Menu

Hommage d’Edouard Philippe à Hô Chi Minh. En 2018 le FN, les Républicains et une partie du PC Vietnamien tentent de continuer à jouer sur la rente mémorielle.

Vietnam : des liens à resserrer

Le Premier Ministre est en visite au Vietnam, où il a signé d’importants contrats dans ce pays qui comporte de nombreux liens avec le notre. Des liens, qui comme ceux avec le Cambodge voisin, ont tendance à se diluer de plus en plus. Ceci alors que la France fut puissance coloniale et protectorat du pays pendant presque sept décennies,ceci alors qu’une nombreuse et dynamique communauté vietnamienne, sino-vietnamienne ou française d’origine vietnamienne est présente dans notre pays. Témoin de ces liens historiques, économiques et culturels, la République Socialiste du Vietnam est membre de la francophonie. Ceci même si on ne parle plus souvent le français à Hanoi, preuve encore une fois de la nécessité de resserrer nos liens au-delà de la signature d’importants contrats par Edouard Phillipe.

Le Vietnam, terre de drames et de guerriers

Et ces liens c’est aussi la mémoire. Celle notamment de plusieurs guerres, au 20e siècle, Le Vietnam, au-delà d’un pays en essor et d’un gouvernement communiste qui s’ouvre désormais largement au marché’ mais hélas pas encore à la démocratie malgré la présence d’une trentaine de députés nons communistes au parlement) c’est aussi un pays de guerriers.

Bien sûr on ne peut taire les conditions atroces d’emprisonnement des soldats prisonniers dans les camps de l’armée vietnamiennes, tues en France, sujets de films aux USA, même si certaines de ces conditions n’étaient pas si différentes parfois des populations locales, soumises à une vie frugale. Bien sûr qu’en détournant une partie des bombardements sur le Cambodge voisin, l’armée communiste vietnamienne prépara sans doute le lit de ses futurs ennemis khmers rouges, qui ravagèrent d’abord leur propre peuple. Et, ce serait une vraie insulte de l’oublier, il faut bien évidemment penser à tous ces réfugiés qui durent quitter leur pays par peur d’être liquidés par le nouveau régime communiste.

Mais qu’on y songe, les combattants Vietnamiens (du nord puis du Vietnam entier), même soutenus à l’arrière par d’autres puissances communistes, c’est des victoires contre le colon français qui se font sur le terrain, contrairement à la guerre d’Algérie, victoire militaire française mais victoire politique du FLN. Le Vietnam militaire c’est une guerre intense avec les USA, remportée là aussi alors qu’une conscription massive et des bombardements sans pitié étaient ordonné par la 1ere puissance mondiale. Où les combattants asiatiques circulaient à vélo en faisant face des bombardiers puissants . Le Vietnam militaire c’est la libération du peuple du Cambodge de l’emprise monstrueuse et folle des Khmers rouges. Le Vietnam militaire c’est tenir tête avec son armée à l’immense Chine d’à côté.

Hô Chi Minh, chef frugal et charismatique

A la tête, du moins au début, de ces combattants incroyables, un petit homme Hô Chi Minh, francophone et même, paradoxe pour un combattant contre la France coloniale, francophile. Un physique repérable entre mille de Lénine asiatique. Et une vie d’ascète charismatique, à combattre et penser caché dans les grottes pendant qu’à Saigon la corruption et l’opulence du régime du sud écœurait nombre de ses concitoyens.

Parmi les victoires de Hô-Chi-Minh, il y en a une de particulière, sous la direction d’un autre homme incroyable, le Général Giap. C’est celle de Dien Bien Phu. Si aujourd’hui la mémoire de cette défaite côté français s’estompe, elle ne reste pas moins un des grands exploits militaires du siècle passé et sans doute le succès le plus surprenant d’une “armée de libération” nationale. Une bataille où des paysans montèrent à dos de vélo des canons pour encercler la cuvette de Dien Bien Phu et remporter une victoire hallucinante sur l’armée française qui se défendit vaillamment.

Edouard Phlippe : un hommage logique à celui qui fut à la fois un ami et un ennemi de la France dans un passé qui a déjà presque sept décennies

Il n’est donc pas absurde que le Premier Ministre aie souhaité rendre hommage lors de sa visite au Vietnam à Hö-Chi-Minh, ceci dans un esprit d’apaisement mais aussi de respect à celui qui fut un adversaire de valeur tout autant qu’un amoureux de notre pays.

Quand LR (dont madame Balkany, modèle de vertu comme chacun sait) ou le FN nostalgique des guerres coloniales s’énervent de cet hommage à un ancien adversaire, ils sont dans la posture et le passé. La fin de notre conflit armé dans ce pays n’a même pas dix ans de moins que celle d ‘arrêt de la seconde guerre mondiale. Leur postures rappellent d’ailleurs celles de leurs ennemis du régime vietnamiens qu’ils dénoncent, qui n’ont pas voulu aller rendre hommage au mémorial des combattants français de Dien Bien Phu. A un moment certains avancent. D’autres restent dans la posture. Perdus dans la cuvette de Dien Bien Phû en 1954.

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Guigui169 Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Guigui169
Guigui169

Que cherchez-vous à démontrer au juste ? Je crois que tout le monde est d’accord pour reconnaître que la cause des indépendantistes vietnamiens était juste. Le problème n’est pas là. Le problème, c’est le travail de mémoire, toujours à la charge de la seule France. L’absence de réciprocité. Ça aurait été si compliqué de demander gentiment aux Vietnamiens de venir s’incliner avec Philippe au mémorial de Dien Bien Phu ? Et, dans le cas d’un refus, de ne pas aller soi-même se prosterner devant le buste de Ho Chi Minh ?

Share This