• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

2011 octobre | romainblachier.fr – Part 2

Demain mon édito mensuel dans Tribune de Lyon parlera, entre autres, de nouveaux-nés, de vieilles dames riches, de Saint-Etienne et de Lyon, de libre circulation dans la presqu’ile, de la Suisse, de gros chagrins, d’un homme stressé et de plein d’autres choses.

Tribune de Lyon, chaque jeudi, en vente en kiosques dans le Rhône 1,5 euro

Ce n’est une surprise pour personne mais Denis Broliquier l’a annoncé sur Lyon Mag: Lyon Divers-Droite aura des candidats dans toutes les circonscriptions de Lyon face aux candidats UMP.

Le Maire du second arrondissement sera d’ailleurs présent sur l’un des 4 sièges à pourvoir. On peut sans trop se tromper penser qu’avec logique cette présence se fera sur la première ou la seconde circonscription, toutes deux passant dans le territoire où il est élu. Et toutes deux comportent des avantages.

Se présenter sur la première lui permettrait d’une part de faire campagne dans des zones de Lyon où il est peu connu, même si il dispose de quelques réseaux, et dans la partie la moins favorable pour lui de son arrondissement. De quoi s’enraciner. Mais Denis Broliquier pourrait aussi à  cette occasion mettre une pression sérieuse sur le député UMP Michel Havard, candidat comme lui et d’autres à droite à la Mairie de Lyon en 2014. Défaut: si il fait un mauvais score sur cette circonscription, c’est sa candidature à la Mairie de Lyon qui risque d’être délégitimée.

Il pourrait aussi se présenter sur la seconde circonscription. Le député PS Pierre-Alain Muet y a battu aux dernières échéances législatives le sortant UMP Emmanuel Hamelin. Ce dernier est lui aussi candidat à la Mairie de Lyon aux municipales et souhaite récupérer son siège pour retrouver de la légitimité. Denis Broliquier, qui connait bien cette circonscription pourrait arriver plus facilement à un bon score à droite et à tenter la gagne dans un endroit où il est implanté et où son concurrent conservateur est moins légitimé (si ce dernier arrive à obtenir l’investiture, peut-être en renonçant à afficher des ambitions municipales).Seul petit défaut: dégager Hamelin rendrait les choses plus faciles à ses adversaires UMP.

Les résultats des premières élections libres de Tunisie ne sont pas encore proclamés mais ils sont déjà connus pour certains d’entre eux. Par exemple, les tunisiens de la circonscription sud de la France, qui comprend notamment la région lyonnaise, ont élu la socialiste (FDTL) Karima Souid comme députée à l’assemblée constituante. 23 listes de 5 candidats s’affrontaient dans la circonscription pour les 5 siéges à pourvoir.

Cette cadre dans le tourisme d’affaires de 40 ans et pratiquante de boxe anglaise, vivant à Vénissieux en banlieue de Lyon, sera donc l’une des représentantes du progressisme au sein de l’assemblée constituante.

Chez nos voisins Suisses, l’extrême-droite locale de l’UDC, même si elle reste puissante a pris une claque. Son leader, le milliardaire Blocher, est d’ailleurs battu. Pas de quoi s’attrister certes pour la plupart des individus, en tous cas chez ceux de convictions républicaines.

Mais, comment, à moins d’avoir le coeur des plus cruels,façon Alain Madelin devant un SDF, ne pas penser à messieurs Verschere et Meunier. Nos deux députés UMP membres de la droite populaire du Rhône sont de grands admirateurs de l’UDC dont ils aiment les doux combats contre l »égalité des droits entre homos et hétéros, pour le rétablissement de l’assassinat de prisonniers (dénommée peine de mort en langage courant…)

Les deux élus UMP pleureront sans doute à chaudes larmes en pensant au doux rêves de l’UDC pour la Suisse. Combien d’enfants  enfants maliens de 5 ans non reconduits menottés dans les avions ? Combien d’homosexuels qui risquent un jour d’avoir les mêmes droits que les homos ? Combien de droits sociaux nouveaux pour les salariés risquent de survenir ? Quelle horreur !

Nos deux élus sont sans doutes inconsolables. Alllez, soyez sympas, laissez les à leur chagrin, ce n’est pas un temps d’agapes pour eux .

Vous vous rappellez que j’avais, il y a quelques mois, inaugur sur ce blog dont l’objet est aussi parfois la religion, une rubrique qui se nomme « demande au pasteur ». Il s’agissait pour Olivier Raoul-Duval, mon pasteur, officiant à la paroisse de l’Eglise Réformée de la rue Bancel, de répondre à des questions d’internautes transmises sur mon mail. Aujourd’hui Olivier répond à cette question de Caroline V, 22 ans, Villeurbanne:

Y’a-t-il un pardon en protestantisme ?

La réponse de Olivier:

Oui, mais pas plus ou moins qu’en catholicisme ? Plutôt le pardon en christianisme ?
Au long des versets de la bible, le pardon est montré comme la façon que dieu a de vivre sa relation avec l’humanité. Et parce que Dieu agit ainsi, le pardon n’est pas une option pour le chrétien, quelque soit son nom.

Pour aller plus loin, l’exemple de la prière chrétienne par excellence qu’est le Notre Père est fort utile :
« Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé » : on voit bien que ce n’est pas un option !

Cela implique d’abord que le mal soit reconnu (j’ai été offensé), ensuite d’aller vers l’autre qui m’a fait du mal (à ceux qui m’ont offensé) et enfin de pardonner. Cela n’est possible, pour un chrétien, que parce qu’il y a ce début de phrase : Pardonne-nous nos offenses, et que dans la foi nous avons la certitude que Dieu le fait.

Actuel le pardon ? Oui, plus qu’on ne le pense.
Car le mot que l’on met dans le Notre Père : offense, devrait aussi se traduire par dette, le mot grec le veut. D’abord l’offense n’est pas une simple question de morale, d’avoir contrevenu à la bienséance. Et ensuite le pardon est toujours une affaire de remise de dette. Quand je vit avec une dette, je ne vit pas ou plus.

Le chrétien vit pleinement, parce qu’il n’ a pas de dette envers Dieu, et il est invité à remettre les dettes que d’autres peuvent avoir envers lui. C’est à un monde sans dette que le pardon invite. Et il ne s’agit pas seulement d’une question financière ou monétaire. C’est aussi à une remise de dettes de rancune, de culpabilité, de honte, de haine, … que la pardon invite.
Le pardon est assurément une façon de vivre !

On vote ce jour dans les consulats et ambassades de Tunisie en France. Et demain en métropole.

Bien que bénéficiant d’un fond culturel plutôt progressiste, la Tunisie pourrait être demain soir gouvernée par un parti islamiste et réactionnaire.

La faute? Une force islamiste unie et forte face à une gauche nombreuse mais très divisée. Petit tour des 6 plus importants mouvements parmis les 130 listes qui se présentent (dont une quarantaine de forces liées à l’ex RCD).

Ennahda: Voulant se donner, malgré des soupçons forts de double discours, une image modérée, conservatrice et musulmane comme en turquie, ce parti islamiste posséde des racines ulltra-radicales et violentes. Ayant peu participé au mouvement civique pour renverser Ben Ali, ils ont pourtant le vent en poupe. Les raisons ? Un sens du marketing politique très développé, un discours très modéré en apparence, un créneau politique à la fois conservateur et religieux qu’ils sont les seuls à occuper et une repression subie forte sous Ben Ali. Défend un fort conservatisme social et économique.

Le PDP: le parti démocrate progressiste était toléré sous Ben Ali, ce qui lui a valu des critiques même si il se trouvait dans l’opposition. De centre-gauche, il est dirigé par une femme energique Maya Jrib. Devrait emporter un grand nombre de siéges.

Le Forum Démocratique pour le travail et les libertés: est en gros l’équivalent du PS français. Pourchassé sous Ben Ali, il prone un modéle social-démocrate, l’égalité hommes/femmes. Constitué de leaders de qualité, il pâtit de n’être qu’une des multiples forces de la gauche progressiste, très divisée en cette élection. Le FDTL est d’ailleurs un acteur de cette division, puisque il a d’ailleurs refusé plusieurs propositions d’alliances.

Le Pôle Démocrate Progressiste (ou Pôle Démocrate Moderniste ) : coalition de forces de gauche avec au centre Ettajdid, parti communiste passé au socialisme démocratique depuis une vingtaine d’années et le parti socialiste de gauche. Souhaite faire barrage aux islamistes, défendre le progrès social et la laïcité. Devrait souffrir lui aussi de la division à gauche.

Le Congrès Pour La République: ce parti originellement plutôt de centre gauche (décidément !) s’est rapproché récemment des islamistes et défend désormais des théses conservatrices et nationalistes. Il  souhaite  sans doute être l’aile light de Ennahda .

Le parti communiste des ouvriers de Tunisie: L’extrême-gauche tunisienne a, de part sa lutte sous Ben Ali, recueilli une forte notoriété. Luttant fermement pour la laïcité, ce parti est issu à l’origine du maoisme dans sa version pro-albanaise (comme par exemple en France le PCOF, membre du Front de Gauche).

PS: A noter enfin dans des élections suivant un mouvement ayant beaucoup utilisé les réseaux sociaux et le français presque autant que l’arabe comme langue de la révolte, la prédominance de sites internet un peu artisanaux et surtout écrits uniquement en arabe….

Billet repris par le site du journal La Tribune

Un billet pour vous signaler un concert pour une bonne cause. Cet évènement est organisé par l’association OPTS. Tous les bénéfices récoltés seront intégralement reversés au projet  » Tous aux Jeux ! » visant à accompagner des jeunes handicapés – ou issus de milieux sociaux dits « difficiles » – à Londres en 2012 pour assister aux Jeux Paralympiques.

La soirée The Show Must GONES aura lieu le Samedi 12 Novembre 2011 de 16h30 à 01h00 à Villeurbanne, au CCVA (Centre Culturel et de la Vie Associative). .

Tarif unique 9 euros – en vente dans vos billetteries habituelles : FNAC, Carrefour, internet… Pour acheter un billet c’est ici. Tarif sur place 10 euros (sous réserve de disponibilités)

Participeront à cette soirée The Show Must GONES On : des groupes de rock CAUSE, les Trigônes+, Orkhis, The Dream of The Smoking Rabbit, Blind 6, le rappeur MricOMic, des groupes de musique Maritournelle, Ferrara et Ephemeride, musique latine avec Fiesta Latina et Jacha Osos, de la danse avec Ashaanty Project, du chant avec le Centre de la Voix, C’ext extra, Sandrine Dubois, la chorale Sing Song Energie avec les Rats Conteurs, du théâtre avec la troupe Arnold Schmürz et Miettes de Scène, un peu plus tard dans la soirée … de la Pole Dance ( ! ) avec Spin Or Tricks !

Pour en savoir plus sur cet évènement, toutes les infos pratiques, RDV sur le site de l’OPTS, sur la page The Show Must GÔNES On.

Mon édito hebdomadaire de ce mercredi 18h15 sur RCF a été consacré au phénoméne des lolcats, des photos de chats mignons et/ou dans des postures insolites, généralement soulignées d’une légende dans une sorte de nouvelle langue basée sur un bien étrange anglais. L’idiome dispose même de sa propre traduction de la Bible.

2011 octobre | romainblachier.fr – Part 2

Demain mon édito mensuel dans Tribune de Lyon parlera, entre autres, de nouveaux-nés, de vieilles dames riches, de Saint-Etienne et de Lyon, de libre circulation dans la presqu’ile, de la Suisse, de gros chagrins, d’un homme stressé et de plein d’autres choses.

Tribune de Lyon, chaque jeudi, en vente en kiosques dans le Rhône 1,5 euro

Ce n’est une surprise pour personne mais Denis Broliquier l’a annoncé sur Lyon Mag: Lyon Divers-Droite aura des candidats dans toutes les circonscriptions de Lyon face aux candidats UMP.

Le Maire du second arrondissement sera d’ailleurs présent sur l’un des 4 sièges à pourvoir. On peut sans trop se tromper penser qu’avec logique cette présence se fera sur la première ou la seconde circonscription, toutes deux passant dans le territoire où il est élu. Et toutes deux comportent des avantages.

Se présenter sur la première lui permettrait d’une part de faire campagne dans des zones de Lyon où il est peu connu, même si il dispose de quelques réseaux, et dans la partie la moins favorable pour lui de son arrondissement. De quoi s’enraciner. Mais Denis Broliquier pourrait aussi à  cette occasion mettre une pression sérieuse sur le député UMP Michel Havard, candidat comme lui et d’autres à droite à la Mairie de Lyon en 2014. Défaut: si il fait un mauvais score sur cette circonscription, c’est sa candidature à la Mairie de Lyon qui risque d’être délégitimée.

Il pourrait aussi se présenter sur la seconde circonscription. Le député PS Pierre-Alain Muet y a battu aux dernières échéances législatives le sortant UMP Emmanuel Hamelin. Ce dernier est lui aussi candidat à la Mairie de Lyon aux municipales et souhaite récupérer son siège pour retrouver de la légitimité. Denis Broliquier, qui connait bien cette circonscription pourrait arriver plus facilement à un bon score à droite et à tenter la gagne dans un endroit où il est implanté et où son concurrent conservateur est moins légitimé (si ce dernier arrive à obtenir l’investiture, peut-être en renonçant à afficher des ambitions municipales).Seul petit défaut: dégager Hamelin rendrait les choses plus faciles à ses adversaires UMP.

Les résultats des premières élections libres de Tunisie ne sont pas encore proclamés mais ils sont déjà connus pour certains d’entre eux. Par exemple, les tunisiens de la circonscription sud de la France, qui comprend notamment la région lyonnaise, ont élu la socialiste (FDTL) Karima Souid comme députée à l’assemblée constituante. 23 listes de 5 candidats s’affrontaient dans la circonscription pour les 5 siéges à pourvoir.

Cette cadre dans le tourisme d’affaires de 40 ans et pratiquante de boxe anglaise, vivant à Vénissieux en banlieue de Lyon, sera donc l’une des représentantes du progressisme au sein de l’assemblée constituante.

Chez nos voisins Suisses, l’extrême-droite locale de l’UDC, même si elle reste puissante a pris une claque. Son leader, le milliardaire Blocher, est d’ailleurs battu. Pas de quoi s’attrister certes pour la plupart des individus, en tous cas chez ceux de convictions républicaines.

Mais, comment, à moins d’avoir le coeur des plus cruels,façon Alain Madelin devant un SDF, ne pas penser à messieurs Verschere et Meunier. Nos deux députés UMP membres de la droite populaire du Rhône sont de grands admirateurs de l’UDC dont ils aiment les doux combats contre l »égalité des droits entre homos et hétéros, pour le rétablissement de l’assassinat de prisonniers (dénommée peine de mort en langage courant…)

Les deux élus UMP pleureront sans doute à chaudes larmes en pensant au doux rêves de l’UDC pour la Suisse. Combien d’enfants  enfants maliens de 5 ans non reconduits menottés dans les avions ? Combien d’homosexuels qui risquent un jour d’avoir les mêmes droits que les homos ? Combien de droits sociaux nouveaux pour les salariés risquent de survenir ? Quelle horreur !

Nos deux élus sont sans doutes inconsolables. Alllez, soyez sympas, laissez les à leur chagrin, ce n’est pas un temps d’agapes pour eux .

Vous vous rappellez que j’avais, il y a quelques mois, inaugur sur ce blog dont l’objet est aussi parfois la religion, une rubrique qui se nomme « demande au pasteur ». Il s’agissait pour Olivier Raoul-Duval, mon pasteur, officiant à la paroisse de l’Eglise Réformée de la rue Bancel, de répondre à des questions d’internautes transmises sur mon mail. Aujourd’hui Olivier répond à cette question de Caroline V, 22 ans, Villeurbanne:

Y’a-t-il un pardon en protestantisme ?

La réponse de Olivier:

Oui, mais pas plus ou moins qu’en catholicisme ? Plutôt le pardon en christianisme ?
Au long des versets de la bible, le pardon est montré comme la façon que dieu a de vivre sa relation avec l’humanité. Et parce que Dieu agit ainsi, le pardon n’est pas une option pour le chrétien, quelque soit son nom.

Pour aller plus loin, l’exemple de la prière chrétienne par excellence qu’est le Notre Père est fort utile :
« Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé » : on voit bien que ce n’est pas un option !

Cela implique d’abord que le mal soit reconnu (j’ai été offensé), ensuite d’aller vers l’autre qui m’a fait du mal (à ceux qui m’ont offensé) et enfin de pardonner. Cela n’est possible, pour un chrétien, que parce qu’il y a ce début de phrase : Pardonne-nous nos offenses, et que dans la foi nous avons la certitude que Dieu le fait.

Actuel le pardon ? Oui, plus qu’on ne le pense.
Car le mot que l’on met dans le Notre Père : offense, devrait aussi se traduire par dette, le mot grec le veut. D’abord l’offense n’est pas une simple question de morale, d’avoir contrevenu à la bienséance. Et ensuite le pardon est toujours une affaire de remise de dette. Quand je vit avec une dette, je ne vit pas ou plus.

Le chrétien vit pleinement, parce qu’il n’ a pas de dette envers Dieu, et il est invité à remettre les dettes que d’autres peuvent avoir envers lui. C’est à un monde sans dette que le pardon invite. Et il ne s’agit pas seulement d’une question financière ou monétaire. C’est aussi à une remise de dettes de rancune, de culpabilité, de honte, de haine, … que la pardon invite.
Le pardon est assurément une façon de vivre !

On vote ce jour dans les consulats et ambassades de Tunisie en France. Et demain en métropole.

Bien que bénéficiant d’un fond culturel plutôt progressiste, la Tunisie pourrait être demain soir gouvernée par un parti islamiste et réactionnaire.

La faute? Une force islamiste unie et forte face à une gauche nombreuse mais très divisée. Petit tour des 6 plus importants mouvements parmis les 130 listes qui se présentent (dont une quarantaine de forces liées à l’ex RCD).

Ennahda: Voulant se donner, malgré des soupçons forts de double discours, une image modérée, conservatrice et musulmane comme en turquie, ce parti islamiste posséde des racines ulltra-radicales et violentes. Ayant peu participé au mouvement civique pour renverser Ben Ali, ils ont pourtant le vent en poupe. Les raisons ? Un sens du marketing politique très développé, un discours très modéré en apparence, un créneau politique à la fois conservateur et religieux qu’ils sont les seuls à occuper et une repression subie forte sous Ben Ali. Défend un fort conservatisme social et économique.

Le PDP: le parti démocrate progressiste était toléré sous Ben Ali, ce qui lui a valu des critiques même si il se trouvait dans l’opposition. De centre-gauche, il est dirigé par une femme energique Maya Jrib. Devrait emporter un grand nombre de siéges.

Le Forum Démocratique pour le travail et les libertés: est en gros l’équivalent du PS français. Pourchassé sous Ben Ali, il prone un modéle social-démocrate, l’égalité hommes/femmes. Constitué de leaders de qualité, il pâtit de n’être qu’une des multiples forces de la gauche progressiste, très divisée en cette élection. Le FDTL est d’ailleurs un acteur de cette division, puisque il a d’ailleurs refusé plusieurs propositions d’alliances.

Le Pôle Démocrate Progressiste (ou Pôle Démocrate Moderniste ) : coalition de forces de gauche avec au centre Ettajdid, parti communiste passé au socialisme démocratique depuis une vingtaine d’années et le parti socialiste de gauche. Souhaite faire barrage aux islamistes, défendre le progrès social et la laïcité. Devrait souffrir lui aussi de la division à gauche.

Le Congrès Pour La République: ce parti originellement plutôt de centre gauche (décidément !) s’est rapproché récemment des islamistes et défend désormais des théses conservatrices et nationalistes. Il  souhaite  sans doute être l’aile light de Ennahda .

Le parti communiste des ouvriers de Tunisie: L’extrême-gauche tunisienne a, de part sa lutte sous Ben Ali, recueilli une forte notoriété. Luttant fermement pour la laïcité, ce parti est issu à l’origine du maoisme dans sa version pro-albanaise (comme par exemple en France le PCOF, membre du Front de Gauche).

PS: A noter enfin dans des élections suivant un mouvement ayant beaucoup utilisé les réseaux sociaux et le français presque autant que l’arabe comme langue de la révolte, la prédominance de sites internet un peu artisanaux et surtout écrits uniquement en arabe….

Billet repris par le site du journal La Tribune

Un billet pour vous signaler un concert pour une bonne cause. Cet évènement est organisé par l’association OPTS. Tous les bénéfices récoltés seront intégralement reversés au projet  » Tous aux Jeux ! » visant à accompagner des jeunes handicapés – ou issus de milieux sociaux dits « difficiles » – à Londres en 2012 pour assister aux Jeux Paralympiques.

La soirée The Show Must GONES aura lieu le Samedi 12 Novembre 2011 de 16h30 à 01h00 à Villeurbanne, au CCVA (Centre Culturel et de la Vie Associative). .

Tarif unique 9 euros – en vente dans vos billetteries habituelles : FNAC, Carrefour, internet… Pour acheter un billet c’est ici. Tarif sur place 10 euros (sous réserve de disponibilités)

Participeront à cette soirée The Show Must GONES On : des groupes de rock CAUSE, les Trigônes+, Orkhis, The Dream of The Smoking Rabbit, Blind 6, le rappeur MricOMic, des groupes de musique Maritournelle, Ferrara et Ephemeride, musique latine avec Fiesta Latina et Jacha Osos, de la danse avec Ashaanty Project, du chant avec le Centre de la Voix, C’ext extra, Sandrine Dubois, la chorale Sing Song Energie avec les Rats Conteurs, du théâtre avec la troupe Arnold Schmürz et Miettes de Scène, un peu plus tard dans la soirée … de la Pole Dance ( ! ) avec Spin Or Tricks !

Pour en savoir plus sur cet évènement, toutes les infos pratiques, RDV sur le site de l’OPTS, sur la page The Show Must GÔNES On.

Mon édito hebdomadaire de ce mercredi 18h15 sur RCF a été consacré au phénoméne des lolcats, des photos de chats mignons et/ou dans des postures insolites, généralement soulignées d’une légende dans une sorte de nouvelle langue basée sur un bien étrange anglais. L’idiome dispose même de sa propre traduction de la Bible.