• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

avril 2010 | Page 2

Ca faisait longtemps que je n’avais continué mon petit bonhomme de chemin dans l’abécédaire politique que j’ai entrepris.

Nous en sommes donc à la lettre E et j’ai choisi un adjectif au lieu d’un mot: Excédé. Oui je triche, ne m’excédez pas !

Etre excédé est chose fréquente pour le militant politique un peu blasé. La denrée est abondante et la distribution est fréquente et à la pelle. On peut être excédé bien sur par les injustices que nous réserve le monde, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi et montre que nous avons gardé notre capacité d’indignation.

Mais on peut être aussi excédé par les petits arrangements, les fausses postures et les vraies mesquineries. Excédé aussi par la traitrise, le peu d’humain, les lauriers qui cachent des médiocrités sans fin, le surplace morfondant ou tout simplement par la simple  méchanceté humaine. Et à force d’excès, on peut se sentir,  je peux me sentir, parfois, souvent à mes heures de sombreries passer de l’énervement excédé à l’ecoeurément désabusé.

J’ai visionné cet après-midi l’émission d’hier soir de On est pas couchés présentée par Laurent Ruquier. Le web bruissait de la performance de l’excellente Caroline Fourest et je n’ai en effet pas été déçu.

Bravo à une Caro qui, comme on peut le voir dans l’extrait ci-dessous, a remis à sa place des Naulleau (écoeurant) et des Zemmour (d’un machisme archaique) au courage plus que fluctuant ! Et si vous voulez trouver le livre co-écrit par la demoiselle avec Taslima Nasreen, jetez un œil là.

Le 29 avril aura lieu au Cintra, 43, rue de la Bourse à 19H30 une soirée de sensibilisation à la cause du Darfour. L’entrée et le buffet sont fixés à 20 euros (10 pour les étudiants). L’intégralité des fonds sera reversée à des actions en faveur de cette région du Soudan qui connait un destin tragique. Informé de la chose par mon collègue Adjoint au Maire du 3e Arnaud Benhamou et par Serge Barbet (voir aussi le billet de Najat), j’ai interviewé l’organisateur de la soirée, Bernard Schalscsha. J’espère que vous viendrez nombreux.

1- Bernard Schalscha, qui êtes-vous?

Je suis un ancien journaliste, ex-correspondant à Lyon pour divers titres de la presse nationale. Par ailleurs je fais partie de la génération des « soixante-huitards », et je n’ai jamais cessé de me mobiliser contre les diverses formes de l’injustice et de l’oppression qui sévissent aux quatre coins de la planète, et aussi en France. Mon principal engagement est désormais contre l’oubli des génocides passés, et bien sûr contre ceux qui risquent de survenir. D’où mon militantisme actuel en tant que secrétaire général du Collectif Urgence Darfour.

2- Pouvez-vous nous présenter ce qu’est le Darfour et ce qui vous a donné envie de vous engager dans la cause ?

Le Darfour est une province (grande comme la France), à l’ouest de cet immense pays africain qu’est le Soudan. Cette province a toujours été délaissée par le pouvoir central établi à Khartoum, la capitale.

En 2002, une rébellion armée a commencé dont l’objectif était (et reste encore) une meilleure répartition des richesses nationales. Face à cette rébellion (assez faible, d’ailleurs), le gouvernement a répondu par une répression démesurée, qui s’est essentiellement abattue sur les populations civiles. Les violences exercées par l’armée gouvernementale, appuyée sur les tristement célèbres milices janjawids, a abouti à des massacres de masse et des millions de déplacés. L’ONU estimait, il y a deux ans, que sur les 6 millions d’habitants du Darfour plus de 300 000 avaient péri et que 2,7 millions avaient dû fuir leurs villages et vivaient désormais dans des camps de déplacés. Je précise que le régime de Khartoum est issu d’un coup d’Etat militaire, qui a eu lieu en 1989, organisé par les islamistes de la mouvance des Frères musulmans. Quant aux victimes, les Darfouris, ce sont des populations noires africaines de confession musulmane.

Quand j’ai su ce qui se passait et que j’ai compris que des massacres de masse avaient lieu (une fois de plus dans l’indifférence générale !), j’ai rejoint le tout petit noyau de militants qui, en France, tentaient de mobiliser l’opinion pour que la communauté internationale réagisse. Ce n’était qu’une petite dizaine d’années après l’effroyable génocide des Tutsis du Rwanda : allions-nous encore laisser les bourreaux commettre tranquillement leurs horreurs ?

3- Quel est votre rôle au sein de cette campagne ?

J’impulse, aux côtés des autres responsables de notre Collectif, et en particulier de notre président, le Dr. Jacky Mamou (ancien président de Médecins du Monde), les actions de sensibilisation à la tragédie du Darfour : conférences, meetings, articles, interventions sur le Net, débats dans les médias, démarches auprès des responsables politiques européens et français… Je suis également en contact avec les réfugiés darfouris en France, qu’il est nécessaire d’aider. Nous aidons ainsi à les mettre en relation avec la Cour pénale internationale, pour qu’ils puissent faire savoir ce qu’ils ont subis.

4- Pouvez-vous nous présenter l’événement que vous organisez le 29 avril ?

Il s’agit d’une soirée destinée à alerter les Lyonnais de la situation actuelle au Darfour où, contrairement à ce qui a prétendu le président soudanais El-Béchir (recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et contre l’humanité) la guerre contre les populations civiles se poursuit. Nous avons réussi à mobiliser de nombreuses personnalités de la vie politique, culturelle et artistique, dont nous espérons qu’elles se feront les relais de cette cause. Les bénéfices nous serviront à financer nos activités de « lobbiying » en faveur de la protection des Darfouris.
Si vos lecteurs souhaitent s’informer un peu plus je leur conseille de lire ce que le journal Libération a récemment publié à propos des élections truquées qui viennent d’avoir lieu au Soudan par exemple ici . Ils peuvent aussi, bien sûr, suivre nos activités sur notre site  .

C’est un inconnu des nons-lyonnais, mais nous vivons , comme le disait Griffon Lyonnais tout à l’heure sur twitter, une forme de drame national avec la disparition d’un homme qui a apporté sans doute plus de petites joies que nombre de grands de ce monde.

Aujourd’hui la maladie a emporté Jean-Jacques Bernachon, l’un des plus augustes chocolatiers de Lyon et donc de France. L’homme, entièrement façonné de talent et d’art, avait succédé à son père à la tête de la célèbre maison du cours Franklin Roosevelt.  Bien que souvent soumis à des propositions alléchantes, il a toujours avec panache et brio refusé d’industrialiser sa production et restait l’un des derniers authentiques chocolatiers artisanaux de France.

Son nom était et sera synonyme de qualité. Michel Serres, auguste Immortel ne disait-il pas, après quelque dégustation d’Avelines ou d’Amandes Princesse:

 » Parce qu’elle traite, avec raffinement, des goûts excellents et des saveurs exquises, la maison BERNACHON mérite d’être nommée

l’Académie des Beaux-arts de la gourmandise ! »

Que ce soit pour séduire les charmes d’une belle en accompagnement d’une brassée de roses couleur garance ou dans les plaisirs d’après-repas en famille, nous avons tous eu à Lyon notre moment en cheminement des créations gourmandes de l’artiste. Qu’il en soit par ces pensées délicieuses remercié en cet instant noir comme le plus sombre des chocolats des petits bonheurs somptueux qu’il apporta dans nos vies.

Le Maire de Lyon a repris sa tournée des médias, par exemple avec cette interview sur LCI ce matin avec le souvent tête à claques Christophe Barbier. Une partie de la presse l’attendait obstinément sur une éventuelle candidature à la candidature socialiste, ce qu’il n’a pourtant jamais affirmé. Pour que Collomb veuille l’Elysée sérieusement, il faudrait déplacer la présidence à Lyon !

Quelques extraits, avec mes petits commentaires entre parenthèses: Football « Je garde confiance pour le match retour » « Je crois qu’un joueur de football se doit d’être exemplaire » ( c’est mal barré ! )Burqa: « Je voterais contre une loi sur la burqa » «  Si André Gerin n’avait pas été fluctuant à Vénissieux sur un certain nombre de questions, il n’y aurait pas eu de phénomène de Burqa«  « L’important dans une ville comme Vénissieux, c’est de tisser du lien social »(faisons les deux:  du social mais pas de burqa) Retraites: « Il faut un système à la suédoise avec un régime par point, la question c’est surtout la pénibilité » (eh oui !) « La retraite des parlementaires aussi se doit d’être réformée » Parti Socialiste « Mon problème n’est pas d’être candidat, c’est de m’expliquer devant le parti socialiste »  » Si le pacte entre Aubry, DSK et Fabius se fait sur une ligne politique précise, c’est quelque chose de bien » (pas mieux !).

La vidéo ci-dessous.

 
Compliqué bestiaire que celui de la droite lyonnaise. On est à peine en train de se dire qu’il faudrait écrire un billet sur une énième candidature aux municipales de dans 4 ans exprimée par un énième candidat de droite qu’on nous signale la scission en deux du principal groupe d’opposition. Et puis des candidatures séparées dans des cantonales. Puis on enchaine avec encore une nouvelle déclaration d’intention à l’investiture de nouveau !Dur les candidatures à droite!

Bref ça va pas être facile de résumer tout ça mais mettons-nous y !

Lire la Suite

Dans les vieux jeux de la Sega Master System de rouge et noir vêtue, l’objectif était souvent de sauver la princesse. Oui mais que se passe-t-il une fois qu’elle est sauvée ? Et est-ce la meilleure solution ? Une vidéo délirante des australiens de Studio Joho découverte via Korben traite le sujet.Alors franchement je vous demande: Pourquoi sauver cette satanée princesse ?

Je vous parle de temps en temps de crowd-funding sur ce blog, un phénomène que je trouve fort intéressant. Voici un nouvel exemple qui devrait faire parler de lui, notamment chez les messieurs. En effet un nombre grandissant de sites vous proposent depuis un certain temps de financer différents projets en participation avec d’autres internautes: albums de musiciens, films, projets d’entreprises, micro-crédits, clubs de foot…et depuis ce matin, de productions X.

Marc Dorcel, célèbre producteur de films chauds, s’est fortement investi dans le web ces derniers années: site remanié, web-tv mais aussi compte twitter très actif. En lançant ce lundi matin Mydorcel, il propose aux internautes de prendre de financer sa prochaine production.

Le projet est plus interactif que ce que l’on peut voir d’habitude dans le domaine (à l’exception de Myfootballclub)puisque il est possible aux investisseurs de voter pour savoir quels seront les acteurs et actrices et que ceux qui investissent la coquette somme de 10000 euros peuvent même créer leur propre scène, qui sera intégrée à l’œuvre finale.

Le site propose différents retours sur investissements (voir tableau à droite) en fonction des sommes investies: participation aux bénéfices, DVDs du film…et des prestations premium pour les gros investisseurs comme un diner avec l’équipe du film.

Les avantages pour Dorcel sont évident: outre une risque financier assuré par d’autres, il pourra également bénéficier, en cas de réussite de l’opération, d’un buzz conséquent via les nombreux internautes qui auront investi dans l’affaire. Le phénomène contribue également à rendre le porno plus mainstream, plus assumé. Tout bénéf pour Dorcel. Peut-être de son côté la participation des internautes pourrait l’amener à travailler davantage ses scénarios ou à faire un porno un peu plus à destination des filles comme cela se fait, parait-il aux USA.

Reste à faire monter le chaland…en la matiére le producteur n’est pas le plus mal entouré. Pour l’instant 13 personnes ont apporté 2360 euros au panier des ménagéres sur un total de 85 000.