La richesse de la gauche

Voici le texte de ma chronique parue hier dans la Tribune de Lyon

 

La Rochelle est au socialisme une sorte de parc d’attraction bien qu’il ne soit pas encore surtaxé par le gouvernement.

Tribune-lyon On y croise les vieux copains, on boit des verres entre camarades, on achète des livres, on discute de sa passion : la politique. Avouons-le, parfois on dit du mal d’autrui C’est certes pas bien. Mais je serais bien en peine de vous donner des noms de mauvaises langues, comme chacun le sait je ne suis pas de la race de ceux-là ! On y prend des contacts aussi à La Rochelle. Les lyonnais ont le plaisir de refaire le monde et partager des verres entre militants journalistes (et Dieu sait que Jacques Boucaud est un joyeux camarade !) avant que le gouvernement ne majore le prix du demi.

C’est aussi l’occasion de voir François, Manu, Martine, Ségolène et les autres en vrai de vrai, l’espace parfois d’un échange, le temps toujours d’un speech. Et puis il y a ces ateliers, ces réflexions aux intitulés parfois étranges mais au contenus intéressants tel cet abscons « De la liberté d'expression à la liberté de discrimination : qui veut en finir avec le «vivre ensemble» républicain ? » digne des plus arides thèses de sociologie politique.

Ne soyons pas méchants, il rarement aussi possible de discuter avec intelligence de sujets aussi variés que l’environnement, l’Europe ou les salaires en un même endroit. C’est surtout l’occasion de mieux se connaitre entre membres d’une même famille politique, souvent autour de doux mets locaux souvent accompagnés de fromages lyonnais pour se garder de toute nostalgie du pays. La Mère Richard a bien des amis sur le front de mer du Port! Cette année en tout cas la Rochelle c’était fort bien. Une édition de choix.

Un choix c’est justement ce qu’il faudra faire les 9 et qui sait les 16 octobre pour les participants aux agapes de la gauche qui se seront inscrits dans les prochains jours.

Si le projet politique est commun, il y a désormais des sillons de sensibilité tracés. Choisissez donc votre parfum. Il y a François le tribun, favori réformiste et de stature. Il y a Manuel le social-démocrate punchy et poil à gratter, Il y a Martine la sociale, connaisseuse de l’entreprise, femme de caractère et de combats. Il y a Arnaud, l’homme qui veut transformer notre économie en commerce équitable, Ségolène Royal, l’hétérodoxe, Baylet, l’humaniste et fédéraliste européen. Loin d’être un choix par défaut ou une division des projets et des personnes comme cela peut arriver parfois, la richesse qui s’annonce ici, sanctionnée par un vote, est un grand atout et l’honneur de la gauche

Paru dans le numéro 299 de Tribune de Lyon

13 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. chaussures air max 90

    Merci pour ce superbe site que je viens de découvrir. Merci encore et bravo.

  2. crapoto

    Ségolène l’hétérodoxe, c’est quand même un peu faible comme qualificatif! Elle mérite bien plus que cela (et question CV, c’est bien elle et Mme Aubry qui ont la plus grande expérience : ministres, députées, exécutif local, etc. ).

  3. romain blachier

    Sens-toi libre de trouver par toi-même un qualificatif !

  4. Martine « la sociale », François « le tribun »…
    Ce que tu appelles les « sillons de sensibilité » sont en fait des créneaux marketing, certes distincts, mais je rappellerai que d’une part, le programme est le même (adopté il y a plusieurs mois à l’unanimité) et en politique, c’est le programme qui compte, n’est-ce pas ? ; d’autre part, les strauss-kahniens ont rejoint l’un ou l’autre (majoritairement Martine semble-t-il, comme l’explique la délicieuse Cécile Michaux) ce qui dilue encore les différences éventuelles entre candidats à la primaire ; enfin, il ne faudrait pas confondre le PS et « la gauche »… Le PS est sans doute un parti progressiste et social-démocrate, mais qu’il représente « l’honneur de la gauche », comme tu dis, est une formulation plutôt hardie, étant donnée la perméabilité du PS à toutes les dérives libérales depuis plus de 25 ans… au nom du « réalisme » bien sûr, réalisme lamentablement démenti par les faits aujourd’hui. Quand on voit les strauss-kahniens défendre une taxe sur les transactions financières (alors que DSK a toujours été résolument contre cette idée), on mesure le flou idéologique…
    Assez, sans rancune, ce n’est pas vraiment grave, car ce n’est pas vraiment la gauche – et qu’elle remporte ou non les élections en 2012, elle n’a pas vraiment l’intention de transformer le système économique ni le régime politique. L’urgence est de ré-gu-ler.

  5. Sans entrer dans le débat interne qui ne me concerne pas, tu as une vision de la primaire plutôt optimiste… Je me rappelle de 2007, des égos blessés, des coups bas…

  6. Quand es-ce que le PG va se positionner sur autre chose que par rapport au PS?

  7. Il est clair que le PS dispose d’hommes et de femmes de valeur et qu’il est préférable d’en avoir trop que pas assez.
    Malgré tout ce qui est gênant, c’est la trop grande diversité des opinions sur des sujets pourtant de fond. Tous les candidats se sont rapidement écartés du projet laborieusement élaboré sous la houlette de Hamon, et pourtant censé avoir été admis par tous (langage officiel) et constituer le symbole d’un parti uni et en ordre de marche pour la présidentielle.
    N’oublions pas que tous ces gens, après avoir passé 2 mois à proclamer haut et fort leurs grandes différences, devront marcher comme un seul homme/femme derrière un seul homme/femmes…c’est pas gagné !
    Que la richesse de personnalités soit à l’honneur sinon de la Gauche toute entière du moins du PS certainement, mais comme c’est parti, je la qualifierais plutôt de grand handicap que de grand atout !

  8. Drôle de question : tu as remarqué que le Parti de Gauche est membre du FDG, avec un candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, qui est plus enclin à faire des propositions – sur la sortie de crise, le partage des richesses, la planification écologique, etc. – que sur le PS.
    Pour une petite séance de rattrapage, voir notre blog (qui a bien d’autres sujets de préoccupation que le PS, je te rassure) 😉
    http://partidegauche-villeurbanne.over-blog.net
    En revanche, comptez sur nous pour dénoncer vos impostures (ex. nous soutenions DSK mais nous sommes à gauche), le ralliement du PS à la « règle d’or budgétaire » ou à la dégradation du lycée (cf. programme éducation du PS, je ne rentre pas dans les détails, mais notre blog en a une analyse), ou encore le plagiat de certaines de nos propositions, moquées par le passé et récupérées aujourd’hui par Martine, François et leurs amis strauss-kahniens (taxation des transactions financières – alors que DSK avait créé des niches fiscales en faveur des plus-values financières en 1998 -, planification écologique, écart de salaires de 1 à 20, dans le public seulement selon votre programme, mais Martine laissait entendre samedi chez Ruquier que ce serait partout, etc.)

  9. romain blachier

    Voila, tu confirmes mon commentaire précédent…

  10. Sauf que la somme de ces qualités réparties sur 9 individus ne fait pas du tout la même chose que si elles étaient concentrées sur un seul !…sauf à ce que toutes ces individualités travaillent ensemble la main dans la main dans le cadre d’un projet vraiment commun. Or, on l’a bien vu avec le projet du PS, personne à part Hamon et Aubry qui fait semblant, ne le revendique !
    Comme « des pas perdus », je te trouve très optimiste.

  11. romain blachier

    Il y a 6 candidats et non 9. Toutes ces individualités, qui font toutes campagne sur la base du projet, avec leurs nuances, seront ainsi autour d’une seule à la sortie des primaires.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers