entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

De l’utilité d’une fête du travail

Oeillet_rougeLa fête des travailleurs est fixée au premier mai sous sa forme actuelle depuis fort longtemps. C’est en 1889 que l’internationale socialiste propose une journée d’action et de défilés à cette date pour obtenir une réduction du temps de travail et des droits nouveaux.

La tradition s’est poursuivie depuis, avec ses drames comme par exemple ce rassemblement d’ouvriers de Fourmies, inspirés par le socialisme, réprimé par la police.

Depuis nombre de choses se sont greffées sur cette fête des travailleurs. Il est jusqu’au Pape Pie XII qui a instauré en 1955 la fête de St-Joseph artisan.

Mais à chaque fois la manifestation qui regroupe citoyens, syndicats de salariés et partis de gauche (et parfois, bien plus rarement, des militants du centre)porte sur des revendications d’avancées sociales.

Seul exception lorsque le Maréchal Pétain et son secrétaire d’Etat René Belin la transformèrent en une ballade digestive sans contenu précis…avant que la République et la gauche ne reviennent redonner son caractère originel à la fête par des décrets de 1947 et 1948. Curieusement on gardera le muguet pétainiste qui avait supplanté l’œillet rouge des manifestations originelles…

La fête des travailleurs a donc une longue histoire, porteuse d’avancées sociales: les congés payés, la réduction du temps de travail, l’amélioration de ses conditions…Elle a une tradition et un sens: l’amélioration constante de la situation des travailleurs.

Ce que veut développer Nicolas Sarkozy, à savoir une fête du vrai travail est  sorti subitement de nul part (on en parlait pas la semaine passée ) et prévu volontairement le même jour pour aller à la confrontation. Une étrange idée provenant de nul autre lieu que du cerveau d’un de ses communicants n’a guère de sens dans ce contexte, à part une division entre les uns et les autres. On ne voit pas, à part créer un événement marketing sur un concept flou, ce qu’apporte un tel événement puisque depuis le début de la campagne le sortant, à la différence de son challenger, ne fait presque aucune proposition sur l’emploi ou l’entreprise en général, se concentrant sur l’immigration. Sa politique ces dernières année a d’ailleurs particulièrement facilité la rente au détriment de l’activité professionnelle, bien davantage taxée. Alors une telle fête pour quoi faire  à peut-être distraire l’actualité d’autre chose comme le fait également le quotidien le soutenant ?

D’autant que si Nicolas Sarkozy garde une forte base dans certaines catégories (témoins ses scores dans les beaux quartiers et les banlieues les plus aisées) sa première base électorale reste les retraités…qui ne travaillent plus.

6 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. david weber

    Cher Romain, le premier mai n’est pas une fête comme on peut le lire dans cet article. C’est un jour chômé et payé : ce n’est pas pareil… Un certain nombre d’ historiens l’ont rappelé là : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/543736-le-1er-mai-fete-du-travail-comment-ce-jour-a-ete-instrumentalise-en-politique.html
    ici : http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2010/11/07/jours-de-fete-par-jacqueline-lalouette/
    et dans cette excellente émission de France-culture : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-histoire-du-calendrier-34-2012-03-28
    Cordialement.

  2. Cher David,
    Mon billet explique justement que cet événement a évolué au fur et à mesure de l’histoire par rapport à ses débuts. Par ailleurs si le premier article est intéressant, son titre est trompeur: depuis le début le 1er mai est un événement politique.
    Bien à vous

  3. romain blachier

    Cher David, vous n’avez pas répondu à ma réponse, dommage.La fête du travail n’est pas au calendrier légal des fêtes mais elle est fête par coutume, tout comme rien n’oblige quelqu’un en congés pour Noel à mettre un sapin et/ou à fêter le Christ.
    Attention la loi de 1948 ne supprime pas directement ce qu’avait Pétain mais supprime la loi de 1947 qui avait supprimé ce qu’avait instauré Pétain. Et in fine 1947 et 1948 enlévent bien ce que Pétain avait fait du 1er mai.
    Cordialement
    ps oui en 1945, année du 1er mai post Pétain, les commentateurs le rappellaient d’abondance.

  4. david weber

    cher Romain,
    L’affirmation « que le premier mai est légalement une fête » est du même ordre qu’écrire: «j’interprète la création du monde comme l’œuvre d’un Dieu».
    On peut, en effet, affirmer ce que l’on veut. Mais son affirmation a une validité plus ou moins grande suivant qu’elle s’appuie ou qu’elle ignore superbement ce que peut établir une démarche de connaissance. Il existe, en France, un certain nombre de stéréotypes comme celui par exemple  » d’une école laïque obligatoire » . C’est aussi une erreur.
    En France, l’instruction est obligatoire, l’école publique est laïque (sauf dans les trois départements de la métropole où elle comporte des aspects confessionnels. Cela est fort différent et la question du statut de l’enseignement privé (presque uniquement confessionnel) qui a constitué un débat majeur de la laïcité française.
    Ceci écrit, je ne vois aucune question dans la réponse que vous m’avez faite précédemment. Ai je besoin de lunettes ?
    Par contre, permettez moi de vous en posez une en retour :que pensez vous de l’article ci dessous ?
    http://www.libre-penseur-adlpf.com/article-presidentielles-2012-la-laicite-ecornee-dans-un-bureau-de-vote-103959854-comments.html#anchorCommen
    Ne trouvez vous pas qu’on se montre très créatif en matière d’atteinte à la laïcité ces derniers temps ?
    cordialement.

  5. Bonsoir merci de votre commentaire nocturne. Mais ceci dit j’ai beau me relire David, je ne vois nulle part où j’aurais parlé du fait que le 1er mai soit en 2012 légalement une fête…Quand au débat sur la laïcité il n’est pas l’objet de ce billet.
    Bien à vous

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers