Zimbabwe: Mugabe fascine encore

Tous les amateurs de reggae et ils sont nombreux en ces temps d’été, on déjà entendu la chanson « Zimbabwe » de Bob Marley.

Mugabe Celle-ci fut composée et interprétée à l’occasion des cérémonies de la seconde déclaration d’indépendance du territoire Rhodésien et de la proclamation de la République du Zimbabwe.  Aux côtés de Bob, un leader de la guérilla contre le régime raciste de Rhodésie, qui, comme l’Afrique du Sud de l’époque pratiquait, avec le soutien d’une part non négligeable de la droite européenne et US, une politique d’apartheid. Ce politicien et chef de guerre disposait d’un grand prestige auprès des Etats africains de l’époque et de toute une intelligensia progressiste des seventies pour avoir mené une lutte anti-colonialiste aux noms d’idéaux de progrès social.
Ce leader, premier chef de gouvernement du Zimbabwe sous la présidence de Canaan Banana se nommait et se nomme toujours Robert Mugabe.

Son parti, le ZANU (aujourd’hui ZANU-PF) a obtenu la grande majorité des sièges du collège des électeurs noirs alors que l’ancien chef de la contre-insurrection Ian Smith remporte tous les sièges du collège blanc. C’est en  1987, pour poursuivre une politique d' »indigénisation » selon ses termes que Mugabe, devenu président de la République, supprimera les collèges de couleur.

Les années 2000 verront Mugabe tenter une réforme agraire et des pensions hasardeuse, faire la guerre à sa minorité blanche et réprimer violemment un parti populaire issu du syndicalisme et d’associations de défense des Droits de l’Homme: le MDC de Morgan Tsvangirai.

Ce mouvement est typique du travaillisme, c’est à dire une organisation d’orientation sociale-démocrate issue des rangs des syndicats.

En face le parti de Mugabe, d’orientation marxisante (ce qui explique notamment l’étoile rouge et l’arme représentée sur le drapeau national) mêle éléments maoisants, tiers-mondisme et nationalisme ombrageux, un nationalisme souvent marqué d’une bonne dose de racisme. Le chef de l’Etat a par exemple déclaré « « Le seul homme blanc que vous pouvez croire est l’homme blanc mort. ». Rappelons que jusqu’à l’exil de nombre d’entre eux, entre 5 à 10% des citoyens du Zimbabwe étaient d’origine européenne…

Le régime de Mugabe, de plus en plus autoritaire, fut ébranlé à plusieurs reprises dans des élections par ses adversaires. En réponse, il opposa souvent par la violence. Le sommet fut atteint en 2008 lorsque Tsvangirai fut obligé de se retirer des présidentielles alors qu’il était en tête du premier tour devant la violence déployée par les amis de Mugabe,
Le pays connu la même année 10 millions de % d’inflation (!) et sa banque centrale commença à émettre des billets de 100 milliards de dollars locaux.La décennie vit partir des millions de Zimbabwéens, blancs et noirs du pays, certains fuyant les violences, d’autres la faim après la confrontation entre le gouvernement de Mugabe et les fermiers de l’association Justice for Agriculture lors d’une réforme agraire visant à réduire la main-mise des blancs sur l’agriculture,  héritée de la colonisation, réforme qui fut menée de façon hasardeuse par des milices armées. On vit aussi, notamment dans le cricket avec Andy Flowers, des défections de sportifs dans le pur style des dissidents soviétiques.

Amené à  partager le pouvoir avec l’opposition à partir de 2010, Mugabe et son parti ont toutes les chances d’avoir remporté les élections qui se sont déroulées cette semaine. D’abord par la fraude: on estime que plus d’un million d’électeurs, souvent situés dans des zones favorables au MDC ont été empêchés de voter. Mais les observateurs, surtout africains, si il ne nient pas ces problèmes, considèrent que dans l’ensemble  le scrutin n’est pas faussé dans son esprit et que, fraude ou pas, Mugabe a gagné largement ces élections. Les résultats seront officiels lundi mais si l’opposition les récuse alors que de nombreux dirigeants du continent et parmi ceux-ci des démocrates sincères comme le Président Zambien Michael Zata.valident le processus.

Mugabe reste populaire en Afrique et ailleurs pour un certain nombre de forces comme l’Iran: il incarne un chef de guerre s’étant battu contre l’Apartheid,  une sorte de Mandela en plus musclé.

Il est aussi une figure d’un esprit de combat contre les anciens colonisateurs et les USA. L’aujourd’hui disparu magazine l’Autre Afrique, qui avait osé le critiquer il y a quelques années, avait reçu d’ailleurs une volée de bois vert de ses électeurs. Même si Kadhafi n’est plus, nombre de mouvement marxistes ou ex-marxistes africains ou de dirigeants nationalistes conservateurs sur le continent adulent le dirigeant du Zimbabwe. L’un des débats qui traversent l’ANC de Mandela est justement l’attitude à avoir vis à vis de Mugabe, allié de guerre sous l’apartheid mais contre-modéle démocratique pour beaucoup.

Mugabe, qui s’est considérablement enrichi, notamment par le cobalt, s’est-il assagi depuis ces dernières années? Certains veulent le croire, d’autant que nombre de ses ennemis jurés, à commence par Georges Bush et Tony Blair, ne sont plus au pouvoir. Rien n’est moins sûr et la campagne électorale, si elle fut bien plus pacifique, laisse planer une grosse incertitude: aura-t-on, après les héroiques années 1970 contre un régime raciste et les douloureuses années 2000 de répression de l’opposition, la sagesse en 2013 ? Mugabe a 89 ans. Exactement le double de l’espérance de vie du pays qu’il dirige depuis si longtemps.

6 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Claude N

    Partout ou l’homme blanc est passé il a laissé des traces indélébiles .De quoi divertir les humbles , soigner les malades , vaincre les déprimés , apporter soutiens avec écoles hôpitaux et religions .Le tout allant dans le bon sens pour l’instruction ? le bien être ? Les facilités ? ,,,et créer des impôts nouveaux .Depuis 200 ans l’esclavage est abolit , sauf les nouveau modèles dérivés des anciens , crées aussi par le blanc .Il est bon d’avoir instruction,intelligence et pouvoir .

    • Romain Blachier

      rien compris à votre commentaire

  2. La Rhodésie était un beau pays. Quand on voit ce qu’il est devenu… Et l’Afrique du Sud prend le même chemin. Pendant ce temps, les petits blanc européens se paient de mots, prennent leurs désirs pour des réalités.

    • Romain Blachier

      Vous êtes allé en Rhodésie ou c’est juste pour dire du bien d’un régime d’apartheid?

      • Les deux, mon capitaine. A priori, je ne pense pas être le seul à penser du bien du régime d’apartheid, puisque même des africains du sud, noirs pour la précision, ont manifesté il y a peu pour demander le retour des afrikaners. Il faut dire que le bilan de l’ANC est merveilleux. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le pays a figuré au top five des pays présentant le plus fort taux de d’homicides, le gouvernement est obligé d’importer des céréales alors qu’avant il était un des greniers à blé de l’Afrique, etc.

        Quant au Zimbabwe, les white et black flights montrent s’il en était encore besoin, les grandes réussites du parti au pouvoir. Dans le fond, il est à l’aune des autres pays africains, à la différence près que le ZANU-PF ne fait pas dans le feutré, se fiche complètement de la communauté internationale. Un immense gâchis qui ne profite qu’à la clique qui détient le pouvoir, en attendant la suivante qui fera le ménage à la machette.

        Kofi Yamgnane, revenu d’Afrique après avoir tenté sa chance en faisant acte de candidature à la présidentielle du Togo, a expliqué que dans les villages les vieux lui disaient que c’était mieux du temps des blancs.

        Attention, je ne dis pas que la colonisation c’était chouette, nous n’aurions jamais dû nous lancer là-dedans, mais le fait est là, ça ne marche pas. Et ce n’est pas en les aidant sans arrêt qu’on va les responsabiliser. A eux de trouver leur voie, par eux-mêmes, sans aide de qui que ce soit.

        • Romain Blachier

          La manif dont vous parlez ne demande pas le régime d’apartheid.Il n’y a pas de lien entre la production céréalière et le fait de faire des bus séparés pour les noirs…ou alors il existe des toilettes pour noir et des toilettes pour blancs dans la beauce…Plus réellement, l’économie sud-af est la plus florissante d’afrique noire et de loin. Loin d’être majoritairement agricole comme avant, elle est devenue plus urbaine et plus avancée dans des secteurs de services.

          De même que dire « au Zimbabwe c’est les colons ou Mugabe » semble avoir peu de sens. Ce n’est pas parce que Mugabé est atroce qu’il faut penser que son contraire est bien obligatoirement. L’afrique du sud voisine montre justement qu’une « clique » n’est pas remplacée forcément par des machettes.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers