Affrontements entre casseurs et policiers à Lyon: La réaction du parti socialiste du Rhône

Voici le communiqué que j'ai rédigé pour la fédération du Rhône du Parti Socialiste au sujet des affrontements survenus à Lyon ces derniers jours entre la police et les casseurs, en ma qualité de responsable départemental aux questions de société et que je cosigne avec Jacky Darne, 1er Secrétaire du PS du Rhône.

Fermeté et justice sociale

Ps-rhone01 Le Parti Socialiste du Rhône condamne les dégradations commises depuis la fin de la semaine dernière et renouvelées aujourd'hui, par une poignée de casseurs exploitant le mouvement lycéen en vue d'en profiter pour commettre des délits.

Si manifester est un droit, le respect des biens et des personnes est non négociable. Les violences telles qu'elles se sont produites sont une honte et doivent être sanctionnées avec justice. Il n'est pas normal que les citoyens, les forces de l'ordre, les manifestants, la propriété privée et publique soient ainsi pris à partie par des groupes violents n'ayant rien à voir avec la revendication pour une juste réforme des retraites et tout avec la délinquance.

S'il est bien évident que les auteurs d'actes délictueux doivent être condamnés et sanctionnés juridiquement, il nous parait également injuste de faire passer des lycéens en comparution immédiate, cette procédure est trop expéditive, garantissant trop souvent l’impunité des coupables et la condamnation des innocents.

Nous regrettons les amalgames que font des membres de majorité présidentielle entre lycéens et casseurs,et les propos déplacés d’un député de la majorité présidentielle demandant la démission de notre camarade Najat Vallaud-Belkacem pour des raisons de compétition interne à son camp.

Jacky Darne Premier secrétaire fédéral du Rhône

Romain Blachier Secrétaire fédéral aux questions de société

37 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Etudiante IEP

    j’étais dans la rue cet après-midi avecles lycéens, les étudiants (moi-même étudiante), les salariés, et des individus de tout âges.
    Etant étudiante en droit et science politique, il est clair que le respect de biens et des personnes sont non négociables puisqu’ils sont protégés constitutionnellement, cependant, comment qualifieriez-vous la démonstration démesurée des forces de police chargeant par dizaine sur quelques manifestants, certes parfois casseurs, mais parfois pacifiques. J’ai moi-même reçu un coup de matraque.
    Comment pourriez-vous expliqué cet abus de pouvoir de la part des forces de polices qui ont matraqué de nombreuses fois certains manifestants alors qu’une fois interpellé les coups n’étaient plus nécessaires …

  2. romain blachier

    Mademoiselle, ne jouons pas au jeu du « comment qualifierez-vous ». Je ne suis ni policier ni préfet ni ministre de l’intérieur et je n’ai pas l’intention de le devenir. La violence policière, comme l’a rappelé à plusieurs reprises le PS à ces dernières années, si elle ne correspond pas à une nécessité de maintien de l’ordre, est toujours fermement condamnable, tout comme les actes de vandalisme commis cet après-midi. Il m’est arrivé de la rencontrer en manif. Si vous avez des éléments à me fournir sur vos dires, n’hésitez pas à me contacter sur mon mail.

  3. Bien. Le texte est bien. Il parle juste, c’est important dans ces moments de propagande intensive.
    Par contre, je comprends tout à fait les casseurs, et comment ne pas les comprendre ?
    Pourquoi ne peuvent-ils pas casser quand certains bloquent des routes et empêchent ainsi les gens de bouger (une liberté fondamentale je crois) ?
    Pourquoi ne peuvent-ils pas casser quand certains prennent en otages des directeurs (je parle d’évènements remontant avant les vacances et pas directement liés aux grève, je le concède) ?
    Pourquoi ne peuvent-ils pas casser alors que certains vont être abandonnés des soins qui leur sont dus (je parle des hôpitaux qui risquent de se mettre en grève pour de bon) ?
    La limite me parait floue, désigner une borne me paraîtrais hasardeux…
    (Attention, je comprends les casseurs, j’attends aussi qu’ils soient fermement punis)

  4. Non on ne peut pas comprendre les casseurs, ils n’ont pas une cause à défendre, un emploi à sauver et ils sèment le trouble et le discrédit sur toute la jeunesse aux yeux du grand public.
    De plus, certes la grève, les blocages mettent un peu des bâtons dans les roues mais cela n’est pas insurmontable.
    Ce qui insurmontable, c’est les sourds qui mènent notre pays.

  5. putain, qu’est ce qu’il doit être infect à vivre ce vall… on a envie d’y ajouter un s…. Tellement ces propos agacent. n’en déplaise à son pote…
    Quant au texte… je ne sais qu’en penser… Politiquement correct. mais cela suffit-il à répondre à la désespérance ?
    je ne cautionne rien. J’essaie de comprendre même ce qui ne veut pas l’être. Quant on n’a plus que la violence pour s’exprimer, c’est que la situation est grave. Et le ptit teigneux l’attise, cette violence, de part et d’autre et jusque dans sa majorité.
    par contre dire des grévistes et des manifestants qu’ils entravent une liberté qui serait fondamentale, celle de bouger, c’est en mépriser une autre : celle d’exprimer son opinion. Dans une société totalitaire, on ne manifeste plus. Si cela te satisfait, trouve toi ce genre de patrie, valLEnain…

  6. rabbit

    Il semble que des appels au calme sont lancés à l’encontre de forces de l’ordre par certains syndicats étudiants… De qui se moque-t-on ? Qui provoque ? Qui accepte dans ses rangs des casseurs, qui se laisse déborder ? Les flics sont effectivement organisés, eux, et ne sont surement pas là pour provoquer mais pour tenter d’éviter les catastrophes. Nous avons du soucis à nous faire car les jeunes des collèges ou des écoles ne comprennent pas l’exemple que leurs aînés leur donnent. C’est clairement le mauvais exemple qui prévaut aujourd’hui. Quel dommage.

  7. Si je prends le cas de la Martinière Duchère et du petit groupe qui bloque le lycée chaque jour depuis jeudi, je peux vous dire que dans ce groupe se trouvent :
    – des lycéens du LEP voisin (François Sévert)
    – quelques éléments déscolarisés du quartier
    – quelques lycéens du lycée La Martinoère Duchère
    Il y a par ailleurs des lycéens qui ne se joignent pas à ce blocus avec jets de pierre et dégradations, et participent aux manifestations normalement.
    Voilà pourquoi cette opposition casseurs / lycéens est un peu absurde. il faudrait parler de lycéens dans un mouvement et d’autres lycéens en lien avec des jeunes déscolarisés. Le terme casseur me parait éxagéré, même s’il y a de sprovocateurs invétérés et très cons parmi eux.

  8. Bonjour à tous, selon moi 3 catégories d’individus :
    1)Les manifestants : la manifestation est autorisée, ils arpentent les rues pacifiquement pour montrer ou crier leur désapprobation.
    2)Les casseurs : ce sont des individus en marge des manifestations OU des manifestants violents qui s’en prennent aux biens et personnes
    3) Les grévistes : ils exercent leur droit de grève et sont en général manifestants; à placer dans la catégorie 1) ou 2)
    Ceux qui sont dans la catégorie 2) doivent être arrêtés et jugés. Point barre.
    Le droit de manifester n’autorise en aucun cas la dégradation des biens personnels ou collectifs ni l’atteinte à la sécurité des personnes.
    Quels qu’ils soient.
    J’ajouterais aussi qu’il faut cesser de jouer les vierges effarouchées dès lors que vous vous mangez quelques coups de matraque au milieu d’une manifestation qui dégénère à cause d’individus particulièrement violents.
    Ca s’appelle des dommages collatéraux. C’est évidemment regrettable mais statistiquement probable.
    Si 10 casseurs vous lattent la gueule vous seriez alors éminemment reconnaissants d’avoir été secouru par des flics ou des CRS. Cette attitude manque de maturité.

  9. laurent69003

    eh bien désolé ,moi je ne comprends pas!
    je manifeste réguliérement en tant que salarié avec perte de salaire et ça me fait ch.. de voir que ces mecs là discréditent le mouvement des jeunes et le nôtre au + grand profit d hortefeux and co qui évidemment ne manqueront pas de faire l amalgame
    on sait tres bien que ceux cassent sont les mêmes que les caillasseurs de bus, les racketteurs de lycees ect Inutile de faire un dessin!! c est pas en se montrant laxiste avec ce genre de vermines qu on se montrera credible face a sarko!

