The L word

 

«Le socialisme, c'est quand la liberté arrive chez les. pauvres».

Carlo Rosselli

 

 

The_l_word Emoi dans le petit monde de la gauche :Bertrand Delanoë a prononcé le L word. En se disant socialiste ET libéral  le Maire de Paris aurait franchi un rubicon et emprunté le sentier des renoncements.


Je ne sais pas encore si le camarade Bertrand aura mon suffrage pour le congrès qui vient mais sa démarche ne peut qu’attirer ma sympathie, même si par-delà les mots il devra en définir le contenu, au risque, à défaut, d'avoir prononcé une phrase sans lendemain qui laisserait des traces sans faire avancer aucunement le fond du débat.

 

Delanoë n’est certes pas le premier, loin de là, à mêler socialisme et libéralisme. Déjà il y a quelques années, dans une plus que recommandable anthologie, Monique Canto-Sperber avait tenu a rappeler la longue communauté de vie entre la gauche et la liberté.

 

Il s’agit par contre de s’entendre sur les mots et le contenu.

 

Le libéralisme chez la gauche ne veut pas forcément évoquer une forme édulcorée du socialisme, un capitalisme sauvage légèrement tempéré.Un Jean-Marie Bockel, qui se définissait dans ses proches temps au PS comme un "socialiste libéral" sous prétexte que ses orientations visaient à moins que les autres n'est pas, n'a jamais été, dans cette catégorie de ceux qui concilient les deux notions.Il n'est qu'à voir, simplement, ses positions en matière de sécurité, très étatistes ou encore son soutien aux tests-ADN pour les regroupements familiaux.


Le socialisme libéral n'est en effet pas une notion un peu à gauche avec une forte dose de droite.Le libéralisme conséquent, concret, réel est de gauche n’en déplaise à une partie de la droite qui utilise ce mot pour masquer un immobilisme social, une volonté de maintenir les inégalités sans les corriger et à une gauche mécaniste et étatiste, que le mot effraie, soit parce qu’elle a une vision trop omniprésente du rôle de l’Etat soit parce qu’elle se laisse piéger par une droite qui lui dicte SA définition du libéralisme.Les américains, les sud-africains et les égyptiens ne s'y trompent pas, qui font du mot "Liberal" celui de la définition de la gauche.

 

Car enfin qu’est-ce qu’une idée qui vise à rendre une égalité de destins quelque soit sa naissance ? Qu’est-ce qu’un principe qui vise à permettre à quelqu’un de vivre librement sa sexualité, ses choix de vie, lui permettre d’avoir la liberté de déterminer de la façon la plus large ses études et sa carrière ?

De même un véritable partisan de la liberté ne pourra être que favorable à un système d’éducation conséquent et accessible à tous, y compris dans les échelons supérieurs, de possibilité d’accéder à la création d’entreprise y compris pour les plus modestes, d’un accès démocratique à la culture.


Ces principes un social-démocrate les fait sien et un libéral conséquent c'est-à-dire qui n’instrumentalise pas la notion pour en faire la justification de la domination du fort sur le faible, se les attribuera également.


Alors toujours aussi gênant à prononcer le L word ?

32 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Florent

    Les grands esprits se rencontrent, ma foi…
    Delanoë fait là une ouverture idéologique intéressante en vue du congrès

  2. Delanoë c’est d’abord et surtout de la politique Bobo et très parisienne.
    Donc son livre….ne peut qu’être en rapport.

  3. mathias

    Delanoë prononce le L word comme tu le dis, appelle le ps a ne pas avoir peur du libéralisme y compris dans le domaine économique, à s’inspirer de la culture d’entrepise.
    Cela pourrait plaire au centriste que je suis si d’un autre côté je ne connaissais pas la vrai nature de l’homme : un homme qui a montré son peu d’ouverture lors des dernières municipales à Paris en refusant la main tendue de la candidate du mouvement démocrate, un homme qui par ce refus a fait réélire dans leurs arrondissements les tenants de la droite réactionnaire.
    Je préfére un Gérard Collomb qui transforme ses paroles en acte qu’un Delanoë qui derrière de sympathiques discours ne fait aucun geste pour montrer son envie de faire évoluer le parti socialiste vers un véritable parti social démocrate à l’européenne.

  4. romain blachier

    Ce n’est pas parce qu’il n’a pas voulu faire alliance avec le MODEM,ce qui se discute, et ce qui aurait peut-être permis de faire basculer quelques arrondissements (au passage si de Panafieu avait eu le vent en poupe, le modem n’aurait-il pas fait la proposition inverse à ce que tu nommes toi-même »la droite réactionnaire ») que cela invalide la démarche générale de Delanoe.Par ailleurs tout à fait d’accord sur Gérard Collomb.
    Moi te toutes façons j’attends de voir ce que disent les uns et les autres sur ce congrès avant de me décider, que la chose provienne de Royal, Delanoe ou d’un autre.Je verrais en fonction de celui ou celle qui est le plus sur une ligne sociale-démocrate, européenne, décentralisatrice et libertaire.

  5. solange k

    la question posée par Romain est plus celle du libéralisme que celle des personnes.Je suis contente que quelqu’un aborde le fait que donner une VRAIE liberté de destin c’est de gauche.

  6. Libéral vient du mot liberté, mais s’exprime dans différents domaines:
    Un régime politique: libéral / autoritaire.
    Les moeurs politiques: libéral / conservateur.
    Le rôle de l’Etat dans l’économie: interventionniste / libéral.
    Economiquement, libéral ne s’oppose à social, sauf sous sa forme extrêmiste (USA, UK en partie). Les démocraties scandinaves sont un bon exemple de libéralisme dans les 3 points cités au-dessus, avec la fameuse flex-sécurité!

  7. Bravo, Romain ! Tu te doutes que je t’approuve !
    Je ne crois pas qu’attendre soit une option. Les choses vont très vite (largement du fait de Ségolène Royal, d’ailleurs). Je ne peux que t’inciter à signer. La seule alternative est là, et il faut participer, pour la construire ensemble. Les travaux vont être très riches.
    Je vais à Paris samedi. Si tu le souhaites (ou d’autres), je pourrai donner quelques infos.
    Toute personne que ça intéresse peut me contacter sur mon blog !
    Fred.

  8. Loïc

    Est-ce vraiment original aujourd’hui de se proclamer libéral lorque l’on est au PS?
    Manuel Valls, l’a fait (mais lui se défini aussi comme sécuritaire ce qui permet de se poser la question de ce qui le différencie de l’UMP).
    Royal le dit à demi-mot (entre sa proposition à Bayrou pendant la présidentielle, puis sont appel à l’alliance MODEM-PS pour les municipales et son soutien au service minimum…)
    Je ne crois pas que Moscovici ait une quelquonque sympathie pour le marxisme.
    Bref y-a-t-il un socialiste qui ne se dise pas libéral aujourd’hui? Peut-être Hamon-Melanchon-Emmanuelli? Mais bon on ne sait pas trop ce qu’ils sont eux.
    Enfin dernière question : pour apparaitre comme moderne lorsque l’on est de gauche, faut-il obligatoirement être ou en tout cas s’afficher comme de droite? C’est provocateur je sais mais c’est une vraie question.
    Loïc.

  9. loic et d’une certain façon jean-marie, vous ne comprenez pas, certes le libéralisme conjugué la gauche peut être en partie des éléments de liberté dans le marché mais c’est surtout l’ensemble des facteurs qui assurent une égalité réelle, qui permette à l’individu d’avoir le libre choix quelque soit sa naissance qui sont dans cette notion de libéral.Ainsi, même si çaa l’air paradoxal, un fort service public de l’éducation, qui permet au fils d’ouvrier d’avoir les mêmes infos et les mêmes chances de devenir médecin qu’un fils d’avocat pour moi c’est libéral.

  10. Loïc

    Romain, je voulais juste souligner que les candidats PS au poste de premier secrétaire ont l’air de se lancer dans une veritable course au « plus modéré voir plus de droite que moi tu meurs ».
    J’évoquais plus la réthorique que le fond car ma position sur le libéralisme prendrais bien plus que quelques lignes en commentaire d’un blog.
    Disons que le vocabulaire change, qu’on a pas l’habitude d’entendre ça à gauche et que cela demande précision pour savoir s’il s’agit de pure réthorique ou bien d’une modernisation ou d’un renoncement selon le point de vue.
    Amicalement.
    Loïc.

  11. Vieux Gaucho

    Bon alors bien sur je m’apprêtais à apporter ma contribution au débat, mais je viens d’abord de lire les commentaires et en particulier celui de Romain.
    OUI grâce au service public le fils d’ouvrier à les mêmes chances que le fils d’avocat d’accéder aux études et il y a combien d’étudiant d’origine ouvrière dans nos facultés ?
    Un fils de la haute a-t-il beaucoup de chance de sortir du système scolaire sans aucun diplôme ?

  12. Vieux Gaucho

    Je voudrais tout d’abord vous signaler le dossier du MARIANNE du 17 mai : Evénement : La nouvelle pensée unique.
    J’en tire quelques Passages que je mets au débat.
    Si nous pensons tous la même chose, c’est que nous ne pensons plus à rien.
    François BAYROU en 2002 à la face d’une grand-messe UMP, à l’orée de la campagne présidentielle. (Le Pen au 2eme tour …)
    Tel est l’état dans lequel a sombré le PS après 10 ans de Hollandisme : de Royal à Delanoë, de DSK à Fabius, ils pensent tous la même chose parce qu’ils évitent de penser à partir de la réalité vécue par les français. Ils ne s’affrontent donc plus que sur le reste : les places, voire le choix de la ville où organiser le prochain congrès.
    La refondation est en marche voila qui nous promet d’audacieuses disputes idéologiques.
    Tant qu’elle sera muette, amorphe, comateuse et incapable d’articuler une politique alternative crédible, la gauche restera la principale complice du triomphe des Sarkoboys.
    Aujourd’hui les salariés de la fonction publique sont en grève pour la défense de la retraite. Il est toujours question de rallongement de la durée de cotisation hors 34 % seulement des plus de 54 ans sont encore au travail donc il ne s’agit pas de rallonger la retraite mais de rétrécir les pensions. Il y a un excellent dossier à ce sujet sur l’Hebdo des Socialistes de cette semaine.
    Ce n’est pas un problème de durée mais d’assiette. C’est un problème qui est récurent depuis plusieurs décennies. Mais alors, pourquoi les différents gouvernements socialistes qui se sont succédé depuis 1981 n’ont-ils pas engagé une réforme des retraites basées sur ces principes ?
    Pire, Lionel Jospin à déclaré lors des avant dernières Universités d’été à la Rochelle, « se sont mes camarades du Bureau National qui me l’ont interdit ».
    Autre idée reçue, les ouvriers ont disparus, faux : 7,1 millions d’ouvriers (7,2 en 1962) et 7,8 millions d’employés souvent prolétarisés forment plus de la moitié de la population au travail. 40% des enfants vivent dans un foyer où l’un des parents au moins est ouvrier. Délaissés par la Gauche (les cocus de Mitterrand), une partie d’entre eux ont gonflés le vote lepéniste avant d’assurer le vote sarkosiste. Dès 2002, Pierre Mauroy avait rappelé à ses camarades socialistes :  » qu’ouvrier n’était pas un gros mot ».
    La Sociale Démocratie gouverne l’Europe de l’Ouest depuis des années, la Suède et Katmandou étaient nos objectifs en 68, et pas seulement au niveau sexuel, hors, à part l’Espagne de Zapatero, toutes les dernières élections ont rejetées le parti social-démocrate mais qu’importe le naufrage, la rengaine demeure.
    Oui je sais Romain, je ne suis pas toujours drôle, mais j’ai fait un rêve, celui d’un monde d’harmonie humaniste et solidaire. Mais cela doit être encore de l’utopie….

  13. @loic:assez d’accord, par exemple on en voit vouloir absolument se la jouer « une dose de droite dans une dose de gauche » uniquement pour faire moderne alors que ce n’est pas la question, que la question c’est comment on gére une société solidaire dans une économie dynamique.
    @vieux gaucho: »Tel est l’état dans lequel a sombré le PS après 10 ans de Hollandisme : de Royal à Delanoë, de DSK à Fabius, ils pensent tous la même chose parce qu’ils évitent de penser à partir de la réalité vécue par les français. »
    Là tu vires dans la démgogie.Faire du généralisme et du « tous pourris tous pareils »ce n’est pas penser c’est sombrer dans la facilité.Passer son temps à taper sur son camp en faisant des constats sur un siége c’est du masochisme à force.
    Ensuite qui a dit que les ouvriers avaient disparu?Personne.Le PS reste le premier parti chez les ouvriers, contrairement à sous De Gaulle où la majorité des ouvriers votaient…à droite!
    Ensuite avoir le vote ouvrier ou pas n’est pas une qualité en soit.Un ouvrier n’est pas une vache sacrée, il peut être intelligent et avoir raison ou con et se tromper.L’essentiel est d’arriver à une société plus égalitaire, où chacun ai sa chance et soit aidé et soutenu en cas de probléme.

  14. Je suis assez d’accord avec Vieux Gaucho
    « Tant qu’elle sera muette, amorphe, comateuse et incapable d’articuler une politique alternative crédible, la gauche restera la principale complice du triomphe des Sarkoboys. »
    Mais surtout, libéralisme ou liberté
    on sacralise le « libre » au détriment des individus, des faibles et des pauvres.
    Moi qui vais assez régulièrement en Chine (ou reçoit des Chinois) je les ai entendus plusieurs fois me dire
    « qu’est-ce qu’ils en ont à faire vos SDF de votre liberté? »
    Romain, l’ouvrier n’est pas une vache sacrée
    et je suis d’accord
    mais la liberté non plus !

  15. Vieux Gaucho

    Ben oui démagogie
    Résultat, pas de candidat de gauche au 2eme tour en 2002, 36% pour l’ensemble des candidats de gauche au 1 tour en 2008.
    L’important c’est d’y croire…

  16. romain blachier

    @vieux gaucho:c’est vrai que ceux des mouvements qui se situent sur la « gauche » du ps a tellement plus de succés électoral.On en est esourbi! les électeurs ont massivement rejoint le grrrrrrrand parti populaire révolutionnaire bidule de LO ou du POI (éniéme nom du PT, de l’OCI etc…)
    A titre perso, au lieu de me couvrir la tête de cendres et de faire du masochisme (c’eeeeeeeeestttttttt horrrrrrrribbbbbble la gauche ouiiiiiin) , je participe, j’agit.Et sur mon secteur je suis content.La gauche qui était minoritaire dans le 7e lorsque j’ai commencé à militer est majoritaire à chaque scrutin depuis 2001 et nos victoires ont été grandes.Je préfére faire avancer les choses à mon échelle plutôt que de faire du masochisme sur fauteuil.Parler c’est bien,faire c’est mieux mais moins facile.
    @rosa:relis ce que j’ai écris sur la liberté dans cette article, c’est justement ce que je dis:l’idée c’est justement de rendre libre les plus faibles…

  17. Vieux Gaucho

    Oh pardon Romain et merci de me prendre pour un con.
    Je ne te parle pas des autres, je te parle du PS et de la SD ou DL selon le cas. Je participe au débat que tu as lancé sur ton blog.
    Il est vrai que depuis que le libéralisme domine le monde les choses ont bien changé.
    Plus personne ne meure de faim ou de violence dans le monde, les régimes totalitaires ou mafieux n’existent plus, les GI’S distribuent des bonbons en Afghanistan et en Irak. Les 70000 internés dans des camps de rétention ont été libérés, aucun enfant n’est rendu au quasi esclavage ni enrôlé dans une armée.
    En France, il n’y a plus de SDF, les restos du cœur ont fermé, tout le monde est logé, plus de chômeur, plus personne sous le seuil de pauvreté, les prisons sont vides,…
    Tout va bien, le futur chef du parti Libéral va être sacré à Reims à l’unanimité puisque les contradicteurs n’ont pas le droit à la parole. Ou sont ridiculisés, marginalisés, …
    Allez, Rosa, mets des fleurs dans tes cheveux, des clochettes sur ton déambulateur, je prends ma guitare et nous partons à Katmandou de toute façon, comme dit ta petite fille, nous les vieux on est déjà un peu mort… de désespoir surement.
    Nos chemins se séparent ici adieu vieux gaucho, je m’appelle Yves Coindet.

  18. Vieux Gaucho cette fois je me désolidarise un peu.
    et je suis moins pessimiste que toi
    ce matin, sur le marché du Point du jour
    j’ai rencontré
    car nous avons des cantonales partielles ce week-end
    l’élu du 5ème soutenu par Gérard Collomb.
    Thomas Rudigoz. Et franchement il me redonne le moral.
    Il était entouré de jeunes et c’est vrai qu’il représente une nouvelle génération d’hommes politiques. Et c’est très bien il faut leur faire confiance.
    Autant les trentenaires m’agacent quand ils attaquent 68 parce qu’il n’y connaissent rien
    autant les vieux de la section du 5ème qui présentent « LEUR » candidat, du bon socialo pure beurre m’horripilent dans leur refus d’évoluer.
    Parole de mamie, pas encore morte même à demi !!!!

  19. Romain, limite la fin de ton commentaire en ce qui concerne la modération.
    Il faut respecter les vieux quand même…

  20. @rosa: »Il était entouré de jeunes et c’est vrai qu’il représente une nouvelle génération d’hommes politiques. Et c’est très bien il faut leur faire confiance.
    Autant les trentenaires m’agacent quand ils attaquent 68  » ça veut dire quoi rosa?que les jeunes sur les marchés c’est bien mais fait pas trop qui la ramenent quand meme pour débattre?
    de même »respecter les vieux »? il faut cesser de tout voir en termes d’ages il s’agit d’une discussion entre humains, qu’ils soient jeunes ou vieux n’invalide ni ne rend mieux leur discours.Je suis pour la non-discimination aussi en cette matiére.
    @yves/vieux gaucho:je ne t’empêche pas de t’exprimer (la preuve) ni te prend pour un con, je t’assure, c’est juste que le couplet maso sur « le ps est nul » toutes les trois minutes c’est lourd, trés lourd.
    Que dirais tu si tu avais un blog et toutes les trois commentaires je te répétais « les techniciens territoriaux sont nuls, trés nuls » et que que je pétais un plomb lorsque si tu me contredisait en te disant que ce que tu fait, ce pour quoi tu passes du temps, ce pour quoi tu sacrifie beaucoup de choses, eh ben t’y crois trés fort?Eh ben pour moi le PS n’est pas parfait, je le dis assez, mais j’y passe du temps, j’y agis et j’y crois.

  21. Yves

    (commentaire supprimé à la demande de son auteur)

  22. Loïc

    @Rosa : J’ai du mal à croire que tu t’enthousiasme pour Rudigoz. D’une part parce que les jeunes dont tu parles sont au mieux des mecs tellement soumis à Collomb qu’ils viennent distribuer des tracts pour un mec du MODEM alors qu’ils en ont pas grand chose à cirer du Veme canton. Au pire, et c’est ce qui ce dit sur les marchés de la part des concurents de Rudigoz, il s’agit d’une boite privée embauchée par ce dernier parce que personne ne veut faire sa campagne.
    Il n’avait tellement trouvé personne qu’apparement même des gens comme Auvray (dir cab de Collomb), Jean Christophe Vincent ou Christiane Demontès sont allés distribuer des tracts ce qui ne s’était quasiment jamais vu de mémoire de socialiste.
    Alors si tu veux de la fraicheur, je te conseil plutôt Bertrand Artigny, candidat des verts, plutot que cet imbroglio navrant de candidat socialiste non soutenu par le PS (Malicier), ou encore Modem soutenu par Collomb, Modem soutenu par personne…
    @Romain : je m’attend à une réponse de ta part parce que c’est vrai que je tape un peu sur le PS mais en même temps sur ce coup ci c’est de bonne guerre parce que la c’est quand meme vraiment compliqué 😉
    Loïc.

  23. oui là Loic, tu abuses.
    Un parce que ni tout ni moi ne savons qui a tracté pour Thomas, deux parce que Jean-Christophe Vincent est aussi un militant de terrain des plus actifs, que oui Auvray tracte plus souvent qu’a son tour,trois parce qu’il n’y pas de commande de boite privée (et le coup de la boite privée c’est un classique de chez classique dans les saloperies lancées entre candidats) quatre parce que oui il y a confusion mais nous savons toi et moi que la majo municipale saura se retrouver au deuxième tour.

  24. j’aime beaucoup cette vérité Romain:
    « Ensuite avoir le vote ouvrier ou pas n’est pas une qualité en soit.Un ouvrier n’est pas une vache sacrée, il peut être intelligent et avoir raison ou con et se tromper. » Oui la Droite n’a pas le monopole des cons comme la gauche celle du coeur..je pense à la note du copain de Trub à Paris: la gauche n’est pas réservé aux Rmistes, comme la droite aux nantis, c’est une question de lucidité et de valeurs, finalement de morale individuelle: vivre dans un régime qui permet à chacun un épanouissement à la hauteur de ses efforts…ce clivage n’est ni de droite ni de gauche, aucune vérité n’est détenue par l’un ou l’autre camp…Bon sur ce je retourne chez moi faire mes cartons…..

  25. BBCam

    c’est quoi, alors, cette présentation de boutiques, le 30…..?!

  26. Thomas

    La France brule, et les Socialisses, entre deux Banquets Fraternels, et dans un rot discret, se chamaillent a qui aura le pompon…
    Reveil brutal annonce.

  27. @bbcam:je te mail
    @thomas:euh honnetement si j’ai un bon coup de fourchette ça doit faire des années que j’ai du faire de banquet tu fait erreur d’adresse.
    Quand au débat pour savoir qui va diriger le principal parti d’opposition,il est normal que l’on l’ai puisqu’on va voter.A moins que tu souhaiterais qu’une puissance supérieure procéde à l’désignation.?

  28. Loïc, les Verts j’ai donné !
    Pendant 10 ans j’ai voté pour eux sytématiquement et j’en suis vraiment revenue.
    J’aimerais bien qu’on me montre ce qu’ils ont apporté à la politique en général et à la gauche en particulier.
    Pour moi c’est RIEN sinon l’art de couper les cheveux en 4.
    D’où mon retour au PS comme simple adhérente.
    Quant à Rudigoz, tu tombes mal quand je l’ai rencontré il était avec un ancien adjoint socialiste du 5ème.
    Et s’il y a bien une section à laquelle je n’irai JAMAIS c’est à celle du 5ème.

  29. Très bien… la politique est toujours un sujet bien difficile à cerner mais bon il faut savoir dire aussi peu avec autant de mots… mais dites-moi « L » c’est-y pour Lyon ? ou suis-je hors sujet ? Rosa reste une bonne « in…terlocutrice quand même et elle a souvent des pointes de raison… Romain : j’ai bien aimé The L world… est-ce un péché ?? [( lesyeux dans les… ;-))]

  30. Rétrolien: Et si la crise était une occasion pour l'Irlande de devenir réellement libérale ? | Romain BlachierRomain Blachier

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers