entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions
la-fabrique-ps-le-pouliguen

Retour de l’université de rentrée de la Fabrique (blog)

Faire des billets d’ambiance d’université ou de séminaire de partis et de courants politiques verse vite dans le compte-rendu officiel ou la private joke. Dans la blague de chambrée ou la pravda.

Mais ce genre d’article on a quand même parfois envie de le faire. Surtout quand on est militant et blogueur politique.

Université de rentrée de la Fabrique

Ce week-end se tenait la première université de rentrée de la Fabrique, courant du Parti Socialiste dont je suis un des représentants au conseil national du PS.

C’était au Pouliguen dans les environs de Nantes où nous étions accueillis par l’équipe de Karine Daniel, responsable locale et Monique Rabin, députée du département. Un événement sous la supervision de Rémi Carton.

Pour ma part j’avais à animer un atelier sur la communication numérique en compagnie de l’amie Anna Tchangodei. A intervenir lors de débats. Et à mixer le soir. Du reggae bien sûr. Mais il risquait bien sûr d’avoir des demandes en variet puis en disco ! Que Dj Flore, mon sensei, me pardonne !

Avion tôt le matin. 5h à Jean Macé avec l’ami Arthur Delaporte. Portes d’aéroport dans ce bus aérien Esayjet Lyon/Nantes. Accueil le matin d’hier et ramenage à l’aéroport ce jour par la sympathique Anais Gallais, Adjointe au Maire de Reze. Aéroport où j’écris présentement en attendant mon vol.

Une université de rentrée sous la direction de Karine Berger, Yann Galut, Valérie Rabault, Alexis Bachelay, c’est l’occasion de recroiser les têtes connues. De, parmi les plus de 200 participants, en rencontrer de nouvelles personnes. Engagées et passionnées dans leur territoire. Dans leur thématique.

la-fabrique-ps

Former au militantisme numérique

Et puis l’occasion pour moi conseiller et former dans l’atelier aux techniques de communication numérique dont j’avais la charge. Parler des tactiques. A la situation sur le web politique et aux réseaux sociaux où la situation n’est pas des plus prises en compte par la politique et en particulier par le PS. Alors que la réacosphère progresse. Fort. Avec en face une indifférence et de l’inefficacité qui font drame. Alors j’apporte ma pierre. Je parle com numérique, de l’importance des blogs, de buzz, réseaux sociaux, presse numérique, personal branding. Donne des notions de référencement. Il y a tant à faire et  à dire. Mais il n’y a qu’une heure et demie.

Débattre, fêter et mixer

Du conseil d’administration dont je fais partie aux échanges plus informels le soir autour d’une bière, les discussions sont nombreuses.  Jusqu’à très tard autour de la piste de danse où je suis décidément bien plus à l’aise pour mixer du reggae que de la variet. Puisqu’il me fut demandé, en plus de la programmation, les grands tubes éternels de la disco et de la chanson. Que je n’avais pas toujours. Et qu’il fallait jongler entre différents outils pour intégrer à la programmation. Et niveau ménage, va mettre Macumba et enchainer avec Boney M  quand tu est plus passage entre Lutan Fyah, Alpha Blondy, Stand High Patrol et Jacob Miller. Mais on a bien dansé.

Mais nous n’avons pas que bougé nos corps sur les pistes.   Les débats furent des plus riches.Fiscalité. Ruralité. Laicité. Et autres. La nécessité de secouer un PS qui a besoin de se tourner davantage vers le débat d’idées. La nécessité de travailler pour proposer des solutions originales. Et sortir des vieux clivages internes. Dans un monde où par exemple la notion de travail est bien plus complexe qu’avant, la classe politique a du mal à penser le sujet de façon non dogmatique j’ai proposé de penser aussi cela. Briser les idées reçues, c’est beaucoup cela que nous avons fait en ce week-end. Où je repart fatigué. Mais content.


Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers