file-prefecture-rhone

Quand Facebook me rappelle une vieille victoire pour la dignité humaine

Un vieux souvenir me reviens sur Facebook.

Il y a sept ans on obtient une belle victoire pour les personnes demandeuses de papiers qui devaient passer la nuit à attendre avec leurs enfants dans le froid afin d’essayer d’obtenir un rendez-vous en préfecture afin de faire une demande de papiers de résidence ou de prolongation de papiers de résidence.

On est en 2015 je fais la queue une nuit avec Jordan Moore, un ami US de Cyril Momer venu prolonger son titre de séjour. Devant nous des femmes, des enfants, des bébés tous petits attendant dans la rue. Pour espérer, le matin venu, si ils ont ce rendez-vous, continuer leur vie. Jordan a planté sa tente. On lui a apporté de la bière fraiche et des mots chauds. Aussi chaleureux que ceux qui pourraient permettre de rester ami avec son ex.

Il y a là un mélange de nationalité, de conditions sociales. Des ingénieurs, des balayeurs, des patronnes, des employées. Qui à chaque fois doivent passer la nuit dans l’attente d’un rendez-vous qui n’aura pas toujours lieu. Alors il faudra revenir. Et puis revenir encore si jamais ça ne marche pas.

Je fais un statut Facebook, celui qui est là en souvenir car je suis ému.

Et tout de suite par whatsapp, par mail ou texto des copains de nationalité étrangères ou conjoints d’étrangers, des chinois, des ivoiriens, des camerounais, des brésiliens, des japonais des canadiens et puis plus tard des cambodgiens, des serbes, des algériens, des coréens me parlent ou me parleront de ces nuits.

De ces nuits à dormir dans la voiture, à trouver un arrangement avec l’employeur avec qui on est toujours en position de négocier, à fermer quelques jours l’entreprise créé, à trouver une solution pour les bébés.

Une solution pourtant simple existe pour faire cesser cet état de fait : DONNER UN RENDEZ-VOUS AUX GENS ! Avec un numéro, une date et une heure de passage. Certains politiques et associatifs le suggèrent depuis quelques temps. Sans être entendus.

J’écris un gros papier sur mon blog et à Lyon Mag en demandant à la Préfecture de mettre en place de façon numérique ou autre un dispositif de rendez-vous. Ca fait froncer les sourcils, avec ce « encore de quoi il se méle celui là ».

Et mon article circule, des acteurs continuent à faire pression. 5 Jours après la préfecture, annonce que, c’est bon, elle organisera des rendez-vous à l’avance.

De quoi économiser bien des vies, bien des nuits dehors à bien des familles attendant leur tour à la préfecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.