• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Lyonnitude(s) : janvier 2010

Un vieux serpent de mer vient de sortir sa tête de nouveau du marais politique français: le vote des étrangers aux élections locales.

Portée au départ par la gauche, stigmatisée pendant des années par la droite, qui accusait les sociaux-démocrates de faire monter le FN avec cette proposition (qui date pourtant d’une époque où le parti lepeniste était inconnu hors des cénacles des nostalgiques de Pétain) c ‘est aujourd’hui de la Présidence de la République que filtre la possibilité d’opérer la mesure.

Volonté de remettre un coup de barre à gauche ? Sans doute. Le débat sur l’identité nationale, qui aurait pu, qui aurait du être important et nécessaire pour notre vivre ensemble, mais qui n’a amené en raison d’arrières-pensées politiciennes, qu’a une libération de la parole xénophobe, y compris de la part d’un certain nombre d’élus, de cadres et de militants UMP. Hélas.

Au-delà des événements médiatiques qu’ont constitué des dérapages comme celui de Nadine Morano, sur le terrain l’élu local que je suis tombe sur des militants qui demandent la fermeture de boucheries parce qu’elles ne servent pas de porc, de proches du député UMP Michel Havard (type pourtant plutôt modéré et loin de ce genre de propos d’ailleurs) qui défendent des propos assimilant l’ensemble des algériens à des casseurs etc..bref le débat lancé par Besson a un peu enflammé les esprits à droite et fait passer dans l’opinion la vision d’une UMP en train d’échouer et agitant des hochets nationalistes pour cacher les problèmes criants de chômage et d’inégalités. Et face à elle une opposition qui commence à aller bien.

Bref c’est le moment d’une part de remettre un coup de gouvernail côté gauche, d’autre part d’arracher à l’opposition un des totems symboliques qu’elle n’a jamais pu mettre en place,sur le thème « ils en parlent mais c’est nous qui le faisons » tout en obligeant le cas échéant l’opposition à voter avec les députés proches du gouvernement. A ce petit jeu-là la Première Secrétaire Martine Aubry n’a pas l’intention de se faire prendre de vitesse. Le groupe ps vient de déposer un loi sur le thème « vous vous voulez le vote des étrangers ? Chiche! ». La gauche n’a pas oublié que la dernière fois qu’elle a proposé la mesure, comme à chaque tentative sur cette mesure, à l’époque du gouvernement Jospin, le sénat, à droite depuis la nuit des temps a tout bloqué…

Il ne faudrait toutefois pas que l’opposition tombe dans un deuxième piège tendu par la présidence: se focaliser trop exclusivement sur ce dossier, qui limiterait sa surface de proposition pendant les régionales.

Ceci dit la cause, celle de permettre à l’ensemble des citoyens d’une ville de s’exprimer sur son devenir, est belle et juste. Avant la grande émergence des nations du XIXE siècle, résider dans une ville depuis un certain temps amenait de faire à la pleine et entière citoyenneté. Qu’on pense aux Piémontais dans la vie politique lyonnaise, aux exilés protestants français à Genève… Et puis dans un stade, quand les foules crient « Allez l’OL » au stade de Gerland, « PSG, PSG » au Parc des Princes ou ont le mauvais goût de soutenir Saint-Étienne, demande-t-on leurs papiers français à tous ceux qui portent à bout de bras les couleurs de leur ville ?

Paru également dans Tout ça magazine.