventions que de leur demander de faire campagne pendant des semaines les uns contre les autres.
    J’ajoute que sur la question des alliances, j’ai du mal à penser que l’on peut construire une ligne politique qui ne décide pas de cela. La majorité du parti doit être claire là-dessus, parce que c’est l’une des bases d’une majorité.
    Je voudrais aussi qu’on arrête de considérer qu’une alliance nationale et des accords locaux sont la même chose. On peut passer des accords pour permettre à la gauche de battre la droite ; mais une alliance, c’est un compromis où le Modem n’acceptera pas de jouer un rôle de supplétif. Il voudra plus que ses 4 députés, plus que ses 0 régions, plus que ses quelques départements (qu’il gère avec la droite contre nous, comme le Rhône). Je préfère de loin que l’on ambitionne de renforcer la gauche pour voir ensuite, si besoin, dans quelles conditions un élargissement de cette base est possible ; plutôt que de partir du principe que l’on est trop faible et que nous devons nous affaiblir pour obtenir une alliance à tout prix.

  16. jbdivry

    @claude du 7e
    Ai voté comme toi et pour des raisons similaires mais Ségolène n’aurait pas dû annoncer sa candidature samedi matin et son discours de samedi ne m’a pas du tout convaincu de sa capacité à lire correctement le texte qu’une âme charitable avait posé devant elle.
    Quand aux sifflets, je les condamne lorsqu’il s’agit d’un(e) jeune élu(e) ou un militant qui brise sa timidité pour prendre la parole, mais à ce niveau il faut assumer ses ambitions, comme les critiques.

  17. Yann Le Bihan

    @Anaïs : le « changement », c’est tout ? tout le programme ? concrètement, on propose quoi exactement ? ah bon… on verra après… ok, super.
    Mais la « dynamique », c’est quoi au juste ? les mégawatts de la sono du Zénith ? les « jeunes » pleins d’espoir qui affluent autour de « Ségolène » sans savoir ce qui va se passer, juste parce que ça a a l’air de « bouger » ? le « désir d’avenir » incapable de se formuler en programme crédible ? la transformation du discours politique en sous-poésie de supermarché après des mois de débats participatifs, sur le mode du « tout ça pour ça » qui fait bien rigoler 71 % des socialistes ?
    Non. En fait, la dynamique, on la voit autour de nous depuis quelques jours et je crois qu’elle va s’exprimer clairement lors du vote : ce sont des militants qui se réveillent, qui commencent à se frotter les yeux en réalisant qu’ils ont été encore une fois menés en bateau sous prétexte de « changement », par des gens qui ne vivent plus qu’avec une seule obsession : imposer par tous les moyens à la France une présidente aux méthodes plus que douteuses – et aux objectifs encore moins clairs.
    Et parmi ces moyens, il y a ce fameux prétendu « changement » qui n’est autre que la transformation du PS en pseudo-instance de débat démocratique et en vraie machine de guerre aux ordres du chef charismatique.
    Or, avec un tel « chef », déjà incapable de rassembler plus de 29 % des socialistes (et encore, sur la base d’un énorme mensonge avec le coup du « frigo ») ce serait le retour de la « machine à perdre », par la grande porte.

  18. Question d’un observateur extérieur:
    le PS ne gagnerait-il pas en clarté avec le principe suivant: une motion, un premier signataire candidat au poste de Premier Secrétaire?
    Ce qui donnerait 6 motions donc 6 candidats clairement identifiés dès le dépôt de ces motions (Gérard Collomb pour la motion E), au lieu d’une partie de poker menteur « j’y vais, je n’y vais pas » et d’alliance en fonction de l’humeur du moment.
    Bon courage à vous.

  19. jerome manin

    Romain, n’avais-tu pas un troll de droite qui parlait de la victoire par défaut de Ségolène Royal.

  20. Henri

    Je ne pense pas qu’il n’y a que dans la capitale du monde que les fédérations sauront être plus sage que le niveau nationnale. J’espère que dans les départements la volonté de maintenir l’outil en état de marche sera suffisante. En plus localement on sait bien que les jeux de massacre c’est plus marrant aux vogues que dans les congrès!
    En attendant bonne chance au prochain premier secrétaire qui aura certe la légitimité du vote des militants mais qui sera très minoritaire dans les instances. Je pense qu’on verra les incovénients d’un système qui ne contraint pas à former une coalition majoritaire.
    J’espère que les nouvels instances en tout cas sauront vite mettre le parti au travail car après un tel gachis, il va falloir travailler dur si on veut éviter l’hemoragie militante.

  21. Yann Le Bihan

    @Jean-Marie Fayette : après ce que nous venons de vivre, cela paraît effectivement la voie la plus raisonnable.

  22. de base

    Question du week end sur certains médias: ce « massacre » de Reims ne va t il pas profiter au Modem??? une question que vous devriez vous poser au regard d’un cliché vu lors d’une récente cérémonie: à savoir le miroir….l’ennemi n’est pas celui que l’on croit…plus sérieusement continuez à vous détruire, pendant ce temps là la France est gouvernée et bien gouvernée, avec des réformes de fond qui permettront un sursaut dans cette période de turbulence.

  23. @de base:Quand le miroir s’est baissé, j’ai vu mon frére et j’ai un élancement de joie pure.
    @Jm Fayette: pas bête du tout.Je sais pas si c’était pas un peu le cas dans le temps, avant que Jospin ne créé le vote direct des adhérents.

  24. @jm fayette
    Je crois que ce serait la pire chose à faire, car ce serait institutionnaliser la balkanisation du parti, et la personnalisation des débats. Un congrès sert avant tout – en temps normal – à faire émerger une majorité qui dépasse les motions pour rassembler les socialistes après le temps du débat et avoir une organisation en ordre de marche. Cela se fait habituellement autour de la motion arrivée en tête, mais cela n’a rien d’obligatoire comme le suggère l’exemple d’Epinay.
    Quel que soit le résultat de vendredi, je suis assez inquiet de ce que l’absence de majorité à Reims produira comme accord de gouvernement. Le blocage peut être durable. je ne pense pas que nous devions considérer cela comme un fonctionnement normal.

  25. Yann Le Bihan

    @ Fred P. : un peu rude, comme sentence. Je pense au contraire que cela favoriserait les rapprochements avant congrès, et donc la constitution de listes plus rassembleuses.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers