entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Université d’été du parti socialiste 2009

Rose "Ben t'es pas à la Rochelle cette année ? " C'était un peu la phrase que j'ai entendue ces trois derniers jours. Je ne vais pas régulièrement au rendez-vous annuel des socialistes mas seulement une fois tous les 2 ou 3 ans. La cité protestante de l'ouest est fort agréable et quand on a quelques années de route socialiste, on revoit avec un plaisir sucré ou un énervement virulent des camarades de sa connaissance pendant les universités d'été. Mais la distance un peu longue, un programme qui semblait classique et le fait que lorsqu'on est un troisième couteau, ben on fait des ateliers souvent intéressants mais aussi et surtout du couloir pas toujours intéressant, bof. Remarquez certains militants de Vaulx-en-Velin en ont profité cette année pour plaider auprès d'autres camarades de fédération leur version des faits dans les compliquées histoires de cette section du Rhône. C'est de bonne guerre et c'est aussi ça la Rochelle: parler avec des gens de Lyon et des environs à des centaines de kilomètres. AH mais j'en était à mes raisons de pas être venu: En plus des précédentes, j'ai plein de déplacements pros ces temps-ci. Ah et y'avait Lou-Bordeaux dont je vous ai fait un petit compte-rendu chez Lyon Sports dans ma chronique hebdo. Ah et puis j'avais pas organisé ma venue, hésitant et tout jusque dans les derniers jours.

Bon et pourquoi je me justifie moi? Allez on parle de La Rochelle.

La chose a commencé on le sait, par un discours de Martine Aubry. Un très bon speech de l'avis unanime, même si Thierry Philip, maire du 3e, a nuancé en disant que la Maire de Lille avait un peu trop joué les militants contre les élus. En tous cas la première secrétaire, très critiquée, a voulu reprendre la main. Florent, militant du ps de Lyon 6e, le souligne ainsi "Les cycles médiatiques, ça a quelque chose de fascinant. J’aime bien les journalistes (si, si, vraiment) mais leur grégarisme, parfois, me laisse pantois. Confiants dans l’instinct de poisson rouge de leurs lecteurs, ils n’hésitent d’ailleurs pas, en l’espace de quelques heures, à changer complètement leurs analyses, en oubliant volontiers ce qu’ils affirmaient hier encore.
Ainsi, Martine-la-ringarde et le PS éternellement moribond sont-ils, aujourd’hui, un parti à l’offensive porté par une première secrétaire qui a repris la main, à tel point que les socialistes sont de retour.
Où comment, par un (courageux, certes) silence estival suivi d’une annonce un peu inattendue, on peut changer brutalement la perception médiatique d’un parti.
"

Certes, de quoi être content pour de nombreux militants. Gérard Collomb a d'ailleurs souligné avec une malice qui ne va pas manquer d'irriter certains, que Aubry était devenue Collombiste. Il est vrai qu'en un seul discours, la première secrétaire en abordant la question de la majorité élargie, du débat ouvert, des primaires, du ps en reseau, de la prise en  des divers mode militantisme a repris nombre de thèmes se retrouvant dans la démarche portée au congrès par la motion du Maire de Lyon…mais une chose qui a fait moins plaisir à Gérard Collomb, qui a d'ailleurs fait un double allez-retour Lyon-La Rochelle en ce grand week-end, c'est celle de la limitation du cumul des mandats. Prônée par Aubry dans son speech, cette proposition l'exaspère au plus haut point. Même son de cloche chez Thierry Philip, également concerné par la mesure, et chez certains militants lyonnais.L'un d'entre eux, non élu et faisant partie de l'aile gauche du PS m'a dit "franchement, ok ça fait plaisir aux militants mais c'est pas le débat prioritaire. Et puis c'est se tirer une balle dans le pied si on veut reprendre le parlement". Il est vrai que le sujet, intéressant d'ailleurs, est un moyen de gagner à sa cause nombre d'adhérents. Les innombrables et divers manifestes (signés d'ailleurs parfois par des gens eux-mêmes cumulards ) que l'on voit fleurir chaque année à l'approche de La Rochelle tel Changeons d'Air, regroupant notamment, mais pas seulement, proches de Cambadélis et de Hamon, (dont un certain nombre de rhodaniens tels Jérôme Sturla,Nathalie Perrin-Gilbert, Yann Crombecque ou Farida Boudaoud) en font fréquemment mention.

Le débat est en tout cas cette fois vraiment lancé après des années de discussions stériles en la matière. Ah et sinon il parait que Valls, après ses simagrées du mois de Juillet, est passé faire coucou aux caméras mais n'est pas entré dans le bâtiment des université d'été, se faisant d'ailleurs houspiller par un certain nombre de militants…

Reste qu'il faut éviter de tomber dans le nombrilisme de parti façon modem. Les primaires, le cumul des mandats, la question des alliances, tout ça c'est bien joli mais ça ne fait pas une politique pour les français.Même si des pistes ont été tracées comme par exemple cette intéressante proposition d'aide pour les plus modestes via le remboursement d'une partie de la TVA. Mais c'est un bon début pour être en ordre de marche. Reste à voir si le débat voulu par Aubry, qui a par contre raté son discours de cloture, est plus qu'un simple moyen de se sortir de l'orniére interne. Moi je veux bien y croire.

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Quentin L.

    Pour moi, Florent, militant du ps de Lyon 6e 😉 a tout dis !
    Et puis je suis pas forcément heureux que le PS soit à nouveau en odeur de sainteté dans les médias. Plus on cherchera la synthèse et le consensus, moins on avancera dans la rénovation, comme on a pu le constater pendant les années Hollande. Maintenant tout le monde est content puisqu’il est potentiellement présidentiable juste en montrant sa frimousse dans les médias. C’est beau les primaires. Ca va être un grand moment !

  2. AMR

    La question des primaires de la gauche reste, de mon point de vue, sujette à l’élaboration d’un vrai projet de gouvernement. Et la différence de position entre les Verts et le PS sur la taxe carbone est un véritable obstacle à l’organisation de ces primaires, tant que des discussions sur le projet n’auront pas été faites entre les partis concernés (ou intéressés) par ces primaires. Je suis personnellement favorable aux primaires, à condition que les partis se parlent, ce qui n’est vraiment pas le cas actuellement. Pourquoi s’allier et surtout pour quoi faire ? Les électeurs ne seront pas dupes (on les a assez pris pour des rigolos pour penser enfin à tenter de les convaincre sur des projets et non pas sur la bonne tête d’une personne recommandable, l’exemple de Sarkozy devrait faire comprendre à tous que la tête ne fait pas le président).

  3. Griffon Lyonnais

    Sur le remboursement de TVA aux plus modestes, c’est démago à souhait mais en pratique ça donne quoi? N’y aurait-il pas plutôt à se creuser la tête pour définir 2 nouveaux taux (par exemple : 12,6% et 33%) pour baisser la TVA sur ce qui n’est pas de première necessité mais de grande consommation et augmenter le taux sur ce qui est réellement somptuaire.
    La Dame du Poitou a fait du rétropédalage illico sur la taxe carbone au JT de France 2 mais ce n’était vraiment pas convaincant … Pourtant, si elle le vend mal, elle n’a pas tort de dire que le mécanisme de taxe carbone est anti-social et suicidaire pour la France, dont le moteur de croissance est quand même la consommation. Cette lubie des verts de vouloir appliquer leur impôt pour sauver la planète est d’une terrible idiotie si ce n’est pas appliqué au niveau du G20.
    Pour le mandat unique, c’est encore et toujours de la démagogie … Instaurer des limitations au cumul serait certainement une façon d’intégrer de nouvelles têtes mais l’idée de limiter le nombre de mandats successifs risque d’avoir un effet pervers en installant une sorte de parcours initiatique obligatoire entre le mandat de conseiller municipal et celui de parlementaire en passant par celui d’adjoint, de maire, de conseiller général, de conseiller régional, (peut-être bientôt regroupés en celui de conseiller territorial), de député, de député européen puis de sénateur … est-ce que cela va vraiment dans le sens du rajeunissement du personnel politique? Il y a aussi le danger d’avoir un renforcement du nombre d’apparatchiks sur les mandats nationaux et donc une déconnection entre le local et le national… De plus, si le mandat de député peut certainement être encadré de la sorte, je ne suis pas certain que le sénat puisse souffrir la même réforme par le simple fait que ses modes de désignation ne sont pas directs. Par ailleurs, qu’en est-il des EPCI? Sont-ils concernés par la règle du cumul?

  4. Battling

    Question nombrils, je te décerne une excellente note MDR.
    Cela dit ….. quand je vois Aubry parler du cumul des mandats comme du renouvellement des pratiques politiques … et que je lis ton texte il est certain que le changement des comportements socialistes n’est point pour demain (le ciel nous tombera sur la tête par avance)
    D’autant que cela « ne concernera pas les régionales » et que comme tu les dis les grands féodaux du PS sont très inquiet de cette évolution, voir s’assiéront dessus… Question nombrilisme (et cumul maximum) vous n’avez de leçons à recevoir de personnes 😉
    Quand aux alliances, il serait très étonnant que des français, dont moi, suive une orientation où l’on retrouverait à côté des modérés des membres du parti communiste.
    Casus Belli : « No passaran » ; comme dirait l’autre.

  5. baillergeau

    Pour La Rochelle 2009, je ne veux retenir que le discours introductif d’Aubry.
    Noyée au fond de la piscine du PS, elle a donné le coup de pied pour remonter à la surface et lâché trois pistes bien utiles au déblocage du Parti – Primaires / Cumul des mandats / Rigueur des élections internes.
    Rien n’est réglé, mais soudain les militants présents m’ont semblé ne plus avoir peur de leur Parti.
    Il s’ouvre une petite fenêtre de 4 mois durant lesquels les militants vont échanger sur le contenu de la refondation.
    Le vieil homme que je suis formule le souhait que nous arrêtions de ramener l’UE et le Monde souhaités, à une France en plus grand et qu’on regarde enfin le gisement immense des talents en entreprise et dans l’administration.
    Nous ne les utilisons pas, par conservatisme ou complexes à gauche et par mépris des gens à droite.
    PS sur un dossier qui m’est cher : DSK n’est pas « candidat », il pense être un recours si Solferino sombre, ce n’est pas la même chose.

  6. jbdivry

    eh bien je suis resté à lyon exceptionnellement cette année. Tant il est vrai que pour un 5e couteau comme moi, les ateliers sont souvent intéressants mais les couloirs et le parvis systématiquement désepérants.
    Je regrette le rab de soleil et les huîtres mais pas cette ambiance de haines feutrées et puis cette histoire de Primaires m’amusait lorsqu’il s’agissait d’occuper les quadras mais beaucoup moins depuis qu’elle est devenue officielle et gêle désormais toute autre initiative d’un leader indispensable capable de trancher les débats interminables de nos experts … au moins il semble qu’ils aient progressé sur le sujet tabou de la TVA pour inventer n’importe quoi mais bon !

  7. M. Mizuki

    La qualité d’un parti politique se mesure à son plus piètre militant. Si l’UMP ne vole pas haut Romain Blachier lui permet d’avoir un parti à sa hauteur.

  8. Romain,
    Permets-moi, vu de l’extérieur c’est-à-dire n’étant pas au PS, de livrer quelques unes de mes réflexions après avoir lu attentivement l’article du Monde.
    Je ne m’attarde pas sur la cuisine interne au PS, cela est l’affaire des militants socialistes.
    Ce qui m’interesse moi, c’est la philosophie et un éventuel projet alternatif pour 2012.
    Ce qui me parait interessant et qui demande à être paufiné, c’est dans le domaine économique et dans le fonctionnement de la démocratie qui ne demande qu’à être revitalisée.
    Si j’ai compris dans le domaine économique, il est question de créer un pôle bancaire public qui aurait pour mission principale d’aider les PME à se développer et pourquoi pas la nationalisation d’une grande banque privée Générale ou BNP?
    Je dis pourquoi pas. Le gaulliste que je suis, dit : parce que c’est de notre culture et notre histoire, le colbertisme est le système politico-économique qui convient à la France. Parce que la France a trop de chefs d’entreprise irresponsables, des banquiers « pourris », n’ayant aucun sens de l’intérêt général et de la Nation, seul, l’Etat garant de l’intérêt général, de l’égalité de tous, tant des personnes que des territoires peut permettre au pays d’être une grande puissance économique et militaire lui garantissant ainsi l’exercice de sa pleine souveraineté.
    Sur le second volet, concernant la démocratie, si l’on veut stopper l’absentionisme, elle a besoin d’être revitalisée.Cela veut dire pour moi, que la démocratie n’est pas un métier mais un mandat donné par le peuple pour servir l’intérêt général. La professionnalisation de la démocratie la tuera. Pour moi, il faut mettre un terme au cumul des mandats : par plus de 2 mandats national ou local.La République a comme vertu la Démocratie. La Démocratie ne peut être vertueuse que sur ceux qui sont chargés de la faire fonctionner lesquels doivent par leur attitude servir le peuple et la Nation et non se servir au détriment de ceux-ci. C’est d’abord le sens de l’intérêt du bien commun selon Aristote. Si je ne me trompe, servir le bien commun, c’est d’abord être politique et ne pas « faire de la politique ».
    Gaullistement
    Clauide JEANDEL

  9. Jérémie

    Erratum:
    La phrase que j’ai entenduE.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers