Pâques: Jésus Christ a-t-il réellement ressuscité ou sommes-nous dans les symboles ?

marc-evangileIl m’arrive parfois, certes pas chaque année, de parler de Pâques sur ce blog. Qui rappelons-le, tenu par un protestant converti, s’intéresse aussi à la théologie;

il m’est arrivé d’évoquer ce sens de Pâques, fête chrétienne souvent ignorée entre cloches et long week-end . D’écrire sur les jolis baptêmes simples et si émouvants que nous faisons en nos temples protestants en ce jour.

Éclipsée par Noël, Pâques est sans doute la fête la plus importante pour les chrétiens

Pâques est sans doute la fête chrétienne la plus importante de toutes, alors qu’elle est largement éclipsée par la visibilité de Noël, apparue plus tardivement dans les célébrations chrétiennes.

Pâques, altérite et identité fraternelle pour les chrétiens

Pâques est altérité et identité puisqu’elle marque l’élément distinctif des christianismes. Bien sûr les autres monothéismes reconnaissent un Dieu et l’existence de Jésus. Mais la différence chrétienne tient dans le fait que nous considérons l’homme de Béthléem comme le Christ ressuscité et non comme un simple prophète (dans l’Islam, où il a toutefois un rôle important) ou, selon les différentes traditions judaïques un imposteur s’étant proclamé fils de Dieu à tort (ce que d’ailleurs Jésus ne dit pas clairement dans les 4 évangiles) ou un théologien juif ayant été mal compris et déformé .Comme Jésus, nos frères israélites fêtent Pâques, Pessah mais pour des raisons bien différentes puisqu’on célèbre la fuite des hébreux hors d’Egypte.

Le fait donc de se réunir pour célébrer sa résurrection est donc un fort moment.Un tel phénomène que celui de se relever après une crucifixion amène forcément au doute, y compris chez le croyant. Certains chrétiens d’ailleurs considèrent que cette histoire de résurrection n’est que symbolique.

Chaque année je lis la joie que l’on trouve dans les évangiles, notamment celui de Luc. Et puis celui de Jean, qui est le plus abondant en Pâques (3 temps de Pâques sont mentionnés dans le récit) le plus mystique, étudié avec passion chez certains francs-maçons.

Les différentes fins de l’Evangile de Marc: Christ est-il physiquement ressuscité ou sommes-nous dans le symbolique?

Et puis j’ai celui de Marc, le plus ancien, le plus simple, le plus dépouillé. Et ses deux fins.

Une première qui ne mentionne pas la résurrection et s’arrête à Marc 16/8. Jésus n’y es pas mentionné comme renaissant de la mort.Seul y est mentionné la disparition du corps de Jésus et l’effroi des femmes qui découvrent cela.

Une seconde qui en parle et ajoutée plus tard, ressemblant davantage aux évangiles de Mathieu et Luc et commençant donc par Marc 16.9 « Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d’abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons »

Il y en aurait même quatre au total si on prend l’ensemble des versions de Marc. Certains disent que la première version résulte d’un texte dont une partie aurait été perdue. On tombe un peu dans le Da Vinci code.

Quoi qu’il en soit j’aime ces deux versions. La seconde pour sa joie et sa force d’espérance. La première, sans le récit de la renaissance, me laisse méditer sur le caractère réel ou symbolique de la résurrection. Et, pour moi, à mon petit sens d’humain, ne m’effraie pas.

Et si le Christ n’avait physiquement pas ressuscité, qu’est-ce que cela changerait? Le message? L’esprit ? La foi? L’envie? Dieu? L’énergie ?

Ou encore la nature de la divinité christique? Oui pour ceux qui considèrent le Christ comme l’égal strict du Père . Ce n’est pas mon cas.

Long ou court, la taille ne fait rien à l’affaire, pour moi en tous cas. Même message, même esprit.

Que vive la beauté de Pâques.

16 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Il est superbe ce billet (et passionnant). C’est tout

    (désolé pour ce bien court commentaire, mais je l’avais sur le coeur ^^)

    • Romain Blachier

      Merci!

  2. ben, je veux pas dire mais… Ya une faute dans le titre à ressuscité. Le rets, je m’en fous, j’ai pas lu, je suis un mécréant assumé.

    • Romain Blachier

      On peut être athée et s’interesser à la théologie

  3. Question complexe. Pour moi, athée convaincu, la résurrection est de l’ordre du symbole. Je ne crois pas à la vie après la mort. Je crois en revanche que la résurrection passe par les vivants qui cultivent le souvenir des défunts. Ce qui n’est pas la même chose. La résurrection, c’est une autre forme du témoignage ou de la reconnaissance. Quand quelqu’un évoque le souvenir d’une personne qu’il a bien connue, il la ressuscite d’entre les morts.

    La résurrection est donc pour moi un symbole au même titre que l’eucharistie qui consiste à rompre le pain comme jadis les grecs rompaient une poterie (le symbolon).

    • romain blachier

      et encore dans l’eurcharistie tu as différents symboles (transsubstantiation ou consubstantiation et encore d’autres)

  4. Très beau billet : d’accord avec le Faucon.
    à lire absolument « Sexy lamb » dont je cite des extraits sur mon blogue.
    Le Christianisme c’est à la fois des témoignages et une Parole.
    Rien à voir avec une Résurrection physique, c’est certain… Le meilleur exemple est la rencontre avec les disciple d’Emmaüs : on reconnaît le Christ dans l’Autre…

    • romain blachier

      sexy lamb?

  5. GRIMONPREZ

    Je crois comprendre votre réflexion. Pour ma part, en lisant certains passages (les deux disciples d’Emmaüs que le texte nous présente comme au « fond du trou », Pierre qui reprend son métier, repart à la pêche et n’a donc aucune vélléité d’annoncer quoi que ce soit de l’ordre de « Christ est vivant ») je ne vois pas bien qui aurait été en capacité de formuler le symbole… si un « évènement » (que je me garderai bien de décrire au-delà de la discrétion des évangiles) ne leur était pas tombé dessus. J’ai en mémoire l’affirmation de DODD (exégète protestant du 19/20ème siècle, je crois) : « la résurrection n’est pas une croyance née dans l’église mais ce sur quoi l’église est née ». Ceci laisse encore place à interprétation… et je comprends que l ‘on puisse croire autrement que moi…évidemment !!!

    • Romain Blachier

      Merci pour votre temognage

  6. Robert Curbet

    « Et si le Christ n’avait physiquement pas ressuscité, qu’est-ce que cela changerait? Le message? L’esprit ? La foi? L’envie? Dieu? L’énergie ?
    Ou encore la nature de la divinité christique? Oui pour ceux qui considèrent le Christ comme l’égal strict du Père . Ce n’est pas mon cas »
    Terrible phrase!
    Peut-on dans une religion monothéiste, ne prendre qu’une partie de ce qu’elle enseigne et rejeter ou oublier le reste?
    Surtout sur un sujet aussi déterminant pour le christianisme.
    Car s’il n’est pas ressuscité des morts, le juste, le pur, le parfait, qu’arrivera-t-il pour nous les pêcheurs?
    Qu’en est il alors de la résurrection de la chair que nous attendons pour la vie éternelle?
    Et si le Christ n’est pas l’égal strict du Père, que faisons nous alors du Saint Esprit et de la Trinité?
    et s’il n’est pas ressuscité physiquement, alors il n’est pas monté au ciel, exit l’ascension. Et si ce n’est qu’un symbole, alors n’existe que l’Esprit, exit Dieu le Père
    Et si je continue à détricoter cette laine, où vais-je m’arrêter?
    Et comment faire en récitant le Credo, manifestation commune de l’appartenance à une même foi? je n’ose penser que vous sautez des mots!
    C’est entre autre en réfléchissant comme cela que je suis devenu athée.
    Merci de m’avoir permis de m’exprimer.
    et bonnes fêtes de la très ancienne célébration de la renaissance de la vie.

    • Romain Blachier

      Cela voudrait dire que la seule manière de pratiquer le christianisme serait la votre? J’imagine que non. Quand au credo il n’est sacro saint que pour les catholiques pas pour les protestants.

      Quand au fait qu’il ne soit ou serait pas un strict égal du Pére cela ne l’empêche pas d’exister il me semble…

      • Robert Curbet

        Décidément,ce n’est pas la première fois que vous lisez mal mes commentaires. Sans doute suis-je trop confus. J’essayais seulement d’apporter des éléments de réflexion à la question que vous posiez et que je mettais en exergue. Tant pis, manifestement vous l’avez mal pris. Ma pratique du christianisme n’est pas en cause, voilà plus de 40 ans que j’ai abandonné le christianisme et que je suis athée. Tant mieux pour votre confort intellectuel si votre église vous permet de grappiller vos croyances en gardant les concepts confortables et en éliminant les concepts dérangeants, pour éviter de réfléchir complètement sur leurs liens. Vous avez sans doute raison, cette réflexion est dérangeante, longue, parfois douloureuse et jamais achevée.

        • romain blachier

          Je ne grappille pas mais j’envisage juste les choses sous un autre angle. Je ne sais pas si vous avez lu ce billet ou d’autres sur ce blog concernant la spiritualité mais c’est justement parce que je réfléchi, à mon niveau sans prétention sur ce genre de sujet que j’écrit…

          Vos questions sont pertinentes mais par exemple en quoi penser que le Fils ne soit pas le strict égal du Père change quoi que ce soit par exemple?

  7. Vaste question …la religion est un doute permanent auquel certains crédules se rattachent pour des raisons souvent peu fraternelles …

  8. Rétrolien: L’étrange défaite victorieuse de Pâques | Romain Blachier

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers