• 9849-xxx-xxx
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

Une réflexion politique sur le pourboire dans les restaurants : mon édito sur Lyon Mag

Le pourboire dans les bistrots et les restaus. Pas vraiment une coutume française et, semble-t-il, encore moins lyonnaise.

Il est vrai que le service est compris dans nos restaurants. Il pèse pour 15% de nos additions. Théoriquement, avec cela, celui qui cuisine pour vous ou vous sert à boire et à manger est supposé au moins être payé au SMIC horaire.  Même si hélas, la chose arrive il n’est pas rare que des employeurs de la restauration ne soient pas toujours des plus scrupuleux avec leurs salariés. En les payant au noir et/ou sous le revenu minimum légal. Y compris dans des établissements lyonnais des plus huppés et rentables. Enfin rentables pour leurs propriétaires tout du moins. Alors que des restaurants et bars moins prestigieux font souvent tout pour avoir une ambiance de travail et une qualité de l’emploi optimale.
Le pourboire est chez nous assez rare du fait du tout inclus. Puisqu’on a déjà payé le service. Et puis avec les paiements en carte bleue et la disparition progressive du cash, le réflexe de laisser une pièce ou deux est moins présent chez le client.  Même si des banques proposent une option pourboire, encore rarement activée dans les tavernes de notre ville. Et plus que dans le reste de la France, de l’avis général de tous ceux qui ont bossé ailleurs, le pourboire est rare à Lyon. Tropisme local ?

La suite de ma chronique sur les pourboires à Lyon est à lire sur Lyon Mag

Une réflexion politique sur le pourboire dans les restaurants : mon édito sur Lyon Mag

Le pourboire dans les bistrots et les restaus. Pas vraiment une coutume française et, semble-t-il, encore moins lyonnaise.

Il est vrai que le service est compris dans nos restaurants. Il pèse pour 15% de nos additions. Théoriquement, avec cela, celui qui cuisine pour vous ou vous sert à boire et à manger est supposé au moins être payé au SMIC horaire.  Même si hélas, la chose arrive il n’est pas rare que des employeurs de la restauration ne soient pas toujours des plus scrupuleux avec leurs salariés. En les payant au noir et/ou sous le revenu minimum légal. Y compris dans des établissements lyonnais des plus huppés et rentables. Enfin rentables pour leurs propriétaires tout du moins. Alors que des restaurants et bars moins prestigieux font souvent tout pour avoir une ambiance de travail et une qualité de l’emploi optimale.
Le pourboire est chez nous assez rare du fait du tout inclus. Puisqu’on a déjà payé le service. Et puis avec les paiements en carte bleue et la disparition progressive du cash, le réflexe de laisser une pièce ou deux est moins présent chez le client.  Même si des banques proposent une option pourboire, encore rarement activée dans les tavernes de notre ville. Et plus que dans le reste de la France, de l’avis général de tous ceux qui ont bossé ailleurs, le pourboire est rare à Lyon. Tropisme local ?

La suite de ma chronique sur les pourboires à Lyon est à lire sur Lyon Mag