entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

la viande artificielle est une chance pour l’humanité

LE PREMIER BURGER CRÉÉ IN VITRO TESTÉ À LONDRESC’est à penser que Gutenberg aurait pu susciter la haine des moines copistes : la FNSEA, l’un des syndicats, majoritaire, des agriculteurs de France est en colère. Que se passe-t-il ?

 

L’organisation, très proche de la droite française, s’oppose à la création par un laboratoire hollandais (peut-être est-ce le rapprochement sémantique avec le patronyme du Président de la République qui joue?) qui plus est de l’université de Maastricht, lieu honni de certains éleveurs, d’un steak artificiel le Frankenburger.

Voici donc le premier morceau de viande végétarien, ou presque parce qu’il nécessite tout de même des cellules souches de veau. Il est question d’ailleurs prochainement d’arriver à créer un faux-filet sans le moindre apport animal.

De quoi réconcilier les amateurs de tranches de rosbif et les végétariens, les consommateurs de halal et de casher avec les athées durs, les fans des régimes protéinés et les partisans de la méthode Seignalet.

Certes, les éleveurs se plaignent assez logiquement d’une image assez dégradée de la viande, très souvent parée de tous les maux de la terre. Et la profession connaît également des difficultés réelles. En montagne particulièrement, il serait difficile, comme le reconnaissent des spécialistes tels que Perret et Thomson, de maintenir une activité d’élevage sans le poids imposant des subventions. Il y a donc un souci.

Au niveau mondial c’est une autre problématique qui se pose :La FAO estime (rapport Livestock’s long shadow )que la production de viande occupe 26% des terres émergées!

Ceci qu’elle soient utilisées pour l’élevage, directement (paturages, abattoirs etc…) ou indirectement (culture de végétaux…) .
Par ailleurs deux tiers des productions de mais dans le monde sont destinées à une consommation par les animaux d’élevage.

 

Tout cela se déroule alors que le nombre de consommateurs de viande dans le monde va doubler dans les années qui viennent comme l’a souligné le créateur du Frankenburger.

Faut-il crier haro aux éleveurs qui protestent ? Non : la recherche n’a pas résolu et ne prétend pas répondre immédiatement à une substitution en masse de la viande. Elle va devoir aussi s’améliorer encore dans ses critères environnementaux de production.

Mais il ne sert à rien non plus de se voiler la face et un co-fondateur de Google comme Sergey Brin , financeur des recherches sur la viande artificielle, l’a bien compris, il va falloir répondre à un besoin croissant de protéines. Il faut certes changer quelques habitudes.

Sans forcément aller jusqu’à tous devenir végétariens, la récente réaction de nombre d’allemands à une proposition des verts d’imposer une journée sans viande chaque semaine ayant d’ailleurs démontré un vrai attachement à la consommation carnée

Il faudra sans doute aller davantage vers le qualitatif : plutôt son boucher de quartier que la masse des abattoirs de l’agroalimentaire.
Il y aura d’ailleurs, je n’en doute pas, pendant longtemps de la place pour une viande de qualité et des conseils des professionnels de la proximité que sont les artisans de la boucherie.Capables d’orienter le client et qui ont d’ailleurs bien d’autres soucis que cette polémique.

 

Mais on ne saurait vouloir enterrer des recherches et des progrès humains pouvant tout à la fois résoudre un problème écologique, si on aime la boutade apaiser certaines problématiques religieuses (rappelons nous de la tentative d’instrumentaliser et de stigmatiser le halal par l’UMP, un mode d’abattage déclaré première préoccupation des français lors des dernières présidentielles par Nicolas Sarkozy) et revenir au plus sérieux en posant la question essentielle de nourrir la planète en protéines. rien ne sert de maintenir un statu quo déjà hélas bien trop soumis à la subvention publique.

14 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Bah pour un hamburger c’est bien suffisant.

    Pour ma part, je ne vais pas troquer mon filet de bœuf d’Argentine pour cette saloperie.

    • Romain Blachier

      Justement il y a une marge aujourd’hui encore pour le qualitatif et la typicité des terroirs défendus par nos bouchers.

      • DF

        Un peu pareil que vous: je pense qu’on va se diriger vers une complémentarité, si ce nouveau Frankenburger est produit à l’échelle industrielle. Koltchak ne va pas renoncer à son filet de boeuf argentin; mais il devra peut-être le payer plus cher.

        Perso, je demande aussi à goûter.

  2. bobcestmoi

    les testeurs ont pas fini leur steak
    faut-il y voir un signe ?

    • Romain Blachier

      Ah je ne sais pas.Peut etre la tecnho n’est pas optimale ou plus surement voulaient-ils garder des reliques?

  3. Rétrolien: La plus grave sécheresse depuis 30 ans en Namibie -

  4. Mélanie

    Bonjour,

    une association dénonce l’implantation d’un abattoir halal à Guéret et ce de manière, d’un point de vue administratif, assez douteuse. Le député-maire de la ville, à défaut d’engager un dialogue constructif avec cette asso a tendance à botter en touche. Sont en jeu la souffrance animale et les risques sanitaires. Qu’en pensez-vous, en dehors de toute considération électorale ? Par ailleurs, qu’est-ce qui motive votre choix d’être flexi-végétarien ?

  5. Mélanie

    Merci pour le lien.
    Je vous invite à prendre connaissance des motivations et des informations transmises par le collectif NARG (Non à l’Abattoir Rituel de Guéret), notamment en matière de risques sanitaires (ce que tous les vétérinaires savent) : http://www.collectif-narg.info
    Vous pouvez les contacter pour obtenir plus d’informations. Edgar Morin et certains élus se sont engagés auprès d’eux.

  6. Mélanie

    PS : plus près de vous, c’est le recteur de la grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, qui est en charge du dossier halal au Conseil français du culte musulman. Il y a sans doute un dialogue à établir et un débat à amorcer. Bon week-end.

    • Romain Blachier

      Pourquoi à ETABLIR ? Vous devez peu connaitre Lyon où il n’y a pas de dialogue à établir mais des lyonnais qui se parlent entre eux 😉 merci pour l’info en tous cas.

  7. La bonne nouvelle serait surtout que cela se concrétise jusque dans nos assiettes.
    Et là, c’est pas gagner…
    Mais l’optimisme est bien de croire que c’est parfaitement possible

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers