• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Nicolas Canteloup, rire sur les génocides pour 900 000 euros Romain Blachier

Nicolas Canteloup dans sa chronique sur Europe 1, s’adressait à un M. Hutu, en «conflit de voisinage» avec M. Tutsi au sujet du génocide au Rwanda. «Vous avez découpé, macheté et carpaccioté sa famille, alors qu’apparemment il n’en avait pas exprimé le désir. Vous lui auriez également découpé les bras bien dégagés au dessus des coudes, il a d’ailleurs eu le plus grand mal à vous écrire. Du coup, avec les conséquences désagréables qu’on imagine, perte d’une montre de famille, impossibilité désormais de faire du stop».

Nicolas Canteloup était un comique pas drôle, resté à l’imitation de Jacques Chirac, Raymond Barre, Georges Marchais et autres Pompidou et pour qui se renouveler est aussi difficile que pour le sénateur PS Rebsamen de sortir quelque chose d’intelligent sur la PMA. On sait maintenant que c’est un type qui rit lorsqu’une femme se fait violer, des enfants découper à la machette, des morts s’entassent. Le tout sans que les responsabilités et les regrets soient totalement éclaircis sur ce génocide. Le tout sans que les Nicolas Canteloup n’aient jamais rien fait d’autre que de rire sur le dos des cadavres. 900 000 euros par an pour cela.

Et de refuser de s’excuser quand on lui dit, ce qui peut nous arriver à tous, qu’il a blessé.

Il s’en fout. Il blague. Il blesse. La viol. La mort, La mutilation c’est drôle.  Ca rapporte. Et surtout ce n’est pas grave, on ne s’excuse pas si ça blesse. Business baby. Combien en part d’audimat un rwandais? « Surtout si il a pas de mains pour allumer la radio! Elle est bonne cella-la. Tiens note là, je la mettrais entre  mon imitation de Charles Pasqua et celle de Pierre Mauroy, elle est trop.^Allez tiens je prendrais la voix de Dalida pour faire la petite fille violée. Trop marrant non? »

Oui, on peut rire de tout. Et oui il faut aussi défendre la liberté d’expression dans l’humour. Mais pas quand on dit n’importe quoi sur une horreur injustement méconnue, ma collègue Odile Belinga qui travailla sur ce drame le sait. Faire des blagues sur le génocide au Rwanda sur Europe 1, ça rapporte.