Menu

Monsieur le Président,Mesdames et Messieurs les élus.Ces délibérations, que nous avons choisi de grouper dans nos interventions concernent un sujet important : la gestion des déchets au sein de notre Métropole. Ces biens ou sous produits de biens, que nous jetons quand nous n’avons plus l’usage Le Grand Lyon a pris depuis longtemps un temps d’avance sur ces sujets. Avec un travail de collecte et de recyclage important,, avec les donneries, avec la première déchèterie fluviale en centre ville en ce qui concerne notre collectivité.

Et du côté des citoyens, on peut voir le succès des compostiers, terni hélas par les listes d’attentes garguantesques, est un autre volet de la prise de conscience de la nécessité de trouver une solution à ce que nous jetons et à son empreinte sur la nature.Mais il y a encore beaucoup à faire : chaque seconde par exemple c’est 46 kgs de déchets électroniques et électriques que nous jetons dans nos poubelles en France.

Mais on ne peut déplorer sans agir.Ici aujourd’hui dans le Grand Lyon, ce sont plusieurs projets importants que nous voulons soutenir pour agir notamment :Le projet Iloé, pôle de l’économie circulaire, vise à proposer un nouvel outil métropolitain de gestion des déchets,une politique d’accompagnement individuel et collectif d’artisans du territoire autour de l’alimentation durable et la participation de la Métropole à une expérimentation pilote sur la commande publique et l’économie de fonctionnalité.

Et puis le soutien à un groupement citoyen, le mouvement de palier, dont le succès populaire grandi. Et qui va organiser une fort bel événement, tant par son intention que son ambition , le premier festival Lyon zéro déchet en mai prochain.

Ces démarches visent toutes bien évidemment à un objectif commun : celui d’interroger et de résoudre la question du surplus de ce que nous consommons des déchets que nous produisons. Dans cette question fondamentale sont ici associés des acteurs de nature diverses : les associations, entreprises, collectivités locales, citoyens.

Un secteur qui est un enjeu environnemental mais aussi un vecteur d’emplois verts non délocalisables et c’est aussi ce que ces projets, en particulier Iloé prennent en compte.C’est de cette multitude d’acteurs et cette prise de responsabilité personnelle et collective qui donne tout son sens à cette démarche.

La crise de l’environnement n’est pas QUE l’affaire des autres. Même si c’est plus facile bien sûr que ce soit les autres que de changer soit même. L’environnement ça ne doit pas être non plus être l’affaire des seuls individus livrés à eux mêmes et à qui ont demanderait des efforts pendant que les grandes entreprises n’agiraient pas. La solution à la crise de l’environnement ce n’est pas non plus enfin d’exonérer les individus de leurs choix personnels et de leur faire croire qu’ils n’ont pas de rôle à jouer dans la solution et que leurs choix personnels n’ont aucun impact.

C’est de tous les acteurs, tous, et de décisions claires que viendra les solutions demandées avec urgence par les participants à la Marche pour le Climat. Nous voterons bien évidemment ces délibérations.Je vous remercie.

Romain Blachier Adjoint au Maire du 7e arrondissement en charge de la Culture, des Evénements et du Numérique, Conseiller Métropolitain Grand Lyon

avatar
  Souscrire
Me notifier des
partager cette