• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Lyonnitude(s): Le Pakistan, l'image, le comportement et les victimes

L’ONU et les ONG alertent: Les dons sont nettement insuffisants pour aider les Pakistanais victimes de catastrophe.

Certes, comme le dit Rony Brauman, il ne faut pas céder au catastrophisme concernant la situation actuelle dans ce pays. Certes l’aide a Haïti a dépensé une partie des budgets, certes le pays n’est pas très parlant pour les français mais je pense, comme d’autres, que le problème se situe au niveau du problème d’image et de comportement du Pakistan.

Liberté des femmes dans certaines régions, discriminations religieuses, notamment envers les chrétiens, forte présence d’islamistes dans certains quartiers de Grande-Bretagne pakistanais ou des villes à la frontière du Pakistan, corruption (le président est réputé pour sa capacité à prendre une commission de 10% sur tout ce qui passe) et meurtres politiques, le Pakistan n’est pas populaire et l’attitude du régime en place, corrompu, autoritaire et soutien de certains talibans n’aide pas. et ce n’est pas le cricket, sport majeur au Pakistan, qui va rehausser tout cela puisque la dernière équipe nationale à être venue affronter les pakistanais a été victime d’une attaque…

Il n’est donc pas étonnant que le pays aie un terrible déficit d’image. Dommage pour les victimes qui souffrent en attendant du fait de la faible mobilisation des fonds et des dons. Médecins sans Frontières n’aurait reçu que 3000 euros de dons depuis le début de la catastrophe. La Fondation de France seulement 300…

La communauté internationale et en premier lieu la France et nombre de pays musulmans, qui multiplient pourtant les paroles de solidarité, n’aident que peu.

Premier contributeur de sa poche, les USA, pays pourtant vilipendé par de larges franges de la population du pays aidé (et soutien du gouvernement)  ont versé 75 millions de dollars. A part le Royaume-Uni, où la présence de larges communautés pakistanaises a amené à une sensibilisation des Britanniques, ils sont bien seuls.

 Un nouvel appel a été lancé, pas sur qu’il arrive à permettre de dépasser le problème, surtout lorsque nombre de gens s’interrogent sur le coût du programme nucléaire pakistanais, les visites somptuaires et le train de vie des dirigeants du pays ou le soutien financier à des groupes terroristes.

 En attendant on meurt là-bas et des milliers de gens n’ont pas de toit. C’est une terrible réalité, même si la situation est complexe. Si on souhaite contribuer à l’aide au Pakistan, c’est ici. Et si vous ne voulez pas aider la-bas, pour soutenir tout de même ici, c’est là.