L’hérétique (démocratie et hérésie économique) me demande de parler du centre

Centre L'hérétique m'a demandé de répondre à une question " C'est quoi le centre ?" (en politique précisons-le, pas en géométrie) qui lui avait été demandé à lui et à  Vallenain, Hashtable, le Chafouin, Xerbias, Balle au Centre, Isabelle Resplendino, Bob et quelques autres.

Il souhaitait via ma petite personne avoir l'avis d'un blogueur "clairement positionné au centre gauche". Tiens à propos je n'ai jamais bien déterminé si il fallait écrire "centre gauche" ou "centre-gauche". Du coup j'écris les deux. Et je milite. En effet au centre-gauche.

Alors qu'est-ce que le centre ? Disons le tout de suite, pour moi le centre absolu en politique n'existe pas. Je veux bien croire à un centre gauche, à un centre-droit mais un milieu tout court aucunement. Ainsi la totalité des partis centristes dans le monde gouvernent ou militent dans une déclinaison plutôt portée vers le progressisme ou plutôt vers les conservateurs. L'hérétique par exemple est clairement positionné au centre-droit.

Il existe pourtant de ci, de là des volontés affichées de proclamer un milieu politique indépendant  et pouvant s'allier ou pas avec les uns ou avec les autres mais j'ai du mal à y croire. D'abord parce que très souvent ces velléités amènent à travailler avec le plus offrant, transformant la politique en une vaste vente aux enchères, à base de "ok on rejoint ta liste mais si tu donnes plus que l'autre en face". Une sorte d'E-Bay politique.

Par ailleurs, même pour les sincères et non opportunistes, parce qu'il y en a,Il y a forcément une inclinaison dans les préférences ou dans les politiques suivies. Services publics, Europe, solidarité, école, économie, décentralisation il y a des choix qu'il faut trancher dans un sens ou dans un autre. Ou alors on fait des demies-mesures jusqu'à l'absurde: on renvoie les roms non pas en Hongrie mais en Autriche, on met en place des demis-vélos en ville, on lutte à moitié contre les discriminations, on augmente le SMIC de 2 centimes…

Et puis quelles sont les valeurs du centre en soit ? Rien qui ne lui soit spécifique. Qui n'est pas humaniste par exemple ?

Il y a aussi l'idée illusoire qu'un "vrai centre" pourrait venir du regroupement des innombrables chapelles et grouspuscules de la famille ferait un tout idéologiquement solide et fort différent de la gauche et de la droite. Je reste sceptique. Mettez le MODEM, le Nouveau Centre et le Parti Radical comme le font certains en une peu moderne reconstitution de la vieille UDF et vous n'avez pas une force à équidistance des deux camps mais un groupement tirant largement sur la droite.

Non décidément je ne crois pas au centre. Cela ne veut pas dire que je nie un espace de modération politique dans les camps. Je crois par contre à un centre-gauche, défendant avec pragmatisme et précision un certain nombre de valeurs dans le progressisme et sur l'échiquier politique français et à un centre-droit de la même eau dans son camp. Ces deux forces sont distinctes mais peuvent aussi parfois se rejoindre sur certains combats (Europe, décentralisation, dialogue social…) mais restent marquées de valeurs spécifiques qui font qu'existe un débat démocratique au lieu d'un consensus mou et vague.

Tiens je refile la question à Thierry, à Nicolas, à P.Méoule, à Heidi et à Nouvel Hermés

13 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Briavel Gouëdic

    A l’époque de la nouvelle UDF, le centre avait un positionnement clairement pro européen et démocrate chrétien.
    Aujourd’hui, hormis le refus des positions caricaturales, le centre n’a pas d’existence réelle car divisé entre de multiples chapelles …

  2. jerome manin

    « Fonctionnaires de la récupération, rentiers de l’indignation démagogue, pamphlétaires salariés, imprécateurs dans le sens du vent, flagellateurs homologués, mutins en chambre, espions en pantoufles : ces forces d’occupation du centre adorent la marge comme leur miroir sans tain ; et ne cessent d’offrir à l’admiration du public des panégyriques de la marge qui sont essentiellement, bien sûr, des panégyriques du centre plein de marges. Occupant le centre, ils tiennent à faire croire que l’insubordination y réside aussi. Sous cette couverture ‘frondeuse’, ils peuvent continuer tranquillement leurs exactions mafieuses. Les bouffons les plus consentants se disent révolutionnaires sans être réfutés. » Ph. Muray

  3. Thierry BRAILLARD

    Il y a plusieurs façons de voir le centre.
    Sur le plan du positionnement politique, le Centre a été représenté par deux courants de pensée aux valeurs différentes et mais au positionnement proche qui étaient la démocratie chrétienne et le radicalisme.Sous la IVème, le MRP et le Parti Radical se sont souvent combattus.
    La Vème République et surtout le scrutin présidentiel uninominal à deux tours avec deux candidats au second tour ont tué politiquement le centre.
    Toute tentative véritablement centriste a été vouée à l’échec, que ce soit avec Jean Lecanuet en 1965 ou François BAYROU en 2007.
    l’UDF représentait le Centre droit. Le M.R.G. de Robert Fabre le Centre Gauche.
    Je partage donc ton opinion, le Centre n’a pas d’existence réelle.
    Le Centre, c’est comme une feuille de papier que l’on plie en deux. Il y a ceux qui tombent d’un coté, ceux qui tombent de l’autre, mais personne reste sur la crête de la feuille.
    Par contre, il est toujours intéressant de discuter avec des centristes aux positions modérées et assez favorable au dialogue.
    Discuter, c’est autre chose que se présenter à un scrutin.

  4. @Romain
    Note, ta position ne m’étonne pas : si tu croyais en la possibilité d’un centre, indépendant ou non, tu ne serais sans doute plus au PS.
    J’aime bien l’idée d’un espace de modération. C’est bien dit.

  5. « si tu croyais en la possibilité d’un centre, indépendant ou non, tu ne serais sans doute plus au PS. » Comment ça ?

  6. Eh bien quand on ne croit pas à l’existence d’un centre indépendant, c’est logique, même si on est centriste, de se positionner soit à gauche soit à droite.

  7. Romain,
    Pour terminer l’année, je te dis gaullistement centre-gauche, centre-droit, cela ne veut rien dire du tout comme qui dirait le camarade Jacques Duclos blanc bonnet et bonnet blanc.
    Est là le drame de la politique française aujourd’hui. On ne dirige pas un pays comme la France avec de l’eau tiède. Pourquoi les Français se s’intéressent-ils plus à la chose publique : tout simplement c’est qu’ils perçoivent dans le centre-gauche, le centre-droit, la même magouille politicienne.
    Or, en politique plus que dans d’autres domaines, il doit y avoir des séparations précises. Il faut revenir à la politique de combat : ou bien on est à gauche ou on est à droite et non pas dans un centre des deux cotés selon le vent qui fait la girouette ce qui permet à certains de faire tous les partis de France dès qu’il y a une élection pour avoir sa place au soleil. Cela s’appelle tout simplement des « bouffes gamelles » prêts à se vendre pour un plat de lentilles et à Lyon, à gauche comme à droite on est bien servis.
    Et Le Pen peut tranquillement rouler carrosse sur un boulevard que lui aura donné le centre-gauche et le centre-droit au travers des magouilles respectives.
    Mais j’ai oublié dans tout cela une force supérieure : le gaullisme qui se situe au dessus de toutes ces turpitudes car les ailes de sa pensée sont la France et les Français et non plus les partis politiques
    Gaullistement
    Claude JEANDEL

  8. Une bonne résolution pour l’année ce serait d’accompagner tes affirmations d’arguments Claude (-;
    bien cordialement

  9. T’aurais pas oublié de faire un lien vers l’hérétique ?
    Je réponds au comptoir (si je trouve l’inspiration).

  10. Oui, j’avais mis un link mais ça a du disparaitre au final. Je le remet.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers