Une proposition simple pour permettre d’augmenter les bas salaires en restant compétitifs

EurosLe SMIC est le salaire minimum légal auquel l'on peut employer quelqu'un en contrat classique en France. Ce SMIC est calculé de façon horaire puisqu'il s'applique aux temps complets comme aux temps partiels.

Comme tout salaire, il est formulé en brut et en net: brut c'est le prix auquel un employeur paye un salarié, cotisations comprises et le net c'est ce que reçoit un salarié une fois ces mêmes cotisations déduites.  La différence entre brut et net constitue d'ailleurs  aussi une forme de salaire puisque avec celle-ci, le travailleur obtient des droits en matiére de soins et des possibilités d'assurance chomage et de formation.

Le SMIC horaire est recalculé à chaque revalorisation du salaire minimum légal mensuel le 1er Janvier.  Le gouvernement peut lui donner un coup de pouce comme cela est arrivé une fois sous le gouvernement Jospin et une fois sous le gouvernement Juppé. Sarkozy et Fillon n'ont jamais par contre boosté ce niveau minimum d'activité salariée des français.

En 2012, Le montant du SMIC brut est donc d'un montant de 1 398,37 euro (pour un temps complet)  et le SMIC horaire Brut de 9,22 euro.Le SMIC net est donc de 1096,94 euro (pour un temps complet) et le SMIC horaire net est de 7,23 euro.

Des montants très modestes et qui ne bénéficient pas de la croissance les années où il y en a.  Le SMIC est indexé sur les indices de prix (indice d'ailleurs assez discutable mais ce n'est pas le sujet du billet) mais pas sur l'accroissement de la valeur des richesses produites par l'économie.

L'une des idées de François Hollande serait de contribuer à augmenter les plus bas salaires sans nuire à la compétitivité de notre pays. Il s'agirait de continuer à indexer le SMIC sur l'indice des prix mais aussi d'y ajouter une indexation sur la croissance à hauteur de la moitié du pourcentage de croissance. Ainsi une année où celle-ci serait de 3% , cette hausse supplémentaire du salaire minimum serait de 1,5%.

Une mesure simple, qui permettrait aux plus modestes d'avoir droit à une part de la performance de notre économie, sans les laisser de côté.

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Cela part d’un bon sentiment, de la part de F.Hollande, mais c’est typiquement la fausse bonne idée à la sauce sociale-démocrate.
    Selon le Front de Gauche (qui a le même programme depuis un an, contrairement à d’autres…), et les centaines d’économistes antilibéraux qui le soutiennent (le mouvement des « économistes atterrés »), c’est un partage des richesses juste qui est à l’origine de la croissance, et non l’inverse.
    Plutôt que d’attendre le retour de la croissance – qui est nulle à l’heure actuelle – pour augmenter sensiblement le SMIC, c’est l’inverse qu’il faut faire : repenser radicalement le partage de la valeur ajoutée, déséquilibré depuis le « tournant de la rigueur » mené par le PS à partir de 1983.
    La grande majorité des emplois payés au SMIC ne sont pas délocalisables, donc ce n’est pas un problème de compétitivité. La proposition du Front de Gauche de porter le SMIC à 1700 euros BRUTS dès 2012 représenterait une hausse de 21%. Cela n’a rien d’irréaliste : le SMIC a déjà été augmenté de 25% en 1981 et même de 35% en 1968.
    Voir notre article sur « le SMIC à 1700 euros bruts », sur le blog du PG Villeurbanne : http://partidegauche-villeurbanne.over-blog.net

  2. Nous sommes aussi pour valoriser le travail. Mais nous considérons aussi que la croissance doit être partagée par tous. Après libre à toi d’être en désaccord avec la nécessité de partager la croissance et d’assurer le développement éco.
    ps: il y a des économistes du front de gauche comme il y en a au ps et ailleurs mais y a t il des psychologues du Front de Gauche ? Parce qu’il n’est jamais possible de voir quelqu’un du Front de Gauche qui ne parle pas en se positionnant systématiquement en fonction du PS. Cela, même si c’est souvent amusant, est oedipien quelque part…

  3. C’est ce que tu dis toujours. D’une part, c’est ridicule puisque sur ce blog je ne fais que répondre à des propositions PS – donc forcément je me « positionne » par rapport au PS, si j’étais sur un site UMP, je répondrais à l’UMP. Sur le fond, la « croissance partagée par tous », cela ne veut rien dire : je parlais d’un changement de répartition de la richesse, entre tous bien sûr, mais clairement en faveur du travail, qui a été lésé depuis 30 ans.
    Mais d’autre part, vu l’engouement en faveur de la campagne de J-L Mélenchon et du Front de Gauche, j’ai l’impression que c’est le PS qui va devoir se « positionner » par rapport à nous, d’autant que nous avons l’intention de voter le cas échéant Hollande au 2nd tour, mais pas en échange de rien, qu’est-ce que vous croyez ? Alors « oedipien » ou pas, un électorat du Front de Gauche à 13 % ou plus, cela doit commencer à faire réfléchir chez vous, non ?… 🙂

  4. romain blachier

    Je ne pense pas que nous lâchions sur le fait qu’il faut mieux partager la croissance et aider les petits salaires 😉 Et puis t’es pas gentil de réduire ton mouvement à une déclinaison de Ebay…vous valez bien mieux que cela tout de même !

  5. calinou

    La différence c’est que le PS explique comment dans son programme ( la mesure évoquée par Romain n’est qu’un des nombreux volets de retour à davantage d’égalité ) et vous vous proclamez juste qu’il faut augmenter les salaires sans dire comment.

  6. Bien sur, je suis d’accord avec vous pour revaloriser les bas salaires et la proposition de François Hollande est une excellente proposition de campagne. Elle est juste socialement, tout le monde pourra bénéficier un peu de la croissance. Elle est juste économiquement, au moins à court terme car comme la croissance ne dépassera pas 2% avant longtemps, elle ne coûtera pas grand chose.
    Je vais juste vous « chicaner » sur une phrase de votre billet
    « La différence entre brut et net constitue d’ailleurs aussi une forme de salaire puisque avec celle-ci, le travailleur obtient des droits en matière de soins et des possibilités d’assurance chomage et de formation ».
    Et bien non! Le travailleur n’obtient pas de droits en matières de soins, ou de formation. Ces droits sont acquis indépendamment du salaire perçu. Avec ces cotisations, il participe à la solidarité nationale. Seules les cotisations chômage et retraite lui permettent d’acquérir des droits supplémentaires à un minimum, selon son niveau de salaire.
    Je m’étonne de vous voir reprendre une terminologie qui pourrait laisser penser que les hauts salaires, par leurs cotisations plus élevées, ont « droit » à de meilleurs soins que les bas salaires.
    D’autre part, en expliquant que les cotisations constituent aussi du salaire (ce qui comptablement est exact), vous encouragez la thèse ultra libérale; « supprimons les cotisations et le pouvoir d’achat augmentera », en oubliant que s’il n’y a plus de cotisations, il n’y aura plus de prestations, qu’il faudra « acheter ».
    Vous allez vous faire traiter d' »allié objectif du capitalisme » par nos camarades de FdG. 🙂

  7. Merci de lancer le débat, la notion de salaire différé est usitée par des économistes de la gauche, y compris radicale. Et loin de moi l’idée d’encourager la thése libérale mais au contraire d’expliquer que le différentiel n’est pas perdu: il constitue une cotisation à un systéme de solidarité collective.

  8. J’ai moi aussi employé un mauvais terme: comptablement au lieu de économiquement. Mes « chicaneries » n’ont de sens que dans le contexte actuel, d’une campagne où tout argument y compris les plus justes, tronqué et isolé, , est repris par les adversaires de droite et les concurrents de gauche, dans des dialectiques byzantines.

  9. Comparez votre salaire selon votre fonction, votre poste, votre secteur d’activité ainsi que votre secteur géographique sur le site meilleures-entreprises.com ! Profitez-en pour renseigner le vôtre, c’est totalement anonyme…
    http://www.meilleures-entreprises.com

  10. Quand je te disais, Romain, que le PS n’allait pas tarder à se positionner par rapport à nous, et non plus l’inverse…
    Les sondages confirmant JL Mélenchon à égalité et peut-être devant Le Pen, c’est la panique chez les bien-pensants de la gauche soi-disant « raisonnable » ! Collomb se déshonore dans ses insultes contre Mélenchon et le Front de Gauche, ce qui ne va pas aider Hollande à faire l’union au second tour : totalement contreproductif pour lui et pour la gauche…
    Voir : http://partidegauche-villeurbanne.over-blog.net
    Certains au PS se rendent-ils compte de la stupidité de cette stratégie du mépris, ou bien ? Rassurez-moi.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers