Vendredi ou la démago sauvage

Y'avait de quoi être de bonne humeur hier, la journée était belle et l'association des commerçants du 7e venait de recevoir un beau diplôme. L'ADC7 a effet finie première ex-aequo il y a quelques jours d'un concours européen visant à promouvoir les initiatives de développement durable vers les commerçants et le prix est arrivé hier! Bravo les p'tits gars ! C'est du super boulot comme d'habitude.
Prochaine étape de cette starification des commerçants du 7e: La venue lors de la brocante de l'avenue Jean Jaurès du 13 juin organisée par l'ADC7 de la BBC qui viendra filmer des commerçants et habitants du 7e dans le cadre d'un jeu télé ! Bon de quoi réjouir donc l'Adjoint au Commerce que je suis jusqu'à ce que j'ouvre Vendredi. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Vendredi est un canard lancé par des anciens de Courrier International. Il compile des billets de blog, essentiellement politiques, et sort le vendredi, d'où son nom, ou arrive dans votre boite le samedi si vous êtes abonnés. La démarche est à la base intéressante et j'ai fait partie des tous premiers souscripteurs d'abonnement il y a quelques mois.Si le journal est avant tout une compilation de billets sortis de différentes sources, la sélection qui est effectuée témoigne d'une certaine ligne. Et force est de constater que, malgré quelques initiatives et billets intéressants et un surréaliste observatoire du twitt animé par Vogelsong, la direction par l'équipe de l'hebdomadaire est plus qu'exaspérante ( à mon sens bien sûr!).En premier lieu le canard fait la part belle aux tribunes les plus démagos, celles où l'on tape sur tout, sur tout le monde, en enfonçant des portes ouvertes. A noter d'ailleurs que jamais n'est posé la question de l'action personnelle ou des solutions concrètes apportées par les tribuns du clavier ainsi célébré par Vendredi qui devient un peu une sorte de courrier des lecteurs mécontents de tout et n'agissant concrètement sur rien si ce n'est clavioter sur un blog, ce qui est à la portée de tout un chacun, y compris de l'individu qui écrit ces présentes lignes.Et puis, outre le culte de la grande gueule stérile,outre par ailleurs une belle indifférence aux territoires outre-parisiens, le canard s'est fait profession de plus en plus d'infos non recoupées. Témoin dans ce dernier numéro de la reprise de l'info "Besson s'en prend à la CIMADE" où l'on apprend que le fait de faire intervenir dans les centres de rétention d'autres associations que la CIMADE est vilain-méchant parce que ça casse son monopole acquis depuis 1984. Le journal ne s'est pas demandé quel était par exemple l'avis d'une association comme Forum Réfugiés, qui vient enfin d'avoir le droit d'intervenir dans ces lieux de détresse humaine ?Enfin, en ces temps d'européennes, le canard a fait un choix: celui du dénigrement sysématique de l'Union Européenne, via des blogs comme le vrai débat  ou des entreviews avec des europhobes de gauche notoires comme François Ruffin . Quand aux blogueurs ayant pour thématiques l'europe sur un mode positif, comme Quatremer, il sont systématiquement dénigrés. En m'abonnant à Vendredi, je n'avait pas compris que je souscrivait à un digest web de CQFD ou du Plan B. Tiens vais aller lire quelques blogs (là, là, là…) et acheter les Potins d'Angèle demain (ils sortent exceptionnellement mercredi pour une fois) afin de me calmer.
[…]

Lire la suite