  10. RIFOINFOIN

    (…) comparution immédiate, (…) garantissant trop souvent l’impunité des coupables et la condamnation des innocents.
    EEh pardon mais là vous apporter un peu plus d’explication car, même dans son contexte, cette phrase, découverte par ailleurs hier soir, fait froid dans le dos…
    Autrement communiqué intéressant et posant une clarification nécessaire dans une actu. qui semble s’embaler.

  11. Dans la première mouture du communiqué il y a avait un développement au sujet de ce que vous posez. Je vous met la phrase: En quelques minutes seulement, les substituts à la permanence téléphonique du parquet chargés de l’orientation des dossiers doivent décider si le dossier est solide si le prévenu va être envoyé en comparution immédiate. Les avocats, les magistrats sont contraints à une trop grande vitesse.

  12. romain blachier

    y a des casseurs, c’est une réalité: il y a eu des violences et des dégâts matériels ces derniers jours. Scolarisés ou pas, pour moi le clivage est entre l’immense majorité qui participe peu ou prou à un mouvement et la petite minorité de casseurs.

  13. Ils n’ont pas une cause à défendre ? Si les médias le leur demande, ils diront « les retraites ». Ils ne sauront bien sûr ni dire pourquoi ni comment, mais ils seront là, dans la rue, sous l’appel de ceux qui n’ont pour unique objectif que faire grossir le chiffre des manifestants 😉 Belle mentalité !
    Ce n’est pas insurmontable ? Vous devez avoir la chance de pouvoir aller au travail en vélo ou en transport public… Chez moi il n’y a pas de transports publics, et le travail et à minimum une demi-heure de vélo, pour ces personnes là, c’est insurmontable.

  14. Comme je le disais à littlecelt, c’est le risque qu’on ne veut que faire grossir les chiffres. C’était une monumentale connerie d’appeler les jeunes à venir dans la rue. Ceux qui s’intéressent à cette réforme y étaient déjà dans la rue ! Maintenant, vous avez aussi ceux qui n’en ont rien à faire et qui cassent, bravo et merci 😉

  15. Parce qu’on ne peut pas manifester son opinion sans entraver la liberté de bouger des autres ? Ah bravo, belle mentalité, (putain) c’est toujours agréable de te recroiser dans les commentaires !
    Les premiers jours de grève ne m’ont pas dérangé, pour preuve j’y suis même allé, là ça va trop loin, beaucoup trop loin, et j’attends avec impatience qu’il y ait des morts, on aura de quoi écrire dans nos blogs 🙂

  16. (attention, ne défend pas les forces de l’ordre, pour beaucoup ce ne sont que des Grand Méchants Loups Stupides et Brutaux déguisés…)
    Sinon, je ne pense pas que les manifestants acceptent les casseurs dans leurs rangs. Comme le disait laurent69003, ça discrédite le mouvement plus qu’autre chose. Par contre, ils l’ont cherché.

  17. un casseur pris en train de casser doit être expédié le plus rapidement possible devant un juge. A l’inverse, tant que l’on est pas pris en flagrant délit, on est pas casseur, donc on n’est pas arrêté. (par casseurs, j’entends aussi les violents)

  18. romain blachier

    Vallenain la procédure de comparution immédiate amène à un fort taux d’erreurs et un jugement dans l’instant n’est pas toujours gage de sérénité dans ce cas.

  19. Fred

    Cette procédure peut être discutable, certes, mais au terme de la garde à vue, les autorités ne doivent-elles remettre qu’une simple citation à comparaitre au présumé innocent ? Combien de chance de le voir réapparaître au tribunal ?
    Faisant confiance en la justice de notre pays, je n’assimile en rien une comparution immédiate à une parodie de jugement.
    Sinon, pour ce qui est des cassages abjectes, j’habite vraiment à 2 pas de Nanterre, je vous garantis que les images tv sont de loin en deça de la réalité. Cette réalité que les médias ne peuvent couvrir 365j/an, faute de caméra h24 dans les coins chauds(là encore, malheureusement, mes yeux en sont témoins depuis 10 ans en IDF).
    Revendiquer OUI / Piller NON

  20. daz dillinger

    Merci fred, on sort de chez nous. Ton argument pour la procédure d’urgence ton argument me semble faible…des délits bien plus graves sont jugés normalement et sereinement avec le prévenu qui « réapparait au tribunal ». Là c’est un truc à l’arrache, fait dans l’instant avec tout ce que ça suppose et riche d’erreurs.

  21. Fred

    Avec plaisir Daz, dans ce cas la réponse pénale n’est peut-être pas la mieux adaptée, des TIG seraient peut-être mieux. Vu la casse, ça pourrait les occuper tout l’hiver !

  22. daz dillinger

    en effet.

  23. juju

    c’est pourtant mme Royal qui a encouragé les jeunes à aller dans la rue…

  24. quand vous allez dans la rue vous cassez et attaquez tout le monde ? Faut consulter mon vieux.

  25. Je retire en effet ce que j’ai dit hier après avoir assisté à ce qui s’est passé aujourd’hui dans le centre ville. Ce sont bien des casseurs. Dont certains en LEP sans doute et d’autres déscolarisés. Pour moi, qu’un centre ville puisse être ainsi vandalisé est un problème bien plus grave que la question, devenue récemment plus politicienne que politique, des retraites.

  26. Philarete

    «Manifester est un droit», dis-tu: je suis bien d’accord. Mais je ne crois pas que ce soit un droit des collégiens et des lycéens qui n’ont rien, mais vraiment rien à faire dans la rue. C’est totalement irresponsable de la part d’adultes de sembler encourager cela ou de le tolérer. Ils n’ont pas 18 ans, ne votent pas et, quoi qu’on fasse semblant de croire pour ne pas vexer les sacro-saints «jeunes», n’ont pas la maturité nécessaire pour participer à un mouvement collectif.
    On dirait que la «mobilisation» des lycéens contre la réforme passe pour la preuve du bien-fondé de la cause, alors que c’est presque exactement le contraire: c’est le signe qu’on entre dans l’irrationnel et le primaire.
    Et en plus, on prend le risque qu’un jeune se ramasse un caillou ou une lacrymo dans la gueule, ou qu’il finisse dans le Rhône.
    Donc, problème des casseurs mis à part, je trouve que le PS s’honorerait en rappelant que les scolaires ne sont pas bienvenus dans les manifestations. Il faut juste arrêter la démagogie: quand ils auront le droit de vote, ils auront celui de manifester. Pas avant. Scrogneugneu.
    Et je ne parle pas du responsable de la FIDL entendu tout à l’heure aux infos qui, lui, refuse carrément de condamner les violences commises par les casseurs: tout ce qu’il a trouvé à dire c’est que la Fédération a dit aux lycéens de «ne pas répondre aux violences policières». On croit rêver.

  27. etudiante-iep

    Nous n’avons pas appelez les casseurs pour grossir des chiffres, ils diront retraites pour cette manifestation, fillon pour une autre. Ce ne sont pas les jeunes lycéens qui cassent et détruisent voire même pillent, ce sont des gens qui sont là (et je cite) « que pour casser du CSR ou ce qu’il y a autour. Alors ne croyez pas que nous les avons appelés. Ils nous discréditent plus qu’atre chose.

  28. etudiante-iep

    Si vous étiez là cet apres-midi vous avez surement vu qu’il y a eu des vandalismes de la part de casseurs, et on ne nie pas, on essaie de prendre des mesures pour les « filtrer » et les exclure de nos manif’. Cependant quand vous parlez de dommages cvollatéraux pour quelques coup de matraque, nous étions une vingtaine d’étudiant et de divers syndicat à mettre en place un projet pour demain, et que se passe-t-il ? Les CSR chargent, tire les flashball, lance les gaz lacrymogène, les coups de matraques fusent. Ce ne sont pas ce que j’appellent des dommages collatéraux mais un abus de pouvoir, nous n’étions pas en train de nuir à l’ordre public. Et l’intervention de 5 hélicoptère car les « csr n’arrivent pas à contenir le mouvement » semble tout à fait disproportionné.

  29. etudiante-iep

    Si l’on considère qu’un ado de 12 ans peut être responsable dans certaines affaires pénales, il est tout à fait légitime que les lycéens voire des collégiens aillent exprimer leurs opinions avec les autres manifestants, le seul inconvénient c’est leur manque de structure et de « méthode » dans leurs actions. mais il serait complétement immoral d’interdire le droit d’exprimer son opinion par la manifestation à des jeunes

  30. etudiante-iep

    Des éléments, nous en avons plusieurs, et personnellement j’ai des vidéos sur lesquelles on voit des groupes de manifestants en train de discuter assis par terre ou en train de marcher et des dizaines de CSR qui chargent avec flashball, gaz lacrymogène, matraque. Il n’y avait aucun danger pour l’ordre public, et c’est ce que j’appellerais une violence policière complétement disproportionnée. Je concède qu’il y a eu des événements intolérable sur les alentours de la place Bellecour, mais cela ne fait pas de tous les manifestants des casseurs, et n’accordent en rien le droit au CSR de se « défouler » sur nous alors que nous organisons les manifestations du lendemain..
    Et pour des éléments, il y a des photos, de nombreuses vidéos (des casseurs et des CSR abusant de leur pouvoir d’autorité publique). Il suffit de demander.

  31. romain blachier

    La manifestation est un droit pour tout le monde. Dans un pays où tu es jugé comme un adulte à 14 ans, on ne saurait donner de leçons sur la citoyenneté lycéenne.
    Les lycéens, tant qu’ils respectent la loi, ont, en 2010 comme à chaque génération le droit de faire entendre des revendications. Ils sont de toutes façons plus autonomes que ces ribambelles d’enfants de 6 ans emmenés par les familles de la droite dure pendant les manifs contre le PACs. Pour ma part à 17 ans je considérait le CIP comme une saloperie, c’est toujours le cas aujourd’hui.

  32. romain blachier

    Mademoiselle, eh bien je vous le demande justement.

  33. Philarete

    En effet, à 12 ans un ado est totalement irresponsable pénalement, ce qui n’est plus exactement le cas à 14. Cela dit, je ne vois pas très bien le rapport entre le fait de pouvoir être sanctionné pour un délit ou un crime et le fait d’avoir le droit de manifester.
    Les mineurs sont sous la responsabilité de leurs parents (ou d’une autorité analogue — tuteur, etc.). Ils ne peuvent participer à une manifestation sans l’accord de ceux-ci. Et s’ils s’absentent du lycée ou du collège pour aller dans la rue, ils sont passibles de sanctions.
    Il y a une logique là-dedans, et elle est dans l’intérêt des enfants eux-mêmes. Tout ce que je voudrais c’est qu’on entende rappeler cela de temps à autre. Et aussi, qu’on fasse un peu la différence entre 17 ans et 13 ou 14.

  34. Philarete

    En effet, un ado de 12 est totalement irresponsable pénalement, ce qui n’est plus exactement le cas à 14. Mais je ne vois pas très bien le rapport entre la responsabilité pénale et le droit de manifestation, en fait.
    Ce qui est clair, c’est qu’un mineur est sous la responsabilité de ses parents ou de l’autorité de tutelle. Et qu’il est soumis jusqu’à 16 ans à l’obligation scolaire. Il ne peut donc ni s’absenter du lycée, ni participer à une manifestation sans le consentement de ses parents. Il y a une logique là-dedans, et elle est dans l’intérêt des enfants eux-même. Tout ce qu’aimerais, c’est que ce soit rappelé de temps à autre, y compris par le PS quand il prend position.
    Et je crois qu’on peut aussi distinguer un ado de 12 ou 14 ans et un jeune de 17.

  35. romain blachier

    Attention philarete a l’origine tu parlais des lycéens.Ce n’est pas au PS de juger les choix des parents ,ceux qui l’interdisent comme ceux qui l’autorisent. Il y a,cas par cas , des situations forts différentes selon les familles et les situations. Pour ce qui est des enfants,leur rôle n’est pas dans une manif et heureusement je n’en ai pas croisé…sauf chez certains casseurs où le probléme de démission parental est vaste hélas 🙁

  36. etudiante-iep

    Deja, vous trouverez de nombreuses photos, vidéos sur rebellyon.info et s’il vous en faut plus, je vous transmettrai les photos et video que j’ai sur mon telephone

  37. etudiante_iep

    A partir du moment que l’on admet qu’un jeune de 14 ans puisse être jugé, c’est qu’on lui accorde droits et devoirs. Devoir de respecter la loi, et tous les droits prescrits dans la constitution et son préambule, et on y retrouve bien celui d’exprimer librement son opinion.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers