Débat sur l’identité nationale: surprenante passivité des CRS

Il est aux environs de 18h, je me dépêche d'arriver, il y a quelques centaines de manifestants devant la préfecture du Rhône et un quartier complétement bouclé par les CRS venus en nombre dans chacune des rues qui bordent le bâtiment. Eric Besson est venu à Lyon pour le débat  local sur l'identité nationale qu'on avait proclamé ouvert, vaste et populaire est protégé par d'épaisses rangées de CRS et des barrières de fer. On y rentre que dument trié, estampillé et autorisé.

Dans la rue Dunoir, c'est  le spectre de l'ensemble de la gauche associative et syndicale qui est représentée, de la plus modérée à la plus vindicative.  Des rumeurs de présence de militants identifiés pour certains comme faisant partie des jeunesses identitaires parcourent la foule. Il y en aurait quelques dizaines, rassemblés rue Rabelais à proximité.

Tout à coup c'est une trentaine de militants d'extrême-droite bardés de drapeaux français, faisant des saluts nazis qui surgissent, pour certains armés d'objets contondants et chargent la manifestation. Une bagarre s'ensuit alors que les CRS tardent quelque peu à intervenir puis finissent par envoyer les lacrymogénes pendant que les manifestants repoussent les agresseurs.  L'extrême-droite s'enfuit alors, poursuivie par des militants libertaires. Trois manifestants contre les lois Besson ont été blessés.

On peut légitimement s'interroger sur la négligence des forces de l'ordre, qui ont laissé des militants d'extrême-droite armés de chaines de vélo se rassembler, s'organiser avant de ne réagir que tardivement…

9 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. très surprenant, ô comme je suis « surpris »…
    vomitif, comme le reste.

  2. narquois

    Les CRS sont comme tous les travailleurs : si quelqu’un fait leur travail à leur place, ils vont pas l’en empêcher…

  3. Oui vomitif…
    Info à faire circuler

  4. Communiquée de presse
    Objet : Attaque fasciste du rassemblement contre l’identité nationale.
    Vendredi 22 janvier a eu lieu à Lyon le -faux- débat sur l’identité nationale en présence du ministre de l’immigration et du préfet du Rhône. Contre ce débat, pour lequel un dispositif policier digne d’un état de siège avait été mis en place, a eu lieu un rassemblement à l’appel de nombreuses organisations. Ce dernier a été, sur les coups de 18h, attaqué par une trentaine de militants d’extrême-droite, pour certains armés de chaines, sous l’œil impassible des forces de l’ordre.
    Conscients qu’il s’agit d’un faux débat, dans lequel le grand retour d’un mythe national passéiste digne du XIXe siècle sert de paravent pour dévier l’attention des vrais problèmes (chômage, licenciement, appauvrissement…) lié au capitalisme et pour justifier une politique xénophobe, nous avions rejoint ce rassemblement pour protester contre l’hypocrisie d’un gouvernement qui chasse les sans-papiers en serrant la main aux patrons qui les exploitent.
    Nous accusons la police d’avoir sciemment laissé les militants d’extrême-droite attaquer le rassemblement. Malgré l’importante présence policière les fachos ont eu tout loisir de menacer, insulter puis attaquer le rassemblement qui n’a dû son salut qu’à la réactivité antifasciste des manifestants. Un manifestant, blessé, a dû être emporté à l’hôpital par les pompiers, plusieurs autres blessés légers sont à déplorer et pourtant les militants d’extrême-droite ont pu quitter les lieux en toute impunité.
    La politique nauséabonde portée par l’actuel gouvernement dans son ensemble ne peut qu’attiser la gangrène fasciste.
    CGA – Lyon
    le 22/01
    récit des évènements sur rebellyon.info : http://rebellyon.info/A-Lyon-les-fachos-protegent-Eric

  5. hamissia

    bête immonde, le retour

  6. Ben

    C’est juste scandaleux!

  7. Arthur E.

    1) Les personnes habillées en noir -dress code » de la manif’- étaient soigneusement écartées du périmètre de sécurité. Pour y pénétrer, des « justificatifs de domicile » (on en a toujours sur soi) étaient demandés…
    2)Il y avait environ 2-3 policiers/gendarmes mobiles/CRS par personne. Sans compter les personnes en civil.
    3) Comment des individus cagoulés, « armés » d’objets métalliques ont pu traverser le cordon de sécurité sans être inquiétés ?
    4) Les CRS sont arrivés à peu près en même temps que les Pompiers…Les manifestants ont du se substituer aux forces de l’ordre.

  8. Pour m’être fait taper dessus par des skinheads sur le parvis de la cathédrale St Jean alors qu’ils s’attaquaient à un stand du Front de gauche, je partage l’indignation des internautes.

  9. tiph

    Agression fasciste contre 3 militants de la CNT 69
    Samedi 6 mars 2010 vers 23H50, 3 militants de la CNT Education 69 ont été violemment agressés place Saint Jean dans le 5e arrondissement de Lyon, alors qu’ils sortaient d’un restaurant.
    Une douzaine d’individus se sont abattus sur eux, par derrière et par surprise, les jetant à terre et les frappant à coups de pied, de poing mais aussi de nerfs de bœuf, de ceintures cloutées ou encore de bouteilles en verre en criant « Lyon est fasciste » et en proférant des « Sieg Heil » accompagnés du salut nazi.
    Incontestablement, les 3 CNTistes agressés l’ont été pour leur engagement syndicaliste et libertaire connu. L’un d’entre eux a dû être transporté aux urgences où ont été constatées diverses blessures témoignant des violences subies : un pouce cassé, de nombreux coups au visage et sur le crâne, entraînant la réalisation de 12 points de suture.
    Cette agression fasciste s’inscrit dans un contexte déjà bien lourd (action de harcèlement auprès des bibliothèques du 4e et du 8e, attaque d’un rassemblement contre la tenue du débat sur l’identité nationale, encerclement et intimidation de militant-e-s reconnus sur les pentes de la Croix-Rousse, etc. ).
    Dans le climat social actuel, ces individus et groupuscules d’extrême-droite ont tenté, en agressant ainsi nos camarades, d’imposer une nouvelle étape dans l’escalade de la violence. Une réaction de l’ensemble des forces sociales, syndicales et politiques qui ne veulent pas voir l’extrême-droite semer la terreur dans nos rues semble dès lors de plus en plus urgente.
    La CNT rappelle, qu’elle et ses militant-e-s, ne renonceront pas pour autant aux objectifs d’émancipation et de justice sociales qui sont les leurs. Elle poursuivra son action aux côtés de toutes celles et tous ceux qui luttent contre le retour de « la bête immonde » et au delà pour un autre futur.
    No Pasaran !
    http://www.cnt69.org/index.php/2010/03/08/307-agression-fasciste-contre-3-militants-de-la-cnt-69
    http://www.cnt69.org

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers