apocalypse

L’ennuyeuse apocalypse

Nous vivons une époque étrange. Plusieurs semaines se sont écoulées depuis l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, et Kiyv  est devenue une ville qu’on partage sur Instagram pour montrer qu’on est concerné par le monde qui nous entoure. 

Volodymyr Zelensky, devenu iconique,  a avoué à Anne Applebaum et Jeffrey Goldberg dans une interview accordée à The Atlantic qu’il en avait assez des dignitaires étrangers qui venaient le prendre en photo. D’un côté on vient faire des photos pour passer pour un héros qui soutient le peuple ukrainien tout en n’oubliant pas de continuer à acheter du pétrole russe qu”on pourrait très bien acheter ailleurs ou remplacer par autre chose, de l’autre le Président Ukrainien est bien obligé de communiquer pour garder la situation de son pays dans les têtes occidentales.

Au début, nous étions tous choqués.. L’horreur est venue avec Bucha, bien qu’avant cela nous ayons été choqués par la peur, claironnée à la télévision, que la guerre nucléaire était aux portes de l’Europe. L’inflation, le coût de la vie dans son ensemble, a encore augmenté et nous avons dû puiser dans nos économies pour payer les énergies fossiles de plus en plus coûteuses. 

L’apocalypse ne s’est pas déroulée comme on nous l’avait promis. Du moins pas comme les millénaristes nous l’avaient dit. 

Nous ne pouvons plus profiter d’une apocalypse spectaculaire, une apocalypse de destruction mutuelle assurée (bien que Poutine soit toujours là pour nous surprendre), avec des corps en feu, des punks dans des voitures customiséées, les sept sceaux et trompettes de la Bible et la nouvelle Jérusalem. Nous sommes face à une nouvelle fin, lente, chaude et progressivement douloureuse.

Une ‘apocalypse ENNUYEUSE  et les biologistes et les économistes ont inventé une nouvelle discipline scientifique : la collapsologie.

Créée par Pablo Servigne et Raphael Stevens en 2015, la collapsologie prédit ou analyse les événements qui pourraient mettre une civilisation à genoux. Partant de la menace du changement climatique, ils dissèquent comment il n’est pas nécessaire que des catastrophes spectaculaires surviennent pour que tout s’effondre, comment de petits événements interconnectés de manière inattendue suffisent à transformer des situations consolidées en situations faibles. L’hyperconnexion technologique, la vitesse déréglée, l’interdépendance mondiale et beaucoup de court-termisme constituent les éléments de la fin du monde à venir. 

Mais qu’est-ce qu’un effondrement ? Ce n’est pas la fin du monde ni Mad Max. Pour Servigne et Stevens, un effondrement est « le processus par lequel une majorité de la population ne voit plus ses besoins fondamentaux (eau, nourriture, logement, vêtements, énergie, etc.) satisfaits [à un prix raisonnable] par les services fournis par la loi ».

Ce qui suivra devrait durer longtemps, et nous devrons vivre avec une certitude : nous n’avons aucun moyen de savoir ce que ce sera. Cependant, si nos « besoins fondamentaux » sont menacés, nous pouvons facilement imaginer que la situation pourrait être incalculablement catastrophique.

L’exemple est très proche de nous : la tentative de prévenir les décès dus au covid et l’effondrement du système de santé ont entraîné une cascade d’effets inattendus. La pandémie de SRAS-CoV-2 ne nous a pas fait vivre immédiatement une situation à la Mad Max  mais elle a remué la fange avec suffisamment de force pour laisser une série d’effets sur notre santé psychique, nos relations avec les autres.

Mais aussi la rupture de la chaîne d’approvisionnement ; la hausse des prix des matières premières ; les pénuries de matériaux et de composants qui, à leur tour, stoppent d’autres chaînes de production ; la montée en flèche des prix de l’énergie, notamment fossile ; la sécheresse ; l’eau en tant que marchandise négociable sur le marché à terme, l’absence de droits et les totalitarismes. Le propre état d’esprit de Poutine, après deux années passées loin de tout être humain, même aussi peu susceptible d’aller à son encontre que l’est son entoutage, peut avoir une influence évidente sur sa décision d’envahir l’Ukraine.

Ceux d’entre nous qui ont grandi avec des dystopies à la Ken le survivant n’ont aucun mal à imaginer un avenir fait de guerres pour la ferraille, d’absence de lumière, de contrôle numérique absolu et de vêtements en lambeaux sur le dos. Nous annonçons un effondrement qui n’est pas encore arrivé et nous le disons de façon spectaculaire sur les réseaux sociaux. Cependant, nous ne sommes pas préparés à l’apocalypse terne. Mais à la fon tout aussi grave

Et comme l’apocalypse est lente, ennuyeuse mais ineffable, Zelensky est en guerre contre elle, et on passe à autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.