Menu

paru originellement dans Lyon Mag

David Kimelfeld a exclu tout accord avec Gérard Collomb. Les écologistes sont enclins pour un accord à gauche mais pas avec le Président de la Métropole. L’équation de négociations avec eux était compliquée par différents facteurs. Collomb, Kimelfeld, les écolos : ces forces gouvernent pourtant la Métropole depuis des années et disent qu’ils n’est pas possible de faire liste commune. Mais, on en reparlera plus loin, il y a évidemment un troisième tour où le rassemblement sera ensuite possible, en fonction des rapports de force.
 

Kimelfed ou plutôt ses représentants en circonscription signeront alors des alliances au cas par cas dans les différentes circonscriptions de la Métropole. Il ira donc là avec les amis de Collomb, ici avec LR, là encore peut-être avec la gauche…un positionnement qui peut sembler assez surprenant pour un Président sortant de Métropole, qui devrait porter une vision globale pour celle-ci.

C’est cependant une option assez logique : dans chacun des 14 territoires, les têtes de listes de la plupart des candidats (à l’exception peut-être des écologistes) vont se retrouver finalement assez libres de dealer des accords, et ce, sans forcément que les têtes de listes puissent s’y opposer réellement. C’est toute la difficulté et la limite d’un scrutin où la notabilité locale, notamment celle des Maires, joue à plein. Dans ce genre de cas, mieux vaut laisser faire les troupes. omme le disait Cocteau, “ lorsque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être les auteurs”. Mieux vaut donc tenter un 3e tour où l’on peut être le plus petit dénominateur commun, pour rassembler une majorité autour d’un homme et d’un contrat de gouvernance. C’est un pari risqué mais un pari tout à fait possible pour le Président de la Métropole. David Kimelfeld aurait tort de ne pas le tenter.

Une vague verte qui répond à des enjeux durables pour les métropolitains

Autre composante majeure de la majorité métropolitaine sortante : les écologistes. 

Leurs militants, souvent connus dans le mouvement social et associatif, pourtant bien implantés dans les quartiers, étaient jusque là, sous les radars du monde politique lyonnais, très restreints. 

Bruno Bernard et Grégory Doucet ont prouvé au premier tour qu’ils disposaient d’une implantation large. 

Une implantation pas forcément ancienne : nombre de ceux qu’ils ont convaincu ces derniers mois sont les mêmes qui ont porté LREM au pouvoir ou, à l’inverse, qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon. Une implantation due bien évidemment aux enjeux réels du moment sur le climat, à la nécessité de porter une manière différente de se nourrir et de se déplacer. 

Le record de température observé vendredi dernier dans la Métropole, la forte amélioration de la qualité de l’air lorsque les voitures se sont faites rares pendant le confinement, ont montré la pertinence des sujets posés. La peur de l’effondrement (tenez, à l’occasion regardez la magnifique série du même nom par le collectif Les Parasites) peut également se poser, même si elle est discutable, lorsque nous voyons les tensions qu’a pu connaître notre société pendant le pic du COVID-19. La campagne des écologistes a aussi réussi à éviter les délires façon Michèle Rivasi et les anti-vaccins. Bien joué.Reste à parvenir à sortir d’un entre-soi militant par trop sectaire en cas de victoire. Reste à travailler aussi sur des sujets essentiels, sur lesquels il faut progresser dans la réflexion comme par exemple celui de la Culture.

Éviter une fin d’élection préjudiciable à Gérard Collomb

Il y a une question autour de la fin de campagne de Gérard Collomb. Celui-ci est dans une situation dramatique. Il risque une sortie politique qui n’est pas digne du bon travail qu’il a accompli dans notre Métropole pendant 20 ans. Des disputes avec nombres de ses amis depuis sa sortie mal gérée du Ministère, des choix erratiques tout à la fois dans la tactique, la ligne politique et les hommes, malgré des avertissements de nombre d’entre nous, tout cela a amené à un résultat bas. Nombreux sont ceux, dont moi, qui n’ont pas retrouvé le Gégé de Lyon gouailleur, celui qui faisait oublier par sa vision, les désaccords politiques de fond qu’on pouvait avoir depuis quelques temps.

Voir une partie de son entourage élue pendant des dizaines d’années dans une majorité composée de communistes et de verts, et parler maintenant de faire “barrage à un cartel d’ultra-gauche” en évoquant  l’alliance de sociaux-démocrates et d’écologistes est aussi ridicule que scandaleux.  Il n’y a plus qu’à évoquer un possible débarquement de chars nord-coréens sur la place Bellecour commandés par Renaud Payre, Nathalie Perrin-Gilbert, Grégory Doucet et  Sandrine Runel et l’indigne caricature sera complète….

Il ne faudrait pas qu’à ces propos excessifs se rajoutent des alliances condamnables. En politique, il y a le temps des victoires, celui des défaites, et il y a aussi la manière de sortir. Il ne faudrait pas que ce grand Maire qu’est Gérard Collomb soit, pour cette dernière, encore une fois victime de membres peu inspirés d’une partie de son entourage, prêts à tout pour garder quelques prébendes. Ainsi, il ne faudrait pas qu’il fusionne avec celui contre qui nous manifestions en 1998 quand il faisait alliance avec le RN : le candidat des républicains le LR, Etienne Blanc. Et pour un projet progressiste.

0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Comment
Inline Feedbacks
View all comments
1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This