Télaethon: Le projet de performance de Laetitia Debruyne

Laetitia Debruyne est une touche à tout des environs du quartier de la Guillotière et une amie à moi.
Entrepreneuse, artiste, 20091219_Netherlands_02_by_Henri_Senders performeuse et modéle photo, elle se lance cette année dans un projet de performance artistique au Canada. Le projet serait intégralement financé par des dons sur internet via les blogs et réseaux sociaux et des séances photos consacrées à cet effet.

Je lui laisse la parole:


L’idée de ce voyage va au-delà de me balader les pieds en éventail pendant 15/21 jours en vous twittant mes ‘aventures’. Non, ceux qui me connaissent le savent BIEN : je conçois la vie comme une performance, une bataille plus ou moins bien rangée, et ce séjour est une occasion pour aller plus loin dans ma démarche de modèle warrior, de femme, de blogueuse, de chef d’entreprise, de tout ce qui m’anime et qui me définit. Ailleurs, le superflu en moins, la chair et les racines entrechoquées.

Ce très cher Spinoza apprécierait l’initiative et cette nouvelle expérience : la performance internationale mutualisée par les réseaux sociaux.

Pour vous remercier de contribuer à l’élargissement de mon sourire et au renouvellement de mes 20100121_Entre-Chien-Et-Loup_03_by_Pierre-Yves_Reppelin-500x500 horizons, je vous donnerai un accès protégé à une nouvelle section de ce journal, mise à jour toutes les 24h et contenant pèle-mêle :

  • une photographie me représentant dans un nouveau lieu (nue ou pas, le but étant la performance sans forcément tomber dans l’exhibitionnisme),
  • un texte intelligent sur mon parcours,
  • des idées locales,
  • des broutilles virtuelles,
  • pourquoi pas un podcast sonore, ça vous changera de mes habituels conseils musicaux :)

Au-delà du journal de bord, je compte bien :

  • compenser mes déplacements avec un bilan carbone complet,
  • éviter les hôtels, loger chez l’habitant, entre autre par le biais du couchsurfing,
  • déranger les puritains locaux,
  • lire,
  • encore lire,
  • m’aérer les yeux et l’esprit,
  • manger local (dans la limite des mets comestibles),
  • (visiter les locaux de Google),
  • (faire la bise à Rob Zombie)

Pour contribuer à ce projet, vous pouvez cliquer sur le bouton  ci-dessous.

Crédits photos: Henri Senders et Pierre-Yves Reppelin

22 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. T’es un vrai chef 🙂
    (en passant l’url Paypal ne fonctionne pas, ils n’autorisent pas de lien direct vers les transactions pour une question de sécurité, mais tu peux faire un lien vers l’article de mon journal)
    Merci encore!

  2. romain blachier

    Et sinon mettre le bouton paypal ? Tu as le code ?

  3. Trublyonne

    Ouah la classe Laetitia 🙂

  4. romain blachier

    Ca y est j’ai mis le bouton, les gens peuvent donc librement et de façon sécurisée faire des donations pour ton projet.

  5. ais

    J’étais déjà plutôt fan de lacertilienne et du travail avec Damien Poudret, donc inutile de dire que je vais suivre ça de près !

  6. Damien, un de mes photographes préféré, qui n’a pas peur d’aller vers l’inconnu et de faire poser une folle rousse 😉 Ce n’est pas si loin de mon voyage… Merci pour le soutien!

  7. Ca y est j’ai mis le bouton, les gens peuvent donc librement et de façon sécurisée faire des donations pour ton projet.

  8. Robert Marchenoir

    commentaire effacé par le modérateur

  9. Je ne sais pas ce qu’a dit Robert Marchenoir, mais il a dû trouver la « performance » un peu… comment dire ? Enfin, si la dame est une amie à vous, gardons nos opinions pour nous, n’est-ce pas ?

  10. Je veux bien votre opinion quand même 😉 Par mail si vous préférez!

  11. elisa

    Où (en plus d’écrire comme un manche) l’on découvre que Didier Goux est con. Mais con comme ses pieds.
    Ah, on me glisse dans l’oreillette que ça n’est apparemment une surprise pour personne.

  12. Ah, mais que la vie serait simple s’il suffisait de montrer son cul entre deux twitts pour financer son petit tour du monde, palabrer avec quelque manitou des basses fosses politiques, et croire sérieusement qu’on oeuvre en faveur de la liberté de la femme parce qu’on lui retire sa culotte pour quelques clichés vaguement esthétisants. Dans la vraie vie, Madame, – celle qui se joue en-dehors des petites sauteries de réseaux artistico-foireux –, une femme qui montre son cul a toutes les chances de s’y prendre un coup de pied, quand elle ne s’est pas fait enculer d’abord. S’il venait à l’idée de l’une de ces vraies femmes vivant dans le vrai monde d’offrir son cul pour qu’on lui paye un voyage au Canada, cela s’appellerait tout simplement de la prostitution.
    Faites donc valoir votre plastique auprès de messieurs aux bourses pleines et qui ne savent plus trop comment, arrivés à l’aube de la cinquantaine, se désennuyer de leur existence de caniche à bourgeoises : c’est là votre véritable public ; employez vos hémisphères à leur faire gicler les biffetons de leur poignet nerveux : puisqu’ils ne les emporteront pas dans leur tombe, autant qu’une plus futée qu’eux en profite. Jouez à Warrior si vous voulez, dans votre univers virtuel de pacotille ; mais ne tendez pas la sébile hors du petit cocon cotonneux de vos bienfaiteurs à dents longues en vous racontant « performeuse » en baraguoin franglais : c’est aussi comique que Cindy Sander lorsqu’elle se prétend chanteuse.

  13. laurence dl

    @gerbille Pendant que vous commenterez, amère, peureuse sous pseudo, les visites de Lætitia au nouveau continent, elle s’amusera et nous fera réfléchir. A choisir, on ira donc pas dans votre assiette de solitude énervée.

  14. romain blachier

    Laurence dl, entièrement d’accord avec vous et votre réponse à Gerbille. La solitude entraine l’aigreur, fléau de nos sociétés modernes.

  15. Romain, il y a quelque chose qui me fait un peu peur pour elle dans le projet de votre amie: « déranger les puritains locaux. »
    De quel puritains parle-t-elle ? Et jusqu’à quel point veut-elle les déranger ? A-t-elle entendu parler de l’artiste italienne Pippa Bacca, qui a été assassinée lors d’une « performance artistique » ?
    Je ne comprends pas la rage que déclenche cette performeuse. Au moins cette dame se fait rétribuer directement par les amateurs de son art, sans demander de subventions pour son projet. Je n’en comprends pas l’intérêt non plus, mais les gouzécouleurs…

  16. Antoine

    @Suzanne
    Je suis nettement plus inquiet pour les « locaux ». Parce que la notion de « puritain » étant hautement suggestive, je trouve très limite de vouloir imposer ses « performances » à des gens qui n’ont rien demandé. Et cela, juste parce qu’elle pense qu’ils sont des « puritains ».
    Imposer ses idées, s’imposer aux autres, aux dernières nouvelles cela s’appelle du fascisme. Et il y a tant de façons de le justifier, n’est ce pas ?
    Mais je ne m’inquiète pas. Sans être artiste, je fus elle, je fus aussi étriqué d’esprit sous couvert de grandiloquence. Du haut de mes 37 ans, je me souviens du type de 20 ans que j’étais, qui voulait « se faire du catho à Saint Nicolas du Chardonnet », et je me dis que j’étais bien con à vouloir user de mon énergie ainsi…

  17. Très chers tous, ceux qui ne me connaissent pas me traînent dans la boue avec beaucoup de facilité, ceux qui me connaissent sauront déceler le second degré de ce projet. Restez donc cachés derrière vos écrans, mais en silence s’il vous plait.

  18. « me traînent dans la boue » :
    => C’est le procédé qui est visé au moins autant que les personnes (j’insiste sur le pluriel : je mets dans le même panier la demandeuse et les donneurs).
    « Restez donc cachés derrière vos écrans en silence s’il vous plait. » :
    => M. Blachier a reçu mon adresse mail ; si cela vous intéresse, il peut vous la communiquer.
    Demander aux rieurs qu’ils restent cachés et qu’ils se taisent est une belle illustration de votre avancée vers l’Autre : en somme, vous voulez bien jouer à Warrior, pourvu que l’Autre (celui qui ne vous connaît pas) s’enfuie. Je me demande pourquoi vous éprouvez le besoin d’aller faire le trublion du côté des Canadiens : l’Autre, vous le trouverez en sortant de votre petit cercle d’intimes, ici même.
    Décidément, le rire est bien plus subversif que la nudité.

  19. Visiblement Gerbille, Laetitia a réussi déjà quelque chose: vous faire réagir. Cela fait tout de même plusieurs jours que vous parlez de sa démarche.

  20. Aaaaaah, Laetitia a changé ma vie, je l’avoue ! M. Blachier, votre perspicacité me laissera un souvenir impérissable.

  21. Je vois que vous ne comprenez pas le second degré de mon intervention. 😉
    Si vous souhaitez en savoir plus sur ma ‘démarche’ (puisque le mot ‘performance’ m’est apparemment interdit), je vous invite à lire cet article : http://journal.laetitiadebruyne.com/de-la-performance-6245
    Pour ce qui concerne le Canada (+ les Etats-Unis pour être précise), c’est une forme comme une autre pour déstabiliser mes repères. Pour aller justement vers l’autre, l’inconnu.
    Je regrette que certains dénigrent rapidement sans savoir, sans me connaitre, mais contrairement à la fuite que vous suggérez, je suis ouverte aux conversations construites même si elles ne penchent pas en la faveur de mon projet.
    Cela dit, ce dernier était volontairement ‘petit’ jusqu’à ce qu’un coup de projecteur me propulse en première ligne d’une polémique stérile autour de la prostitution. Ne cherchez donc pas le dossier de 20 pages derrière tout ça, il n’y en a pas. Je crois autant en l’improvisation qu’en mes capacités d’adaptation pour faire de ce voyage/performance une belle expérience.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers