valls-hollande

Valls joue-t-il l’échec de Hollande pour récupérer la mise ?

Non je ne suis pas un anti-vallsiste primaire. Même si je ne partage pas certains des choix fait par le Premier Ministre. Mais j’avais voté pour lui par défaut au premier tour des primaires socialistes , avant de pencher au second pour François Hollande. Et je m’étais aussi élevé contre le délit de sale gueule idéologique qui avait été fait à Manuel Valls lors de sa nomination comme chef du gouvernement.

Par la suite je n’ai donc pas toujours partagé ses choix, loin de là. Et avec nombre de mes amis nous nous avons souvent débattu de certaines mesures posées, plaidé parfois pour d’autres solutions, tout en soutenant en général le gouvernement.

Mais la séquence actuelle, entre déchéance de nationalité, lois sur le travail de El Khomri et désormais risque de suppression du principe pollueur-payeur, ne me parait pas anodine.

Ce sont à chaque fois des mesures déstabilisant l’électorat de gauche qui sont affichées, rendant floue la frontière entre les camps et ne permettant pas spécialement de résoudre les problèmes qu’elles sont censées résoudre.

Je ne vois par exemple pas comment> les lois El Khomri pourraient contribuer à créer de l’emploi. Bien pire, je pense qu’elle pourraient en détruire ou au moins empêcher la création de nouveaux postes de travail. Je ne vois pas non plus en quoi inscrire la déchéance (déjà existante dans la loi) dans la constitution peut faire reculer le terrorisme.

Et même pour les quelques partisans des réformes à gauche, le compte n’y est surement pas: on déstabilise durablement le camp babord de la République avec les lois El Khomri avant de différer le texte et peut-être d’en vider le contenu. Bien pire: on transforme ce qui était au départ une intention louable, rendre plus lisible le droit du travail, avec un texte déséquilibré. Du coup, comme le dit Attali, on ne réforme pas. Au contraire on donne l’impression que le réformisme est injuste.

Pourtant on a besoin de lutter contre le terrorisme. On a besoin de faciliter l’emploi dans notre pays. Mais ce n’est pas vraiment ce qui est effectué par les mesures prises et prévues. Qui par contre déstabilisent le coeur de l’électorat du Président et de la majorité gouvernementale.

Après la question de la République, du travail, c’est donc aux principes écologiques, autre préoccupation des électeurs de gauche, que veut s’attaquer le gouvernement. Je ne suis pas sûr que ce texte là ira jusqu’au bout. Mais je ne suis même pas sûr que le but soit qu’elle aille jusqu’à réalisation cette intention de supprimer le principe pollueur-payeur.

Ce n’est pas prendre la mesure qui intéresse forcément certains au gouvernement.  Mais c’est plutôt d’afficher, de faire penser à l’électeur de gauche que le pouvoir actuel est capable de vouloir ce type de mesures.

L’idée portée par le chef du gouvernement est, on a de plus en plus l’impression, de démobiliser l’électorat de gauche.   Qu’il ne se déplace pas, cet électorat, pour voter Hollande. Et suite à cet échec, que Valls récupère le corps meurtri du Parti Socialiste. Pour porter plus vite sa candidature sur les cendres de la gauche. Il doivent être beaucoup à jouer ce coup d’après. Un coup qui pourtant fait plonger et le Président et le Premier Ministre dans les sondages.

Cette sinistre explication serait paradoxalement rassurante. Elle montrerait qu’il y a quelque part une rationalité à ce qui est en train de se passer.

A moins qu’il ne s’agisse de déplacer la droite encore plus à droite. Jeu dangereux tant la droitisation des Républicains-UMP n’a pour l’instant pas empêché le parti de Sarkozy de remporter de nombreux territoires ces dernières années. En profitant de l’abstention de beaucoup d’électeurs de gauche.

24 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Point de vue très intéressant et bien écris. Mais le risque n’est-il pas avant 2017 de faire exploser la gauche en plusieurs courants ? Jouer au rassembleur sur un laps de temps si court risque d’emmener l’opposition comme unie et finalement lui faire emporter les élections. On peut aussi voir ce virage à droite de la part du gouvernement comme une tentative de rallier la maximum de personne du centre et de la droite traditionnelle. Là également pour dégager une sorte de rassemblement mené par Valls en personne.

  2. Jeff Bussiere je pense plutot à un échec en 2017 pour Hollande suivie d’une reprise en main par Valls

  3. Hypothèse plausible en effet. Un nouveau parti de centre gauche ?

  4. Je me rappelle de l’empressement que tu mettais à convaincre de voter Valls au primaires. Dis donc si un jour tu votes par conviction tu vas être redoutable !!!

  5. Chassignol Stéphane :tu te souviens mal: je n’ai pas fait campagne (j’ai meme annoncé mon choix seulement le jour du vote aprés avoir voté)et on ne s’est pas croisés ou presque pendant la primaire.

  6. On ne construit rien sur le chaos. Valls sera co-responsable du fiasco en cas d’échec. D’ailleurs quelles sont les décisions qui n’ont pas été approuvées par Hollande ? Aucune. Cette façon de lire l’histoire en cours est étrange. Quand Chirac fait perdre Giscard en 1981 il n’est pas dans le même parti. Il n’a pas la même ligne. Aujourd’hui tout se mêle. Non ce scénario ne tient pas. Valls ne peut pas miser sur un échec.

  7. Je ne comprend toujours comment ce projet de loi sociale est sorti du chapeau, tombé des nues, sans aucune discussion préalable avec les organisations professionnelles. contrairement à ce qui s’était passé pour les 35 heures. Et faire ça en fin de mandat est incompréhensible.

    • Approuver je sais pas mais l’idée ne m’avait pas traversé l’esprit, j’avoue que cela m’a fait sourire, si c’est vrai …!

  8. Francis Brasilis c’est pas ou bien. C’est dans la même logique.

  9. Valls est naïf de penser qu’il ne sera pas considéré comme coresponsable de l’échec de la présidence Hollande. Il est en train de se carboniser en beauté.

  10. On est en droit de se le demander. Pourtant ce serait presque machiavélique.
    Sa demission serait une bonne idée. S’il peut emmener Macron avec lui, ce serait pas mal. Il vaut les garder pour d’autres combats. En l’instant ils sont trop nuisibles même pour la ministre du travail…

  11. Robert Curbet

    Je suis d’accord sur l’analyse de la stratégie de Valls. Mais il oublie une chose: les campagnes électorales se gagnent sur le terrain, et sur le terrain, il faut des militants convaincus
    Qui va aller coller ses affiches, qui va aller distribuer ses tracs sur les marchés, qui va développer une campagne sur le web, riposter aux adversaires?
    Pas moi !

  12. Romain
    pour ce qui et la réponse a te faire sur cet article il faudrait que nous nous voyons , et on en parle en section

    vals provoque la défaite de francois car il et a droite du PS et fais fuir les verts de EELV ,donc le président agit en fonction de cela et des décisions on été prise dans ce cadre là Déchéance nationalité pour etre devant sarko confirmé par Gilles Kepel .Isole vals et purgé le congré d’Epinay et enfin faire croire a une primaire a bientot Marc Chatain

  13. J’ai une petite théorie sur la question mais elle implique un cynisme assez terrible… la mise sur un 21 avril inversé que hollande avait anticipé… réveiller l’extréme gauche et profiter du brouhaha sans idée des LR qui vont se retrouver sans programme si la loi travail passe…

  14. BUENAVENTURA

    remarque pour vous tous socialiste qui vous pensez critique et qui frétilleent depuis 5 jours a la réaction de martine aubry .
    Le PS a toujours plusieurs fers au feu, un Vals pour la droite voir l’extrême droite, un fer pour les patrons, Macron, un fer pour les écolos, Ségolène ou Hulot, un fer pour la gauche de la gauche Hamon et quand ce ne suffit plus ou que la ruse est éventée, il invente un concept : « les frondeurs  » comme si des députés PS étaient des rebelles ! Ridicule.

    C’est ce qu’il a toujours fait, il a vidé les antiracistes de leur substances dans les années 80 , créant des générations de « grands frères  » qui rêvaient d’une carrière dans l’exclusion comme Harlem désir , qui n’a jamais bossé de sa vie, de Malek Bouti et autre Najete.

    Il a siphonné les boites a idées qu’étaient les mouvements trotskystes en recyclant les plus brillants et les plus visibles, WEBER, CAMBADELIS, DRAY et MELENCHON en autres.

    Le seul qui a été assez courageux et fin politique pour sortir de cette cage dorée a été JLM, on attend toujours les départs du PS sans arrêt reporté des EMMANUELI, LIENEMAN qui sont « l’opposition officielle de Gôooche  » depuis 20 ans !

    Leur « révolte  » ne dépasse pas le soir du congrès et dés le lendemain tous ces braves godillots retournent dans leur sinécure pour pérorer.

    Et voila que dès qu’une antépénultième tribune parait dans le monde ou le nouvel’obs, que les rêveurs du PC ou de la gauche de la gauche se mettent à fantasmer sur une sainte alliance de « figures historiques  » de « poids lourds « et autres éléphants  » qui prendraient la tète des troupes de la gauche radicale pour nous mener vers un avenir radieux ! Pitoyable !!!

    Une bande de sexagénaire, vieux débris sociaux démocrates qui tout d’un coup se révèleraient comme étant des leaders maximo ! Alors que toute leur misérable et si sécurisante vie politique a été faite de compromission et de mandat alimentaire, de prébende et parachute dans le secteur public.

    Vivement PODEMOS, et laissons ces tristes clowns aux poubelles de l histoire.

  15. Jamais un 1er ministre en poste n’a été élu Président au cours de la V ème République. S’il veut postuler Valls doit d’abord démissionner rapidement pour se faire (ou refaire) une virginité politique.
    Sauf à viser 2022 …

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers