• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Romain Blachier Page 11 de 286 Blog politique, numérique, économique et culturel de Lyon et de partout Romain Blachier | Page 11

Mon édito de mercredi sur l’antenne de RCF porte cette semaine sur le projet Eaupen.

Eaupen est une volonté via l’open-data de se réapproprier un bien public : les fontaines qui sont dans l’espace public, en libre accès, mais que personne ne sait vraiment situer même dans sa propre ville à quelques unités prés. C’est pourtant une donnée publique.

En partant de la création de Gobi, gourde et communauté, destinée à éliminer le gaspillage, le groupe dont je vous parle ce jour a voulu « libérer les Robinets » et lutter contre les déchets que nous laissons: gobelets, bouteille en plastique.
Ils se sont retrouvés confrontés à une question du « c’est beau d’avoir une gourde, mais que faire quand elle est vide » ? Aujourd’hui, environ 2000 fontaines sont recensées partout en France, à Lyon, à Marseille, mais aussi à Monflanquin dans le Lot & Garonne…

A Lyon précisément les autorités locales et les individus ont joué le jeu et donné les coordonnées de pas moins de 200 fontaines publiques réparties dans notre ville et aux environs.Elles sont consultables sur une carte, identifiables et localisables via le site web ou les application de smartphones. Il est également possible de signaler des fontaines d’eau potables soi-même.

Le podcast de mon édito est à écouter via le lecteur ci-dessous.

Centre-Ville en Mouvement est une association nationale créée à l’initiative de personnes issues de différents horizons, parlementaires, élus locaux et consulaires, représentants de corps d’Etat, chercheurs, chacun impliqué dans les problématiques de dynamisation des centres-villes dans des domaines variés.

Vendredi cette association organise à Chambery une journée sur la gestion territoriale en matière de commerce en Rhône-Alpes à laquelle on m’a proposé de participer. Un temps prometteur d’échanges et de travail avec des acteurs du commerce de toute la région, des Présidents de CCI, des managers de centre-ville, des élus de la Région sur cet enjeu important qu’est le cœur de ville dans le tissu commercial de proximité.

J’ai été invité à intervenir au salon Time 2 Marketing qui se tiendra mercredi 13 novembre à l’Hôtel Château Perrache sur la question des usages du numérique dans le commerce de proximité.

L’occasion de parler des initiatives menées par les commerçants sur un certain nombre de territoires français: portails communs, micro-drive, usages du LI-FI, réflexion autour du cross-canal, promotion des commerces de proximité via les réseaux sociaux…

Plus d’information sur l’événement sur le site de Time 2 Marketing. Ma keynote se tiendra à 17h.

Je porte depuis quelques mois, dans le cadre de mes propositions pour le commerce et l’entreprise dans notre ville, l’idée de la création d’un label made in Lyon.

Cette proposition a rencontré un excellent écho auprès des entreprises du territoire et des médias. C’est une proposition sur laquelle je continue à travailler, avec d’autres. La Chambre de Commerce de Lyon et son Président Philippe Grillot se sont déclaré ouverts au made in Lyon et m’ont déclaré qu’ils souhaitaient que nous travaillions sur le sujet. Ils m’ont également parlé de mettre à l’honneur cette idée avec certains de leurs membres.

C’est chose faite puisque cette année la Chambre de Commerce accompagnera des entreprises au salon du MAPIC sous la bannière des commerces made in Lyon. Tous les concepts commerciaux présentés ont été conçus, installés et créés à Lyon. Un joli panel du génie du commerce et de l’artisanat lyonnais puisque seront alignés Shop Coiffure, LDLC,Olivier Durbano, Mondial Tissus, Lucien et la Cocotte, La Petite Académie, Grand Frais, Cook and Go, Chronostock, Bieh et Aviasim. Une expérience à labelliser pour faire reconnaitre et connaitre cette lyonnitude. J’y travaille.

L’Europe est un moyen facile pour le Front National pour ne pas préciser son programme.

Pas besoin de mettre des chiffres sur un programme, pas besoin de dire comment trouver des ressources pour financer telle ou telle mesure (il est vrai que le FN propose rarement du concret) ou quelles actions mener, il suffirait simplement de sortir de l’Europe pour que tous les maux de la France soient résorbés. Y compris sur la sécurité.

On ne fera pas un chapitre sur le sujet mais il semble par exemple difficile de dire que l’on puisse vouloir renforcer la sûreté des français et sortir de la convention de Schengen modifiée par le traité de Lisbonne. Grâce à ce genre de dispositifs, il existe des procédures communes d’échange d’informations Elles sont certes critiquables, doivent aussi donner lieu à une sécurité importante en matière de garantie de droits des citoyens mais elles ont leur efficacité. De même la coopération entre les polices européennes, le travail en commun font partie des acquis de la politique de l’Europe. Et depuis 2002,  l’Office européen de police, Europol,  peut mener des enquêtes au sein de l’Union, en complément des polices nationales.

C’est ainsi que de nombreux criminels ont pu être interpellés.

En privant nos forces de l’ordre de l’acquis des institutions européennes, c’est un grand service que le Front National veut rendre au grand banditisme et aux réseaux terroristes du monde entier. Criminels du monde, membres d’organisations terroristes, bienvenus dans la France du Front National, vous ne serez pas inquiétés.

Les supporters lyonnais dans leur ensemble seront interdits de stade pour le derby contre Saint-Etienne.

L’Olympique lyonnais va saisir la justice de cette décision et les fans de l’OL vont également manifester pour protester le dimanche 10 novembre à 14h place Bellecour . 

Il va sans dire que je soutiens pleinement la démarche de nos supporters, qui, qu’il vente ou qu’il pleuve, vont porter les couleurs lyonnaises dans les tribunes de France chaque semaine. Sans compter la puissance symbolique du derby, qui restera toujours un classique insurpassable, faisant passer le football dans une autre dimension.

J’ai interviewé Flo, un des organisateurs de la manif. Vous le connaissez peut-être si vous fréquentez le stade de Gerland: c’est le coordinateur de la tribune et des chants du groupe Lyon 1950, situé en virage sud.

1-Peux-tu te présenter et présenter la situation?

Bonjour, je m’appelle Flo, j’ai 23 ans et je suis membre de l’association Lyon 1950. Nous sommes des supporters de l’OL situés dans le virage sud du Stade de Gerland.Présent à tous les match de notre équipe à domicile, nous nous déplaçons également afin de les encourager dans tous les stades de France et d’Europe. Dimanche 10 novembre, l’OL se déplace à Saint-Etienne, pour ce qui est chaque année le déplacement le plus important de l’année. Ce « derby » est un match historique, du a la rivalité entre deux villes très proches géographiquement, théâtre d’une ambiance unique.Malheureusement, cette année la préfecture de la loire a décidé d’interdire à TOUS LES SUPPORTERS LYONNAIS de se rendre au stade Geoffroy Guichard un arrêté préfectoral

2-Pourquoi contestez-vous la décision de justice?

Nous contestons cette décision car elle nous semble injuste, aberrante, et complètement inappropriée. En effet, en plus de 50 années de derby, aucune décision de la sorte n’a jamais été prise mais surtout aucun délit n’a été reproché aux fans lyonnais au cours de ces déplacement (cf arrêté).Ce sont donc des centaines de supporters, qui n’ont rien à se reprocher, qui se retrouvent injustement privés de leur liberté de se déplacer.

D’autre part, la France et les club français sont en train d’investir dans la constructions de stades pour l’Euro 2016, et Geoffroy Guichard en fait d’ailleurs partie. Il est impensable que dans notre pays nous ne puissions garantir la sécurité de 1500 personnes quand on sait que ce seront des dizaines de milliers d’anglais, polonais ou autres croates, qui ont parfois une culture de supporter bien plus virulente, qui viendront dans ces mêmes stades en 2016. De plus, ne pas ouvrir le parcage visiteur, c’est prendre le risque que des lyonnais, déterminés à voir ce match, se remettent à aller en tribunes stéphanoises, ce qui deviendrait alors dangereux et difficilement gérable pour les autorités.

3-Vous organisez une manifestation dimanche 11 novembre. De quoi s’agit-il?

Suite à ce constat, nous avons décidé de ne pas rester les bras croisés, et de dénoncer cette décision. Pour ce faire, nous avons décidé, à l’initiative de plusieurs gones issus du virage sud, d’organiser une marche de contestation, afin de manifester notre colère et notre incompréhension. Nous appelons tous les supporters de l’OL, des quatre tribunes de Gerland, lyonnais, expatriés, qui se sentent lésé par cette interdiction et qui souhaitent le faire entendre à se rejoindre, place Bellecour, le dimanche 10 novembre (jour du derby) à 14h (page Facebook de l’événement )
Beaucoup nous demandent pourquoi ne pas avoir organisé cette mobilisation plus tôt.

Nous nous sommes en effet posé la question, mais nous avons décidé de la mettre le jour du match pour plusieurs raison. Tout d’abord d’un point de vu pratique, au niveau de la communication, pour prévenir la préfecture, et pour nous organiser de la meilleur des manières, il nous faut un peu de temps, car si supporter l’OL est notre passion, ce n’est malheureusement pas notre métier…

D’autre part nous rappelons que cette manifestation n’aura lieu qu’en cas d’annulation du match, or l’OL et des associations de supporters ont déposé un recourt pour contester cet arrêté.Nous ne voulons pas prendre le risque d’interférer dans la procédure, car si l’espoir est faible, nous voulons encore croire que les autorités entendront raison. Enfin, cela permettra de montrer aux joueurs et au club que même à 60km du stade, nous sommes bien présents pour les encourager… devant un écran géant ?

Je cosigne ce jour avec les députés Yann Galut, Alexis Bachelay, Colette Capdevielle, la sénatrice Patricia Schillinger et Mehdi Thomas Allal, une tribune dans le numéro du journal Libération de ce jour pour protester contre le traitement infligé par les intégristes et l’extrême-droite à Christiane Taubira.

ps: petite erreur dans le titre qui m’est attribué

Mon édito du web de mercredi, sur l’antenne de RCF,portait sur les intellectuels critiques et le numérique. Je suis parti d’un constat qu’un professeur de théorie politique américain, Henry Farrell a effectué récemment dans le Democracy Journal: il manque au monde numérique des intellectuels critiques. Au usa il y a un milieu universitaire américain qui traite du sujet, avec quelques intellectuels médiatiques.Ils s’appellent Nicholas Carr, ou Jeff Jarvis qui sont en effet de toutes les publications importantes comme le souligne l’article. La thése a été reprise par des gens comme Xavier de la Porte en France. Le reproche est également fait à la revue Wired: le débat public numérique serait constitué de béats, tous uniquement préoccupés de relayer les messages des GAFA. Mais n’y a-t-il pas tout de même, sans qu’on s’adresse à des technophobes réactionnaire,  une pensée critique dans le débat sur le numérique?

C’est le sujet de mon édito du web de ce jour que vous pouvez écouter ci-dessous.