• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Lyonnitude(s) : De la fierté d'être français , de trois patries et du définitif

  Vogelsong a commis un excellent billet sur son blog : « Pourquoi faudrait-il être fier d’être français ? » Amusant d’ailleurs que le billet commence par une citation de Pierre Tévanian, à la pointe de tous les combats identitaires et nationalistes, même les plus réactionnaires au nom du droit à la différence mais pourfendeur de l’identité française, bref une de ces bonnes âmes d’une forme de racisme inconscient à gauche comme les pourfend aujourd’hui Nicolas dans son nouveau blog ( blog dont je viens de voir à l’instant j’ai inspiré une réflexion sur la thématique ! ).

Pour ma part je suis bien plus attaché à la République française qu’à la Nation.

J’ai été à l’étranger, me suis senti d’ailleurs et non d’ici, en revenant et maintenant après diverses périodes, allant du pur amour de la nation française au rejet, j’adhère depuis pas mal d’années désormais à ma self théorie, que j’ai portée à quelques cercles en politique: D’abord je suis internationaliste. Mais j’ai trois patries/attachements etc… L’Europe, la France et Lyon.  Et puis aussi des amours: Le Cameroun, l’Angleterre. Et puis des admirations: L’Allemagne. Et puis…stop ! Restons sur les patries.

Chacun de mes patriotismes part d’un sentiment différent.

-L’Europe c’est l’idée pour la première fois d’avoir un patriotisme transnational, un espace commun. D’où l’envie d’aller plus loin, de dépasser l’Europe actuelle et ce systéme interétatique et surtout tourné vers l’économique. Vive l’Europe fédérale et sociale !

-La France: je connais trop d’endroits et d’aspects pas géniaux de ce pays par trop emmerdant à plein d’endroits. Du coup je préfère sa République à sa Nation, son système au pays. Ca ne veut pas dire que je n’y suis pas attaché. Je me suis trop de fois battu y compris physiquement à l’étranger parce que j’étais français. En fait je suis content d’être français, sans honte mais sans fierté excessive non plus. Rien ne m’enerve plus que les pseudos détachements (à part quand ils sont vrais mais c’est très rare) affectés. Rien ne m’énerve plus aussi que les gens qui dénigrent le patriotisme français et soutiennent celui de tous les autres. Combien ai-je croisé de gens qui ne supportaient pas de voir un drapeau bleu-blanc-rouge (c’est le mal/le FN) et applaudissaient à la vue de n’importe quel nationalisme exclusif comme par exemple une fraction (je dis bien une fraction ) de manifestation nationaliste venue d’ailleurs particulièrement douteuse ?

-Lyon enfin. C’est ma patrie concrète. On ne le sait pas beaucoup ailleurs mais Lyon est une ville très chauvine d’elle même, avec beaucoup de particularités et très ouverte depuis une dizaine d’années. C’est elle qui m’a recueilli après quelques années à ne pas me sentir bien en France. Et je crois que cet instinct un peu bestial et pas très intelligent du patriotisme, je l’ai beaucoup pour elle. Même si, qui sait, un jour, j’en aurais marre.

Une patrie, des patries est-ce définitif ?