Menu

Ol-taie-oreiller Non je ne refait pas le poisson d'avril sur le grand stade qui serait finalement installé à Rillieux. J'ai dementi auprés des deux publications nationales qui m'avaient appellé pour en savoir plus!

Tout le monde le sait, pour l'instant l'Olympique de Marseille est devant les lyonnais au classement du championnat.

Il reste plusieurs matchs pour se refaire mais si l'OL n'était pas champion cette année, il y a aurait surtout des lyonnais tristes… mais certains à droite le seraient surement moins que d'autres, pour des raisons plutôt politiques. Notamment pour attaquer Aulas et Collomb sur le Grand Stade.

Complexe dossier que la future enceinte
que veut faire construire l’Olympique Lyonnais à Décines
en banlieue
est de l’agglomération. Le lieu comprendrait, outre un stade de 60 000
places contre environ 40 000 actuellement, un vaste complexe marchands
et hôtelier. La chose est issue du cerveau du président Aulas, figure
du monde footballistique français, qui a fait d’un club végétant
en deuxième division un champion de France dont la longévité dans
la domination sur le football hexagonal est historique. Mais voilà, si l’OL a tout gagné
en France, lui manque une dernière satisfaction : Celle de remporter
un jour la Ligue des Champions.
Et pour cela le club a besoin d’argent,
de beaucoup d’argent. Aulas s’est donc inspiré des vastes complexes
marchands des grands d’Italie, d’Espagne ou d’Angleterre pour
sa stratégie. Il est jusqu'à l’architecture du futur stade qui est
dessinée par le même architecte que celui d’Arsenal.

Le projet est
toutefois difficile à mettre en place puisqu’au moment où le président a
l’a annoncé, le terrain n’est pas desservi par les transports en commun
et le foncier est découpé en de nombreux propriétaires. Il faudra
donc des moyens financiers et un soutien des pouvoirs publics pour mieux
desservir le stade et donner son feu vert à ce grand projet.

 Mais le président des champions de
France est têtu et peu compter sur des appuis politiques de poids.
Si on a prêté un temps, à tort ou à raison, l'intention à l'homme se présenter sur la liste
UDF-RPR de Michel Mercier lors des municipales lyonnaises de 2001, il
entretien les meilleurs relations du monde avec Gérard Collomb
. Le président du Grand Lyon a réuni son camp une position de soutien au projet. Seuls
les verts montrent une opposition. Aulas est également assez proche du  président MODEM du conseil général, qui soutiendra avec insuccès,
en compagnie de Collomb et de la sénatrice UMP Lamure (qui s'est ravisée par la suite),un amendement
permettant au grand stade de devenir un projet d'intérêt général,
ce qui facilitait expropriations et financement des dessertes par les
collectivités.

Côté droite, c’est
la cacophonie
.Aux dernières municipales, Dominique
Perben
avait envisagé un temps de se positionner sur le créneau des anti-stades
avant de se retracter : D’une part un grand nombre d’élus de droite
de Lyon et de sa banlieue étaient favorable au projet d’Aulas, d’autre
part ça aurait été courir le risque d’apparaitre opposé à l’équipe
championne de France, ses supporters, ses entreprises partenaires et
son président…

Dur, surtout quand on est divisé sur la question. Ainsi contrairement à une grande partie de leurs amis, le très marqué à droite Meunier, député
UMP de la circonscription où sera installé le futur OL Land s’y
oppose tandis que
le Maire de Meyzieu, commune mitoyenne au projet, est lui aussi un fer
de lance de la contestation, parlant de nuisances, de coûts pour la collectivité. L’ancien premier magistrat RPR de Lyon,
Michel Noir s’est lui aussi opposé au projet en pleines municipales…

Aujourd’hui la droite de Lyon et du Grand Lyon, qu’elle provienne
de l’UMP ou de la poignée de supplétifs MODEM ayant choisi de suivre
Perben, est très prudente sur la question : Officiellement leur position
est généralement favorable au projet
, tout comme Gérard Collomb.Mais les choses peuvent tourner: En effet, le patron de la fédération du Rhône, Cochet, qui souhaite postuler un jour à la tête du Grand Lyon veut utiliser ce dossier pour rétablir le clivage gauche/droite au sein de l'assemblée…Mais les maires divers-droite ainsi que nombre d'élus UMP de l'ouest ne se pas en accord avec lui, pas plus que les deux vice-présidents UMP de Collomb.
Et puis opposants comme partisans du projet, la droite lyonnaise
n’oublie pas que de par sa popularité du club, par les réseaux tissés autour,
il est très difficile de s’attaquer au plus  beau fleuron du foot français. Une difficulté peut-être
levée si le club commence à rencontrer moins de succés sur le plan
sportif …

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Share This