• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Google change petit à petit de modèle | romainblachier.fr

Catastrophe, horreur,sang et sueur hier soir. On pétitionnait même.

Que se passait-il ? On pleurait un nouveau drame en Syrie? D’étranges naifs pleuraient l’élection d’un Pape, qui, o surprise, n’est pas un fervent défenseur du mariage pour tous et de la liberté de choix devant la grossesse (a quoi s’attendre d’autre franchement ? ). A moins qu’un blogueur de droite aie encore trouvé un argument raffiné quelconque genre la neige en Normandie c’est la faute du méchant gouvernement ?

Non, la catastrophe provenait de l’arrêt annoncé par Google de plusieurs services .

En plus du « le produit c’est toi », on passe au freemium progressivement de façon sans nul doute planifiée très en amont.

Il y a a notamment de moins en moins de possibilités de synchroniser son agenda google avec des applications extérieures comme outlook.

Un peu ennuyeux pour les gens qui comme moi gèrent différentes activités et divers calendriers. Cela reste possible en souscrivant un abonnement payant aux outils de de google destinés aux entreprises. Mais cela est plus compliqué à gérer que cela ne le fut il y a seulement quelques mois avant une précédente décision, celle du winter cleaning. Et l’annonce faite hier restreint encore les possibilités en la matière.

Le but est double

-Imposer petit à petit google comme outil de bureau, au détriment par exemple de microsoft. L’amener à être un standard d’utilisation pro là où gmail est un outil d’usage d’abord personnel.Prendre la place comme cela fut le cas, (avant de façon non payant pour l’usager) pour la cartographie par exemple .

-Faire payer l’utilisateur, de plus en plus. Comme cela avait commencé d’ailleurs avec les options payantes sur les boites mails ou l’achat d’espace supplémentaire sur google drive.

Google un modèle qui change

La base du modèle google était fort différente jusqu’à peu. En effet le deal était: Tu utilises mes outils gratuitement pour envoyer des mails, créer un blog, un site, faire de la 3d, gérer ton agenda etc… mais en échange j’utilise tes données pour identifier tes goûts et te vendre comme consommateur potentiel aux annonceurs. Depuis quelques années cela évolue.

Ide façon somme toute classique, nous passons au freemium, de façon progressive comme toujours.

D’abord certains outils disponibles sont offerts mais avec des versions améliorées (plus d’espace par exemple) en version payante.

Ensuite on supprime des outils, soit parce qu’on les remplace par des payants, soit parce qu’on en renforce la propriété après les avoir ouverts à tous, soit parce qu’ils n’offrent aucun potentiel évident à long terme.

Ainsi comme je l’ai cité, on rend la synchronisation des outils google avec les applications tierces, difficiles et payants.

Ainsi l’application de shopping Search API for Shopping, ferméee et qui va revenir sous une forme, on peut parier, nettement plus favorable pour les finances de google.

La fin de google reader, en perte de vitesse par rapport aux réseaux sociaux

Ainsi google reader, qui fut la fermeture la plus contestée hier, est fermée. Il est vrai que c’est la première fois qu’un service relativement populaire de l’entreprise est fermée. Il est vrai que les agrégateurs de liens rss ont tendance, en termes de fréquentation, à être remplacés par une veille sur les réseaux sociaux et cela depuis des années (voir ce vieil article de Don Reisinger).

Au lieu de plonger dans le lecteur, on suit les comptes twitter qui intéressent et on clique sur les liens. Avec la personnalisation liée aux interactions enregistrées que permet un Facebook, on suit plus facilement certaines informations par ce biais que l’on plonge la tête dans ses fils rss comme il y a cinq ans en arrière. On parie que dans quelques temps,  les équipe de développement de Google Plus nous permettront une possibilité d’utilisation nouvelle au niveau de l’agrégation de contenus sous une autre forme en lieu et place de Google Reader?

Reste qu’en fermant un service encore assez populaire, Google envoie sans doute un mauvais message : vous ne pouvez plus vous reposer sur la marque pour tout gérer en échange du fait de faire de vous un produit. Alors que fleurissent les articles sur les meilleurs moyens de remplacer google reader, nombreux sont ceux aussi qui pourraient déménager ailleurs sur d’autres services pour ne pas subir de nouveau pareil mésaventure ou pour d’autres raisons. Spirale Digitale vous donne quelques pistes pour cela.

De quoi soigner votre chagrin d’hier?

Romain Blachier