• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Antibiotiques (Lyonnitude(s) )

Source ici.

La consommation d’antibiotiques repart à la hausse depuis 2008 (+ 4 % par an). C’est dans ce cadre que l’UFC-Que Choisir a mené une enquête auprès de médecins, qui a pris la forme de visites par un patient en bonne santé, se plaignant d’un mal de gorge fictif.

Les consultations ont donné lieu à des prescriptions suprenantes :

  • Alors que la personne était en parfaite santé, 52 % des visites ont conduit à la prescription d’antibiotiques. Faut-il à nouveau rappeler que l’efficacité des antibiotiques diminue quand leur usage se développe ?
  •  L’enquête dédouane les patients, dont l’influence sur les prescriptions est faible : seul un médecin de l’échantillon a retiré les antibiotiques de l’ordonnance après que notre enquêteur a émis un doute sur leur utilité.
  • L’enquête souligne également la surprescription de médicaments : en moyenne, chaque ordonnance comprenait 2,4 médicaments, en plus des antibiotiques ! Certains médecins ont même prescrit des corticoïdes, pourtant non recommandés pour un mal de gorge.

La France est le deuxième pays de l’UE en termes de prescription d’antiobiotiques, avec 40% de consommation de plus par rapport à la moyenne européenne. Cette histoire est inquiétante, à la fois pour la qualité des diagnotics de certains médecins et pour la tendance à surconsommation de médicaments. Pas étonnant que certains labos dépensent  des milliers d’euros par médecin à communiquer chaque années.

Antibiotiques (Lyonnitude(s) )

Source ici.

La consommation d’antibiotiques repart à la hausse depuis 2008 (+ 4 % par an). C’est dans ce cadre que l’UFC-Que Choisir a mené une enquête auprès de médecins, qui a pris la forme de visites par un patient en bonne santé, se plaignant d’un mal de gorge fictif.

Les consultations ont donné lieu à des prescriptions suprenantes :

  • Alors que la personne était en parfaite santé, 52 % des visites ont conduit à la prescription d’antibiotiques. Faut-il à nouveau rappeler que l’efficacité des antibiotiques diminue quand leur usage se développe ?
  •  L’enquête dédouane les patients, dont l’influence sur les prescriptions est faible : seul un médecin de l’échantillon a retiré les antibiotiques de l’ordonnance après que notre enquêteur a émis un doute sur leur utilité.
  • L’enquête souligne également la surprescription de médicaments : en moyenne, chaque ordonnance comprenait 2,4 médicaments, en plus des antibiotiques ! Certains médecins ont même prescrit des corticoïdes, pourtant non recommandés pour un mal de gorge.

La France est le deuxième pays de l’UE en termes de prescription d’antiobiotiques, avec 40% de consommation de plus par rapport à la moyenne européenne. Cette histoire est inquiétante, à la fois pour la qualité des diagnotics de certains médecins et pour la tendance à surconsommation de médicaments. Pas étonnant que certains labos dépensent  des milliers d’euros par médecin à communiquer chaque années.