• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

La nomination de Valls: ce que j’en pense

Finalement, je n’avais eu que que peu de temps pour y penser,  j’en suis content de la nomination de Valls comme Premier Ministre.

J’avais d’ailleurs voté pour lui aux primaires du parti socialiste. Pas avec fort engagement, eu égard à des dissensions avec son équipe, de qualité mais qui a tendance à restreindre plutôt qu’à fédérer autour de son patron, mais avec détermination.

Je ne partage pas tout avec le nouveau Premier Ministre, loin s’en faut. Je l’ai même beaucoup égratigné sur ce blog il y a quelques années. Mais il m’avait paru en ces primaires de l’époque, où j’avais été le seul élu lyonnais à me prononcer en sa faveur (et où nous avions dépassé le score de Ségolène Royal sur Lyon, où Valls fit un bien meilleur vote qu’ailleurs) que celui qui était Député-Maire d’Evry était sans doute l’un des plus solides sur ses pieds en ces temps où la politique manque de sens et de direction.

C’est pourquoi, malgré des divergences (sur la décentralisation, la TVA, les questions de toxicomanies, de prostitutions, certains propos étant plus libertaire que lui…) je partage l’essentiel avec le nouveau Premier Ministre: la République, le pragmatisme, la volonté d’être efficace.

La nomination de Manuel Valls a amené une vague de boucliers; celle du Front de Gauche, tout juste revenu de la victoire de l’UMP qu’il a provoqué à Toulouse et qui ne sera jamais content du Premier Ministre tant que ce ne sera pas Mélenchon. De la droite qui ne sera bien sûr jamais contente tant que ce ne sera pas l’un des siens au pouvoir. De l’aile dure de EELV qui dit en substance ‘vous avez perdu les municipales dont on quitte le navire’. Ce qui est d’autant plus lamentable que Valls leur propose un grand ministère de l’environnement.Pour agir sur le sujet qui est censé être la priorité des écologiques bien plus qu’avant. Mais les postures politiques l’ont emporté. Et les calculs pour les européennes aussi. Harlem Désir qui avait privé les socialistes grenoblois de Jérôme Safar de l’investiture de second tour au profit d’EELV au nom du rassemblement à gauche doit se sentir malin…

Il y a les réserves de copains comme Sarkofrance.

Sortons du procès d’intention. Du délit de sale gueule politique. De ces postures. Ce qui a manqué à Ayrault c’est de donner un sens à la politique. Valls peut être celui qui effacera ce problème. Attendons de voir ce qu’il va faire. Et, au fait Manuel, surtout garde au gouvernement Fleur Pellerin, qui a vraiment rassemblé sur le numérique et puis ma copine Najat !